COMBATTRE VOTRE ADDICTION À LA DROGUE

Publié le 8 avril, 2024 par Sarah Nacass

La drogue est l’un des produits les plus addictifs au monde. Depuis plusieurs années, sa consommation gagne du terrain en France, notamment chez les plus jeunes. L’addiction à la drogue représente un danger important pour la santé. Pour lutter contre les troubles psychiques jusqu’à l’overdose, de nouvelles armes se sont engagées dans la guerre contre cet ennemi international numéro 1. On vous propose dans cet article de découvrir des techniques pour combattre votre addiction à la drogue.

Qu’est-ce que la drogue ?

Les drogues sont des substances naturelles ou chimiques qui peuvent modifier le fonctionnement de votre corps et de votre esprit. Ils comprennent les médicaments sur ordonnance, les médicaments en vente libre, l’alcool, le tabac et les drogues illégales. Selon, OFDT (Observatoire français des drogues et des toxicomanies) est considéré comme drogue tout substances psychoactives capables de perturber le comportement d’un individu et engendrer une addiction.

Communément, le terme drogue désigne les drogues illégales ou stupéfiants, telles que, le cannabis, la marijuana, la cocaïne, l’héroïne etc. Ces drogues affectent le fonctionnement du corps et de l’esprit. Elles peuvent changer la façon de se sentir, de penser et de se comporter. Les gens prennent des drogues pour différentes raisons et de différentes manières.

Les gens prennent de la drogue parce qu’ils veulent changer quelque chose dans leur vie. Voici quelques-unes des raisons invoquées par les jeunes pour prendre de la drogue :

Pourquoi consomme-t-on la drogue ?

Pour les adolescents en particulier, les drogues sont souvent considérées comme « cool ». Ils peuvent être utilisés pour « s’intégrer » ou pour s’établir parmi leurs pairs. Cela peut être dû à un simple désir d’appartenance ou à la pression sociale/des pairs.

Pour s’adapter

Souvent, les gens consomment de la drogue parce qu’ils veulent « planer ». Ils entendent parler des effets euphorisants que créent les drogues. Ces effets sont également ce qui pousse de nombreuses personnes à continuer à consommer de la drogue, malgré le risque de dépendance.

Femme au Téléphone

RDV en visio gratuit de 15 minutes avec un conseiller

Faites un 1er pas pour vous libérer de l’addiction et prenez gratuitement rendez-vous pour 15 minutes par téléphone

Prendre Rdv

Pourquoi consomme-t-on la drogue ?

Certaines personnes se sentent obligées de faire mieux sur le plan scolaire ou professionnel et utilisent des drogues pour améliorer leurs performances à l’école ou au travail. Le cannabis est souvent consommé par les jeunes pour cette raison.

Pour se surpasser

En termes simples, certaines personnes consomment de la drogue parce qu’elles sont curieuses. Ils ont entendu parler des effets des drogues, mais souhaitent en faire l’expérience par eux-mêmes. Il s’agit d’un problème particulier pour les adolescents et les jeunes adultes, en raison de leur stade de développement cérébral. Les jeunes sont très susceptibles d’agir de manière impulsive, sans penser aux conséquences à long terme.

Pour expérimenter

L’influence des genres musicaux tels que le rap, le rock ou le reggae peut entraîner certains adolescents à consommer les stupéfiants pour contester l’autorité. La plupart de ces musiques se dressent contre l’ordre établi et revendiquent plus de liberté auxquelles les fans adhèrent. A l’adolescence ou l’âge rebelle, on est parfois soumis à une autorité qu’on qualifie d’injuste et d’excessive.
Aussi difficile que cela puisse être de faire face à ses problèmes, les conséquences de la consommation de drogues sont toujours pires que le problème que l’on essaie de résoudre.

Au-delà de ces raisons, les toxicomanes pensent que la drogue est une solution. Mais finalement, elle devient un gros problème.

Pour se rebeller

Les effets de la drogue

Les drogues sont des produits chimiques qui affectent le corps et le cerveau. Les différents types de drogue peuvent avoir des effets différents. Certains effets des drogues ont des conséquences sur la santé qui sont durables et permanentes. Ils peuvent même continuer après qu’une personne a cessé de prendre la substance.

