COMMENT TRAITER LA DÉPENDANCE À LA CIGARETTE ?

Comment traiter la dépendance à la cigarette ?

Le tabagisme désigne la consommation chronique de tabac considérée comme toxique pour le corps humain. D’un point de vue médical, il désigne l’intoxication prononcée due à la surconsommation de tabac . Il se caractérise par le fumage d’une  cigarette , d’une pipe ou d’un cigare fabriqué  à partir de feuilles de tabac , une plante aromatique de la famille des Solanacées que l’on trouve principalement en Amérique centrale possédant un alcaloïde puissant : la nicotine , le tout couplé à des additifs chimiques cancérogènes . 

Problématique majeure des politiques de santé publique , l’Organisation Mondiale de la Santé classifie le tabagisme comme la première cause de décès évitable dans le monde  et encourage d’arrêter de fumer. Selon  les chiffres , 7,2 millions de personnes perdraient la vie chaque année à cause du tabac.    

Dans les faits , le tabagisme se manifeste par la combustion d’un cylindre de papier entourant des feuilles de tabac hachées et introduit dans la bouche par le biais d’un filtre en mousse, cette action permet d’inhaler  de la fumée et de la dégager dans l’air ambiant. On parle de tabagisme actif . Une autre action consiste à humer la fumée issue de la consommation d’une cigarette par l’entourage d’un fumeur : c’est le tabagisme passif. 

Le tabagisme regroupe à la fois les consommateurs actifs de tabac , ceux qui allument et fument la cigarette, et les consommateurs passifs , ceux qui respirent simplement la fumée de la cigarette. Il comporte des risques pour l’organisme et sont la cause de nombreuses maladies respiratoires mais aussi de cancers . Des troubles sont également provoqués et le système immunitaire est frappé de plein fouet . 

Le tabagisme a longtemps été une tendance masculine avant qu’il ne touche les femmes à proportion à peu près égale. Il est très présent chez les adolescents , un quart des jeunes de 17 ans fument régulièrement  ,mais aussi chez les adultes, près d’une personne sur deux entre 18 et 34 ans fume. L’âge moyen de la première cigarette en France est de 14 ans selon l’Observatoire des drogues et des toxicomanies. 

En France près d’un quart de la population fume ce qui représente près de 15 millions de fumeurs,  la consommation moyenne est de 12,5 cigarettes par jour. Marqueur d’inégalités sociales , le tabagisme touche toutes les couches de la société mais à des degrés différents : les pauvres fument plus que les riches . Selon Santé Publique France, 37 % des plus démunis fument contre 20% des plus favorisés et 13% des fumeurs sont sans emploi. 

Malgré un secteur en perte de vitesse notamment à cause de la hausse du prix du paquet et des restrictions gouvernementales , le tabac représente une économie considérable pour l’Etat , le marché pèse à peu près  19 milliards d’euros pour l’année 2018 ( chiffres Statista).  

Les symptômes et les risques

Les fumeurs sont exposés à une multitude de symptômes qui leur gâchent le quotidien. La consommation effrénée de tabac pompe leur énergie et provoque une fatigue persistante et des troubles du sommeil. La toux perturbe leur respiration et l’essoufflement intervient d’abord pendant des efforts physiques et s’installe peu à peu au repos. On observe également une diminution de l’appétit provoquant à terme une perte de poids et des troubles du comportement alimentaire comme la boulimie et l’anorexie. La cigarette perturbe grandement l’hygiène bucco-dentaire : inflammation des gencives, jaunissement des dents et mauvaise haleine. 

De nombreuses maladies sont susceptibles de ternir la santé des consommateurs de tabac : les infections pulmonaires et autres maladies respiratoires comme la BPCO, les maladies cardiovasculaires avec la thrombose qui est responsable d’accidents vasculaires cérébraux. Les défenses immunitaires sont fortement altérées et l’organisme réagit moins bien aux corps étrangers. La sexualité est également impactée avec une baisse de la fertilité aussi bien chez les femmes que chez les hommes.   

RDV en visio gratuit de 15 minutes avec un conseiller

Faites un 1er pas pour vous libérer de l’addiction et prenez gratuitement rendez-vous pour 15 minutes par téléphone

Prendre RDV

 Les différents traitements pour arrêter de fumer

 Les différents traitements pour arrêter de fumer

 Avec le progrès de la médecine et les nombreuses études qui ont été faites sur le tabagisme , il existe de nombreuses façons de traiter le tabagisme et d’accompagner les fumeurs vers un arrêt progressif. En fonction du degré de dépendance et de la fréquence de consommation , plusieurs méthodes ont été façonnées pour avancer au mieux vers le processus de guérison.

Le sevrage  tabagique

Dans les faits , le sevrage tabagique est l’arrêt pur et simple de la consommation de tabac afin de contrer le phénomène de dépendance . Cette méthode requiert des particularités et peut être frustrante pour le fumeur . 

Le sevrage tabagique dépend de la personne prise en charge : sa fréquence de consommation , son degré de dépendance , son mode de consommation , tels sont les paramètres pour diagnostiquer au mieux le consommateur et juger de la pertinence du sevrage.

Avant de commencer , il faut réaliser une évaluation de la dépendance notamment via le test de Fagerström pour connaître les habitudes de consommation du fumeur et ainsi calibrer au mieux le sevrage. En fonction du score obtenu après avoir répondu aux six questions , on peut statuer sur la dépendance du consommateur de tabac à travers trois niveaux : nulle , moyenne , forte. 

En fonction du type de dépendance,  deux types de sevrage sont alors proposés avec des taux de réussite assez élevés : l’arrêt brutal ou l’arrêt progressif. L’arrêt brutal , comme le dit son nom , c’est la méthode radicale qui consiste à arrêter purement et simplement la cigarette de manière spontanée. Une manière assez forte qui impacte psychologiquement le fumeur, il doit arrêter sa consommation du jour au lendemain alors qu’il fume probablement depuis des années. Un bouleversement qui balaie les habitudes : plus de pause clope de la journée , que ce soit à la maison ou au travail , ni d’allumage de cigarette lors de moments conviviaux.

Cette méthode est néanmoins délicate car elle comporte des inconvénients : que le fumeur rechute. La dépendance au tabac permet de pallier un manque et d’abroger en quelque sorte “une souffrance”. Or , la privation de ce “remède” de manière spontanée entraîne de nombreux dérèglements notamment dans le cerveau qui n’obtient plus sa récompense habituelle. Un sacrifice pour certains qui voyaient dans le tabac un refuge. 

Mais les avantages ne sont que bénéfiques pour la santé  : après quelques moments déstabilisants  , les effets se feront ressentir au bout de quelques heures seulement. Le corps élimine peu à peu les toxines présents dans le corps, nicotine et monoxyde de carbone disparaissent 24 heures après la dernière cigarette, l’oxygénation des cellules redevient normale;  le souffle , l’odorat et le goût s’améliorent quand la toux et la fatigue s’amenuisent au bout de 3 mois.  

De l’autre côté , il y a l’arrêt progressif qui consiste à diminuer petit à petit sa consommation de cigarette : 10 cigarettes par jour puis 5 puis 2 puis aucune. Le but est de se diriger progressivement vers un arrêt définitif sans bouleverser complètement ses habitudes. Pour éviter la manière brutale et replonger quelques semaines plus tard, la méthode progressive permet un  arrêt dans la durée. Pour éviter la colère , la dépression mais aussi l’augmentation de l’appétit et donc la prise de poids , le sevrage par étape est une alternative au sevrage stricte avec des résultats au rendez-vous. Ici , on apprend à changer doucement d’habitudes et de ne pas ressentir le sentiment de manque immédiatement . 

Pour cela , il faut commencer par se fixer des objectifs simples et atteignables, inscrits dans la durée pour obtenir des résultats. Le sevrage progressif peut s’accompagner de substituts nicotiniques , de gommes et comprimés pour aller tout doucement vers un la transition .

Téléchargez notre guide gratuit / Tabac

Téléchargez notre guide

L’hypnose

L’hypnose est une des techniques les plus répandues pour aider à arrêter le tabac.  À ne pas confondre avec l’hypnose de spectacle où on demande au sujet de réaliser qu’il ne souhaite pas forcément. L’hypnose pour arrêter de fumer est dirigée par un hypnothérapeute en général et séduit de plus en plus de fumeurs pour stopper sa consommation. Pour se faire, l’hypnose repose sur le mécanisme de la suggestion afin de modifier la perception du patient vis-à-vis du tabac. 