Une personne peut prendre des drogues de plusieurs façons, notamment par injection, inhalation et ingestion. Les effets d’une drogue sur le corps peuvent dépendre de la façon dont le stupéfiant est administré. Par exemple, l’injection de drogue type liquide dans la circulation sanguine a un effet immédiat, tandis que l’ingestion a un effet différé. Mais toutes les drogues affectent le cerveau. Ils provoquent de grandes quantités de dopamine, un neurotransmetteur qui aide à réguler nos émotions, notre motivation et nos sensations de plaisir, pour inonder le cerveau et produire des effets psychoactifs. Finalement, les drogues peuvent modifier le fonctionnement du cerveau et interférer avec la capacité d’une personne à faire des choix, entraînant des envies intenses et une consommation compulsive de drogues. Au fil du temps, ce comportement peut se transformer en une dépendance à une substance.

Aujourd’hui, des millions de personnes souffrent d’un trouble lié aux drogues illicites et un décès sur quatre résulte de la consommation de drogues illicites. En fait, plus de décès, de maladies et d’incapacités sont associés à l’abus de drogues qu’à tout autre problème de santé évitable. Les personnes souffrant de toxicomanie courent également un risque plus élevé de blessures non intentionnelles, d’accidents et d’incidents de violence domestique.

Les effets de la drogue sur la santé

Les troubles liés à l’utilisation de substances sont associés à un large éventail d’effets sur la santé à court et à long terme. Ils peuvent varier selon le type de drogue, la quantité et la fréquence de prise et l’état de santé général de la personne. Dans l’ensemble, les effets de l’abus de drogues et de la dépendance peuvent être considérables. Ils peuvent affecter presque tous les organes du corps humain.

  • Un système immunitaire affaibli, augmentant le risque de maladie et d’infection
  • Affections cardiaques allant de rythmes cardiaques anormaux à des crises cardiaques et des veines effondrées et des infections des vaisseaux sanguins causées par des drogues injectées
  • Nausées et douleurs abdominales, qui peuvent également entraîner des modifications de l’appétit et une perte de poids
  • Augmentation de la pression sur le foie, ce qui expose la personne à un risque de lésions hépatiques importantes ou d’insuffisance hépatique
  • Convulsions, AVC, confusion mentale et lésions cérébrales
  • Les maladies pulmonaires
  • Problèmes de mémoire, d’attention et de prise de décision, qui rendent la vie quotidienne plus difficile
  • Effets globaux des médicaments sur le corps, tels que le développement des seins chez les hommes et l’augmentation de la température corporelle, qui peuvent entraîner d’autres problèmes de santé

Les effets de la drogue sur le cerveau

Toutes les drogues, cocaïne, marijuana et autres, affectent le circuit de «récompense» du cerveau, qui fait partie du système limbique. Cette zone du cerveau affecte l’instinct et l’humeur. Les médicaments ciblent ce système, ce qui fait que de grandes quantités de dopamine, une substance chimique du cerveau qui aide à réguler les émotions et les sensations de plaisir, inondent le cerveau. Ce flot de dopamine est ce qui provoque un « high ». C’est l’une des principales causes de la toxicomanie.

Bien que la consommation initiale de drogues puisse être volontaire, les drogues peuvent altérer la chimie du cerveau. Cela peut en fait modifier le fonctionnement du cerveau et interférer avec la capacité d’une personne à faire des choix. La drogue peut avoir des effets à court et à long terme sur le cerveau et perturber les voies de communication du cerveau. Ceux-ci peuvent influencer l’humeur, le comportement et d’autres fonctions cognitives.

Des lésions cérébrales peuvent également survenir des carences nutritionnelles en raison des effets anorexiques des stupéfiants.

Arrêtez la drogue en 12 semaines

Découvrez la méthode qui a aidé 2500 personnes à se

libérer de leur addictions.

Les effets de la drogue sur le comportement

Les troubles liés à l’usage de substances peuvent entraîner de multiples problèmes de comportement, à court et à long terme, qui peuvent être :

  • Paranoïa
  • Agressivité
  • Hallucinations
  • Dépendance
  • Altération du jugement
  • Impulsivité
  • Perte de maîtrise de soi

L’overdose

Prendre accidentellement ou non une quantité excessive de drogue peut entraîner l’overdose. Elle peut être fatale conduisant à la mort. Les plus chanceux s’en sortent avec des séquelles permanentes. L’overdose peut également être causée par une consommation de stupéfiant après une longue période d’abstinence. Lorsqu’elle est provoquée, c’est-à-dire suicidaire, elle est déclenchée par une polytoxicomanie. C’est un mélange de produits psychotropes ayant les mêmes effets. La mort survient très rapidement après le renforcement de leur réaction psychoactive.