En s’appuyant sur les idées que se fait le fumeur sur la cigarette comme les croyances , les apports et les habitudes, l’hypnothérapeute va tenter de faire changer le discours du patient et lui redonner goût à la liberté. En modifiant les idées reçues , comme par exemple “la cigarette m’aide à gérer le stress et me fait prendre du plaisir” , l’hypnose va permettre de briser ce sentiment et faire ressentir du dégoût vis-à-vis du tabac en mettant en avant l’empoisonnement que cela génère pour le corps.

En somme , l’hypnose permet de faire grossir la volonté du fumeur d’arrêter qui, bien qu’il soit conscient des effets néfastes, s’adonne à la consommation de tabac.  L’efficacité de cette technique est visible au bout de quelques séances et a un taux de réussite honorable . Elle serait même plus efficace que les substituts nicotiniques. Cependant , il faut veiller à poursuivre les conseils dictés par son médecin pour accroître les chances de guérison.

Les substituts nicotiniques 

Considéré comme une alternative à la cigarette, le substitut nicotinique sert à arrêter de fumer tout en délivrant de la nicotine dans le sang , molécule responsable de la dépendance tabagique, pendant le processus de sevrage tabagique. Il existe 5 types de substituts nicotiniques : 

  • le patch : il se fixe directement sur la peau et  diffuse la nicotine tout au long de la journée sans avoir à y penser de manière régulière 
  • la gomme à mâcher , idéale pour compenser le manque de tabac et solliciter la mastication pour détourner l’envie de fumer , elle permet également de diminuer le stress lié à l’arrêt de la cigarette
  • le comprimé et la pastille à sucer , action rapide et discrète qui permet d’occuper la bouche et d’oublier l’envie de fumer et diffuser la nicotine dans la bouche
  • l’inhalateur , idéal pour conserver la gestuelle du fumeur et diffuser la nicotine vers les vaisseaux sanguins et le cerveau 
  • le spray buccal, pulvérisation aromatique qui diffuse rapidement la nicotine dans la bouche et fait passer l’envie de fumer

Ces substituts ont l’avantage de s’appliquer de différentes manières : absorption cutanée ou buccale et contiennent tous de la nicotine qui va permettre d’atténuer les symptômes du sevrage.

Le patch nicotine

Substitut nicotinique le plus répandu auprès des fumeurs , le patch ou timbre nicotine à la forme d’un “gros pansement” qui se colle directement sur la peau du matin au soir pour diffuser de la nicotine de manière constante et progressive . C’est un allié idéal pour la désaccoutumance progressive. Le patch nicotine va atténuer et soulager les symptômes de manque ce qui facilite le sevrage tabagique en traitant la dépendance physique.

La dose de nicotine contenue dans le patch est toutefois modulable : elle dépend du degré de dépendance et est amenée à diminuer progressivement afin de s’en défaire petit à petit. La différence avec la nicotine de la cigarette classique et celle présente dans un patch est dans la vitesse de diffusion : celle du substitut nicotinique parcourt lentement le sang et le cerveau contrairement à celle de la cigarette qui a un effet de shoot provoquant la dépendance. Reconnu efficace par les médecins pour faciliter l’arrêt du tabac , le patch est combinable avec d’autres substituts comme la gomme ou le comprimé. Le traitement s’étale de 8 à 12 semaines à raison d’un patch par jour à disposer sur une peau sèche sans poils.


L’homéopathie

Soigner le mal par le mal , c’est le credo de l’homéopathie. Médecine douce et naturelle , l’homéopathie pour arrêter de fumer est une bonne alternative aux substituts nicotiniques : elle  se base sur le fait qu’une substance qui déclenche une maladie chez une personne en bonne santé peut être la source de sa guérison. Cette technique , assez controversée, permet de stimuler le corps pour qu’il se soigne lui-même et agit principalement sur les symptômes liés au sevrage tabagique . En effet , la période d’arrêt peut être source d’angoisse et de dépression pour les fumeurs qui voient leur quotidien chamboulé , l’homéopathie va permettre de mieux supporter ces symptômes : c’est un soutien plus qu’une méthode et va  Les fumeurs la privilégient notamment suite à des méthodes précédentes qui n’ont pas eu l’effet escompté. Selon les scientifiques , elle agit comme effet placebo , c’est-à-dire qu’elle joue sur les mécanismes psychologiques du patient pour l’aider à surmonter ses maux. 