Les différents types de drogues

Il existe différentes classifications des drogues. Les plus courants se basent sur les caractéristiques liées à leur réaction sur le cerveau, leur composition chimique, leur réglementation juridique et leur dangerosité.

Classifications des drogues basées sur l’effet

Les dépresseurs

Les dépresseurs sont des médicaments qui altèrent l’activité du système nerveux central en renforçant les effets du GABA, un neurotransmetteur qui inhibe la connectivité entre les neurones. Les dépresseurs rendent généralement une personne calme ou somnolente. Étant donné que les dépresseurs calment le cerveau, les médecins prescrivent certains d’entre eux comme médicaments pour les troubles du sommeil, l’anxiété et le stress. Les deux sous-catégories de dépresseurs sur ordonnance sont les benzodiazépines  et les barbituriques . Les dépresseurs ont le potentiel de provoquer une dépendance et une surdose , et ils peuvent provoquer des effets secondaires tels que des troubles de l’élocution, des étourdissements et une perte de coordination. L’alcool est peut-être le dépresseur le plus consommé au monde.

 

Les stimulants 

Les stimulants sont une classe de drogues qui augmente l’activité du système nerveux central et bloquent la recapture des neurotransmetteurs noradrénaline et dopamine. La noradrénaline améliore l’éveil, la mémoire et l’attention, tandis que la dopamine renforce l’inclinaison d’une personne aux stimuli positifs. Un stimulant typique provoquera une « montée » d’euphorie et d’éveil, accompagnée d’une accélération de la respiration, du rythme cardiaque et de la pression artérielle. À fortes doses, les stimulants peuvent provoquer une insuffisance cardiaque et des convulsions.

Les médecins prescrivent certains stimulants comme médicament pour le TDAH et la narcolepsie. Les gens utilisent également des stimulants sans ordonnance pour rester actifs en travaillant, en étudiant ou en faisant de l’exercice. Voici des exemples de stimulants :

  • La caféine est le stimulant
  •  Les drogues récréatives illégales que sont la cocaïne, la  méthamphétamine , la MDMA (ecstasy) et  la cathinone

Les hallucinogènes

Les hallucinogènes sont des psychotropes qui provoquent de fausses perceptions de la réalité. Un hallucinogène peut déformer la façon dont une personne perçoit le temps, le mouvement, les couleurs et les sons. Les hallucinogènes affectent les niveaux de sérotonine dans le cerveau, un neurotransmetteur qui régule la cognition et la mémoire. Certains hallucinogènes provoquent également des effets dissociatifs en interférant avec le fonctionnement du glutamate, un neurotransmetteur excitateur. Les hallucinogènes dissociatifs provoquent des sensations de détachement de la réalité ainsi que des hallucinations. Les effets d’un hallucinogène dépendent de la drogue et varient d’une personne à l’autre. Voici des exemples d’hallucinogènes :

  • LSD
  • Champignons Psilocybine
  • PCP
  • La mescaline
  • La DMT
  • La Kétamine
Femme au Téléphone

RDV en visio gratuit de 15 minutes avec un conseiller

Faites un 1er pas pour vous libérer de l’addiction et prenez gratuitement rendez-vous pour 15 minutes par téléphone

Prendre Rdv

Classifications des drogues basées sur la composition chimique

Aussi appelés opiacés, les opioïdes sont soit dérivés de l’opium, soit de produits chimiques conçus pour l’imiter. Les opioïdes agissent en agissant sur les récepteurs du cerveau, parfois en imitant les effets des neurotransmetteurs. Cela peut permettre aux opioïdes de servir d’analgésiques puissants, mais peut également provoquer des sensations de plaisir intense et conduire à une dépendance. La dépendance aux opioïdes est l’un des problèmes les plus graves auxquels l’Amérique est confrontée aujourd’hui. Les opioïdes sont parmi les plus addictifs de toutes les substances connues, et ils sont également parmi les plus meurtriers. le plus connu est :

  • L’héroïne

Les opioïdes

Les cannabinoïdes

Les cannabinoïdes sont une classe de substance chimiquement similaire au tétrahydrocannabinol (THC), l’agent actif de la marijuana. Les cannabinoïdes créent des sentiments d’exaltation, connus sous le nom d’euphorie, mais ils ont également un impact négatif sur le fonctionnement mental et physique. Les cannabinoïdes sont les drogues les plus consommées après l’alcool, et ils sont de plus en plus reconnus légalement. Bien qu’ils soient considérés comme moins addictifs que d’autres classifications de drogues, les cannabinoïdes peuvent gravement nuire à la santé mentale et physique d’une personne. Voici des exemples de cannabinoïdes :

  • Marijuana
  • Haschisch

Classement des drogues sur la base juridique

Cela permet de distinguer les drogues légales aux drogues illicites selon la législation d’un pays. En France, la fabrication, la commercialisation et la consommation de certaines substances psychotropes sont autorisées. Ces drogues dites légales désignent généralement l’alcool, le tabac, des produits pharmaceutiques, le café et des substances organiques. Le statut légal de ces psychotropes n’admet pas qu’ils seraient inoffensifs. La différence entre les drogues légales et les drogues illégales n’inclut pas le caractère dangereux. Une drogue peut être à la fois dangereuse et légale.

Quant aux drogues illicites, ce sont en général les stupéfiants, leurs ventes et consommations sont interdites et sanctionnées par la loi. c’est le cas du cannabis, de la cocaïne, de l’héroïne etc.

Les nouvelles substances psychoactives

Il s’agit de tout ce qui est créé en laboratoire pour imiter les drogues naturelles. Cela inclut le cannabis synthétique, la kétamine créée en laboratoire, et plus encore. La plupart ont des effets inconnus en plus de l’effet recherché, et les essayer est donc extrêmement dangereux.

Comment arrêter la drogue ?

Vouloir arrêter de se droguer passe indéniablement par une prise de conscience de son addiction à la drogue. Et nécessairement, aborder votre consommation de drogue peut vous aider à être plus heureux, plus en sécurité et en meilleure santé. Voici quelques étapes que vous pouvez suivre.

Il peut être difficile de faire ce premier pas et d’examiner votre consommation de drogue, mais cela peut avoir un impact important sur votre santé et votre bonheur. Toute drogue peut devenir problématique, qu’il s’agisse de cocaïne, d’analgésiques sur ordonnance ou de cannabis. Vous n’avez pas non plus besoin de prendre de la drogue tous les jours pour que ce soit un problème. La dépendance à une drogue peut être physique, psychologique ou les deux.

Vous avez peut-être remarqué que vous ne pouvez pas faire les choses de tous les jours sans en consommer d’abord, ou peut-être avez-vous ressenti une sorte de sevrage lorsque vous ne consommez pas.

D’autres personnes ont peut-être constaté un changement dans votre comportement ou vous avez peut-être commencé à prendre des risques qui mettent votre santé ou votre vie en danger. Quelle que soit la raison, le changement est possible avec le bon traitement.

Les pré-requis

Si vous envisagez de prendre des mesures pour arrêter de prendre de la drogue ou de réduire votre consommation, n’ayez pas peur de demander de l’aide. Il est beaucoup plus facile d’apporter des changements positifs lorsque vous avez l’aide et le soutien d’autres personnes.

Vous pourriez:

  • Parlez à votre médecin de vos inquiétudes. Ils pourront vous donner des conseils et des informations utiles.
  • Si vous le pouvez, parlez à votre famille et à vos amis de votre consommation de drogue. Demander de l’aide peut faire une grande différence, surtout au cours des premières semaines.
  • Rejoignez un groupe de soutien par les pairs comme Narcotiques Anonymes ou Cocaïne Anonyme.
  • Trouvez votre service de drogue le plus proche. Vous pouvez rechercher votre service le plus proche et consulter les options de traitement.

Les traitements pour arrêter la drogue

La dépendance est un trouble traitable. La recherche scientifique sur la toxicomanie et le traitement des troubles liés à l’utilisation de substances ont conduit au développement de plusieurs méthodes d’accompagnement qui aident les gens à arrêter de consommer de la drogue et à reprendre une vie productive.