Dans les faits , l’homéopathie fonctionne par infinitésimalité , c’est-à-dire que la substance toxique est présente en quantité infime dans les médicaments grâce à une dilution qui va permettre de la faire disparaître petit à petit. 4 remèdes en particulier appliquent ce principe pour soutenir le sevrage tabagique : 

  • Tabacum :  granules ou ampoules buvables qui diminuent l’envie de fumer et la dépendance
  • Caladium : granules ou gouttes buvables pour traiter l’accoutumance des fumeurs et les bronchites chroniques
  • Nux Vomica : granules qui agissent contre le stress lié au sevrage tabagique 
  • Staphysagria : granules ou solutions buvables qui vont atténuer la frustration de ne pas fumer

L’ acupuncture

Ses bienfaits sur la santé sont très connus et a le vent en poupe : l’acupuncture séduit de plus en plus de fumeurs désireux d’arrêter . Issue de la médecine traditionnelle chinoise , l’acupuncture dans l’arrêt du tabac consiste à stimuler l’épiderme via les points d’acupuncture à l’aide de fines aiguilles en général pour fluidifier la circulation d’énergie dans le corps. Les spécialistes et les ex-fumeurs ayant essayé la méthode s’accordent à dire que c’est une technique complémentaire efficace pour contrer le phénomène de dépendance.

Au-delà des effets connexes et de l’absence d’effets secondaires , l’acupuncture aide les fumeurs à déstresser et sortir de leur anxiété. L’envie de fumer et l’agressivité sont également diminuées . La circulation des flux d’énergie via la stimulation de la peau permet de détendre le corps et de le détoxifier. Certains points notamment aide participe participe particulièrement le principe de guérison : c’est le cas du Tim Mee . Situé près du poignet, ce point , une fois stimulé, altère la perception du goût du tabac et permet de dégoûter les patients de la cigarette.


Les plantes naturelles

Les remèdes naturels pour contrer une maladie sont légions. Et la dépendance au tabac ne fait pas exception. Les plantes pour le sevrage tabagique sont des alternatives efficaces pour arrêter de fumer. Riches en substances végétales actives , elles permettent de contrer les effets liés au sevrage tabagique : anxiété, insomnie, dépression. Plusieurs plantes existent  aux effets divers et variés : 

  • la lobélie enflée dont les propriétés médicinales permettent de détendre les muscles des bronches et exerce sur le cerveau des effets similaires à la nicotine sans la sensation de dépendance. 
  • la stevia , chrysanthème qui bloque les signaux du cerveau et inhibe l’envie de fumer 
  • le millepertuis , qui aide à la régulation de l’humeur et accroît la motivation
  • la verveine dont les principes actifs ont un effet relaxant sur le système nerveux 
  • le griffonia , petite plante qui régénère les neurotransmetteurs aux actions anti-dépressives
  • la valériane qui agit également sur le système nerveux en améliorant la qualité de sommeil tout en réduisant la nervosité des fumeurs

Les médicaments

Les médicaments ont toujours été le meilleur allié pour contrer une maladie et le tabagisme ne déroge pas à la règle. La prise en charge des fumeurs s’améliorent au fil du temps avec des traitements à l’aide de médicament pour arrêter de fumer. Outre les substituts nicotiniques disponibles sans ordonnance , il existe deux remèdes qui requièrent une ordonnance : le bupropion et la varénicline.

Le Bupropion , commercialisé sous le nom de Zyban, est un antidépresseur prescrit dans le cadre du sevrage tabagique pour calmer les envies de fumer et compenser le déficit de dopamine lié à l’arrêt du tabac. Ces bénéfices pour les fumeurs sont perceptibles : réduction des symptômes de manque, limitation de la prise de poids et augmentation des chances d’abstinence sur le long terme. Les effets secondaires sont cependant notables: insomnie , troubles digestifs , éruption cutanée, démangeaisons et réactions allergiques.

Pour éviter cette contrepartie , le Bupropion s’adresse particulièrement aux personnes ne tolérant les substituts nicotiniques ou celles qui ont vécu des dépressions .

La Varénicline , connue sous le nom de Champix, est un autre médicament efficace contre le tabagisme . Elle se lie aux récepteurs nicotiniques pour soulager les symptômes de manque et inhiber le plaisir de fumer. Alternative aux substituts nicotiniques , la Varénicline est considérée comme le traitement le plus efficace contre le tabac par rapport au Bupropion ou patch nicotinique. Toutefois , il ne faut pas négliger les effets secondaires : maux de têtes , nausées , insomnie.