Comme d’autres maladies chroniques telles que les maladies cardiaques ou l’asthme, le traitement de la toxicomanie n’a généralement pas de remède miracle. Mais la dépendance peut être gérée avec succès. Le traitement permet aux personnes de contrecarrer les effets perturbateurs de la dépendance sur leur cerveau et leur comportement et de reprendre le contrôle de leur vie.

La recherche montre que lors du traitement des dépendances aux opioïdes (analgésiques sur ordonnance ou drogues comme l’héroïne), les médicaments sont la première ligne de traitement, et sont généralement associés à une forme de thérapie comportementale ou de conseil.

De plus, les médicaments sont utilisés pour aider les gens à se désintoxiquer des drogues, bien que la désintoxication ne soit pas la même chose qu’un traitement et ne soit pas suffisante pour aider une personne à se rétablir. La désintoxication seule sans suivi médical ni accompagnement conduit généralement à la reprise de la consommation de drogue.

Pour les personnes ayant une dépendance à des drogues comme les stimulants ou le cannabis, il n’existe aucun médicament destiné à l’arrêt absolu. Par contre, certains médicaments peuvent aider au sevrage qui consiste à associer les médicaments et thérapie comportementale. Le traitement doit être adapté pour répondre aux habitudes de consommation de drogue de chaque patient et aux problèmes médicaux, mentaux et sociaux liés à la drogue.

Les médicaments pour arrêter la drogue

Différents types de médicaments peuvent être utiles à différentes étapes du traitement pour aider un patient à arrêter de consommer des stupéfiants, à poursuivre son traitement et à éviter les rechutes.

Lorsque les patients arrêtent de consommer des drogues pour la première fois, ils peuvent éprouver divers symptômes physiques et émotionnels, notamment de l’agitation ou de l’insomnie, ainsi que de la dépression, de l’anxiété et d’autres problèmes de santé mentale. Certains médicaments et dispositifs de traitement réduisent ces symptômes, ce qui facilite le processus du sevrage et prévient le risque de rechute.

Il n’existe pas de molécule ‘’passe partout’’ pour arrêter la consommation d’une drogue. Les drogues ont une composition naturelle ou chimique différente des unes des autres. De ce fait, la prescription dépend du type de drogue consommée.

Molécule pour sevrage au cannabis

Certains tests laboratoires sur l’usage des molécules à base de THC dans le sevrage au cannabis font preuve d’efficacité contre les symptômes du sevrage. La prise de mirtazapine ou de nabiximols aide le cerveau à résister au syndrome de manque.

Les groupes de soutien

La prescription d’opioïdes tel que la méthadone permet de soulager les syndromes de manque lors du sevrage. La méthadone peut être considérée comme une substitution à l’héroïne. Elle agit sur les récepteurs mu du cerveau mais ne provoque pas d’effet euphorisant. Pour réussir le sevrage et éviter la rechute, il est nécessaire de réduire la dose de méthadone au fur à mesure.

Molécule pour sevrage au cannabis

Certains tests laboratoires sur l’usage des molécules à base de THC dans le sevrage au cannabis font preuve d’efficacité contre les symptômes du sevrage. La prise de mirtazapine ou de nabiximols aide le cerveau à résister au syndrome de manque.

Les groupes de soutien

La prescription d’opioïdes tel que la méthadone permet de soulager les syndromes de manque lors du sevrage. La méthadone peut être considérée comme une substitution à l’héroïne. Elle agit sur les récepteurs mu du cerveau mais ne provoque pas d’effet euphorisant. Pour réussir le sevrage et éviter la rechute, il est nécessaire de réduire la dose de méthadone au fur à mesure.

Femme au Téléphone

RDV en visio gratuit de 15 minutes avec un conseiller

Faites un 1er pas pour vous libérer de l’addiction et prenez gratuitement rendez-vous pour 15 minutes par téléphone

Prendre Rdv

Les thérapies comportementales contre la drogue

Les thérapies comportementales aident les personnes en traitement de la toxicomanie à modifier leurs attitudes et leurs comportements liés à la consommation de drogues. En conséquence, les patients sont capables de gérer des situations stressantes et autres déclencheurs susceptibles de provoquer une rechute. Les thérapies comportementales peuvent également améliorer l’efficacité des médicaments et aider les personnes à poursuivre efficacement leur traitement.

  • La thérapie cognitivo-comportementale

La thérapie cognitivo-comportementale (TCC) a été développée comme méthode pour prévenir les rechutes lors du traitement des problèmes d’alcool, et plus tard, elle a été adaptée aux personnes cocaïnomanes. Les stratégies cognitivo-comportementales sont basées sur la théorie selon laquelle, dans le développement de schémas comportementaux inadaptés comme la toxicomanie, les processus d’apprentissage jouent un rôle essentiel. Les personnes en TCC apprennent à identifier et à corriger les comportements problématiques en appliquant une gamme de compétences différentes qui peuvent être utilisées pour arrêter l’abus de drogues et pour résoudre une gamme d’autres problèmes qui s’y associent souvent.

Un élément central de la TCC est d’anticiper les problèmes probables et d’améliorer la maîtrise de soi des patients en les aidant à développer des stratégies d’adaptation efficaces. Les techniques spécifiques comprennent l’exploration des conséquences positives et négatives de la consommation continue de drogues, l’autosurveillance pour reconnaître les envies de se droguer et identifier les situations qui pourraient mettre une personne à risque d’utilisation, et développer des stratégies pour faire face aux envies et éviter ces situations à haut risque.

La recherche indique que les compétences acquises par les individus grâce aux approches cognitivo-comportementales persistent après la fin du traitement. La recherche actuelle se concentre sur la façon de produire des effets encore plus puissants en combinant la TCC avec des médicaments contre la toxicomanie et avec d’autres types de thérapies comportementales.

Homéopathie pour arrêter la drogue

Il existe des remèdes homéopathiques qui ont fait leurs preuves pour les personnes en situation d’addiction à la drogue. Ces médicaments homéopathiques réduisent les symptômes de sevrage et permettent de reprendre une vie normale plus rapidement. Ils stimulent l’humeur et augmentent la sensation de bien-être. Ils combattent également la dépression qui est souvent liée à l’arrêt d’une dépendance. Voici le top des médicaments homéopathiques pour une désintoxication aux drogues :

  • Avena Sativa : l’un des meilleurs médicaments homéopathiques pour la toxicomanie lorsqu’il s’agit de symptômes de sevrage ou de traitement de l’insomnie due à la drogue ou à l’alcool. Il agit contre les effets de la morphine ou de l’héroïne, ainsi que de la cocaïne, du tabac, de la marijuana et du valium
  • Nux Vomica : traitement homéopathique de la toxicomanie contre les symptômes abdominaux, nausées et vomissements, vertiges avec perte de conscience momentanée, estomac très sensible à la pression en application externe, sensation aggravée le matin,
  • Morphinum : médicament homéopathique pour la toxicomanie contre les symptômes cardiaques, des battements dans le cœur avec un pouls petit et faible, un état de rêve et le patient se sent indifférent
  • Coffea : médicament homéopathique pour la toxicomanie qui atténue l’insomnie marquée, lorsque le patient a des phases d’excitation, d’énergie, d’extase, d’insomnie à cause d’une activité mentale excessive
  • Hyoscyamus : traitement homéopathique de la toxicomanie pour les patient qui développent des hallucinations et des délires. Alors que le patient semble ivre, il rit, chante, récite et babille de manière délirante (acte insensé)
  • Opium : médicament homéopathique adapté à la toxicomanie contre la somnolence, le sommeil lourd et profond, la respiration bruyante et laborieuse, la perte de conscience

Les centres de cure de désintoxication

Il est parfois nécessaire et indispensable d’effectuer le sevrage à la drogue dans un centre de désintoxication. Ces établissements garantissent une atmosphère idéale pour s’éloigner au maximum des stupéfiants. En France, il existe plusieurs centres dédiés au sevrage à la drogue.

Les CSAPA

Les Centres de Soins,d’Accompagnement et de Prévention en Addictologie sont des services médicaux spécialisés dans l’accompagnement des personnes en situation d’addiction. Ils sont entièrement financés par l’Etat. Les services sont pris en charge par la Sécurité sociale. Les personnes admises dans ces centres ont le choix entre un accompagnement ambulatoire, c’est-à-dire sans hospitalisation et une cure hospitalière dans l’un des résidences partenaires. La durée d’une cure de désintoxication varie entre 2 et 4 semaines selon le degré dépendance. Ces structures proposent également un suivi aux personnes nouvellement abstinentes à travers des entretiens, des conseils et ateliers spécifiques pour prévenir les risques de rechute.