Même s’ il n’existe pas de pilule miracle pour arrêter de fumer du jour au lendemain, ces deux médicaments peuvent accroître fortement les possibilités d’arrêter la consommation du tabac.


 Autres méthodes

Au-delà des techniques traditionnelles , les progrès de la science ont démontré qu’il existait d’autres méthodes pour arrêter de fumer. C’est le cas de l’isothérapie . Faisant partie de l’homéopathie, l’isothérapie consiste à donner au fumeur une dilution homéopathique à partir d’un reste de cigarette pour enlever l’envie de fumer . 

La sophrologie est également utilisée dans le processus d’arrêt du tabac. Méthode thérapeutique reliant le corps à l’esprit, la sophrologie combat l’envie de fumer par des phases de relaxation , de respiration et de visualisation en plusieurs séances grâce à des exercices basés sur la conscience.   

Une autre méthode, d’apparat révolutionnaire, fait partie des solutions du moment  à envisager . Le laser anti-tabac fonctionne comme l’acupuncture : il va s’appliquer sur les points responsables de la dépendance (visage, mains, doigts)  et stimuler les points nerveux par micro-vibrations pour stopper l’envie de fumer . Son avantage réside dans le fait qu’elle ne comporte pas d’effets indésirables.

Toujours dans l’univers des technologies , le paquet de cigarettes connecté permet de contrôler la consommation de cigarettes. Relié au téléphone , le paquet enregistre un objectif de cigarette par journée et délivre le nombre en question au consommateur grâce à un système d’empreintes digitales. Dès que le nombre de cigarettes du jour à été délivré , le paquet se verrouille jusqu’au lendemain.

Comment éviter la rechute ?

Pour éviter de retomber dans les travers de la cigarette, il convient de ne pas garder ses mauvaises habitudes de fumeur. Pour cela, ne plus fréquenter de fumeurs est un bon point de départ afin de ne pas être tenté d’allumer une cigarette avec ses amis ou ses collègues. Éloignez- vous également des endroits peuplés de fumeurs et essayez de vous entourer de personnes qui ne fument pas. Dans le même temps, ne consommez pas trop d’alcool qui donne souvent envie de fumer. 

Pour se détourner complètement de la cigarette, essayez nos astuces, comme pratiquez des activités relaxantes comme le yoga ou la méditation qui vous permettront de diminuer votre besoin de consommer du tabac. Se mettre au sport est aussi une formidable alternative : cela vous occupe et vous motive dans votre parcours vers l’arrêt définitif. De plus, vous allez améliorer votre souffle et plus globalement, votre condition physique. Le sport permet de sécréter de l’endorphine, une hormone qui procure des sensations de plaisir et de bien-être. 

Enfin, mettez de côté l’argent que vous aviez l’habitude de consacrer à l’achat de tabac auparavant. En s’accumulant, cet argent vous montrera que l’arrêt du tabac est bénéfique, non seulement pour votre santé, mais aussi pour votre porte-monnaie.

 Arrêter de fumer ressemble à un véritable parcours du combattant . Beaucoup de fumeurs pensent qu’il est trop tard pour cesser la consommation du tabac alors que c’est toujours une bonne chose au vu des effets positifs que cela engrange . Les mesures prises par les autorités publiques mais aussi les progrès de la science et de la technologie permettent de contrer au mieux le tabagisme.

Téléchargez notre guide gratuit / Tabac

Téléchargez notre guide

Les questions les plus fréquentes

Quelle est la méthode la plus efficace pour arrêter de fumer ?

Les substituts nicotiniques sont d’une aide efficace pour arrêter la cigarette, ils fournissent la dose de nicotine dont le corps a besoin tout en évitant la toxicité du tabac.

Qui peut m’aider à arrêter de fumer ?

Votre pharmacien , votre médecin traitant, votre tabacologue ou votre psychologue sont agrémentés pour vous aider à arrêter de fumer. Vous pouvez également appeler le 3989, la ligne téléphonique du site Tabac Info Service qui vous offrira un accompagnement personnalisé gratuit.

Quel est le meilleur moment pour arrêter de fumer ?

Il n’y a pas de moment parfait pour arrêter de fumer. Le meilleur moment est celui décidé par le fumeur lui-même, en fonction de son envie et de sa motivation.

Etes vous réellement dépendant ?

 

Pour savoir si vous êtes vraiment dépandant nous vous proposons un quiz de quelques minutes.

Faire le test