Les centres privés

Contrairement aux CSAPA, les centres privés en addictologie sont intégralement à la charge de la personne souhaitant effectuer une désintoxication. Le coût d’un sevrage à la drogue dans une clinique privée dépend de la durée des soins, du standing et des services proposés par le centre. Toutefois, Il faut prévoir des milliers d’euros de budget. En revanche, des mutuelles de santé spécialisées dans les thérapies douces peuvent accorder un remboursement sous réserve de remplir certaines conditions d’éligibilité.

La méthode Adios pour arrêter la drogue

La méthode ADIOS (Activation De l’Inconscient Orientée Solution) est un ensemble de techniques de thérapies brèves élaborées par Sarah Nacass, spécialiste en Activation du changement. Depuis maintenant plus de 10 ans, elle accompagne et libère les personnes en situation d’addiction. La méthode et l’institut ADIOS sont nés de sa volonté de sauver son fils d’une addiction au cannabis. Après avoir eu l’impression d’avoir tout essayé pour y mettre un terme… Elle ne renonce pas et décide de se former elle-même à plusieurs techniques de thérapie brève. À la fin, après de multiples formations, elle finit par découvrir qu’une combinaison de plusieurs techniques permet d’obtenir des résultats étonnants avec son propre fils. Au bout de quelques séances, il est définitivement débarrassé de son addiction au cannabis.

 

Sa méthode est novatrice, elle est composée d’une sélection de 12 techniques de thérapies brèves, de plus, l’accompagnement s’intéresse autant à l’origine inconsciente de la dépendance qu’à la dépendance elle-même. La méthode ADIOS a une approche holistique qui prend en compte l’individu dans sa globalité, avec ses richesses et ses singularités.

Un parcours d’accompagnement avec ADIOS permet de se libérer de sa dépendance, en faisant un travail sur l’origine du comportement addictif mais aussi en mettant en place des solutions pour gérer les cognitions négatives, les émotions et le stress. Le parcours d’accompagnement proposé pas nos Praticiens en Activation du Changement (certifiés ADIOS) vous offre les clés pour opérer un changement durable, installer un nouveau comportement sain pour vous.

Depuis sa création en 2012, l’Institut ADIOS a pu aider plus de 2500 personnes à se libérer de leur souffrance. La méthode ADIOS, c’est 95 % de clients satisfaits parmi ceux qui sont allés au bout du programme.

FAQ

Peut-on prévenir la consommation de drogues et la toxicomanie ?

La consommation de drogues et la toxicomanie sont évitables. Les programmes de prévention impliquant les familles, les écoles, les communautés et les médias peuvent prévenir ou réduire la consommation de drogues et la toxicomanie. Ces programmes comprennent l’éducation et la sensibilisation pour aider les gens à comprendre les risques liés à la consommation de drogues.

La dépendance est-elle héréditaire ?

La recherche montre que la génétique joue un rôle dans la probabilité qu’une personne devienne toxicomane, mais ce n’est pas le seul facteur. D’autres facteurs incluent l’environnement (grandir au milieu des toxicomanes), le tempérament (être plus sensible au stress). Pour l’heure, les scientifiques continuent de se renseigner sur le rôle des gènes dans la toxicomanie afin de pouvoir développer de nouvelles façons de la prévenir et de la traiter.

La rechute dans la consommation de drogue signifie-t-elle que le traitement a échoué ?

Non. La nature chronique de la dépendance signifie que pour certaines personnes , une rechute ou un retour à la consommation de drogue après une tentative d’arrêt peut faire partie du processus, mais de nouveaux traitements sont conçus pour aider à prévenir les rechutes. Les taux de rechute pour l’usage de drogues sont similaires aux taux d’autres maladies médicales chroniques. Si les gens arrêtent de suivre leur plan de traitement médical, ils sont susceptibles de rechuter.

Femme au Téléphone

RDV en visio gratuit de 15 minutes avec un conseiller

Faites un 1er pas pour vous libérer de l’addiction et prenez gratuitement rendez-vous pour 15 minutes par téléphone

Prendre Rdv