10 conseils pour éviter une rechute face à l’alcool

AlcoolLa rechute alcool n’est pas sans séquelles. Elle, aussi, peut mener à des complications physiques, mais également à des répercussions psychiques. Le sentiment d’échec qui peut y être associé risque d’aggraver davantage la rechute. C’est un cercle vicieux qui risque alors d’empirer la situation de la personne et l’amener à des comportements plus ou moins agressifs.

conseil arrêt alcool : toutes nos astuces anti alcool?

Peut-on éviter la rechute ? Oui, on peut très éviter de boire à nouveau. Mais comment, nous direz-vous… Voici donc les 10 conseils anti-rechute pour ne pas déraper ou rechuter.

Rechute alcool : commencez par programmer votre inconscient

Posez-vous constamment cette question : « Que ferai-je au lieu de boire de l’alcool à nouveau ? ». Cela semble évident et sans impact réel, mais sachez qu’il s’agit d’une véritable arme psychique.

Ce faisant, vous parlez directement à votre inconscient. Vous vous rappelez vos objectifs, vos motivations, vos ambitions mais aussi vos facteurs déclencheurs : ceux qui seraient à même de vous amener à l’obsession et donc à la rechute.

Ce faisant, votre subconscient considérera l’arrêt de boire comme étant vital. Il contribuera alors au maintien de l’abstinence.

Promouvez un état d’esprit serein

Ne vous laissez jamais submerger par l’anxiété. Certes, ce sentiment est physiologique, mais il ne faut jamais en abuser ou le laisser abuser. Bannissez le vide de votre vie, planifiez des activités de divertissement et/ou d’apprentissage et, obligatoirement, faites du sport.

Faire face à vos émotions négatives est une priorité si vous souhaitez ne jamais rechuter. La colère, l’ennui ou encore la solitude ont le pouvoir d’intensifier le besoin d’alcool. Votre cerveau réclame plus violemment d’importantes doses de dopamine pour satisfaire le système de récompense qui était assuré par l’action psychoactive de l’alcool.

Notez vos succès

Listez toutes les victoires que vous avez accomplies jusqu’aujourd’hui. Faites-le de manière sérieuse et organisée. Dressez un tableau où vous classerez trois grandes catégories : victoires personnelles, victoires sociales, victoires professionnelles.

Dans chacune des catégories, vous classerez les progrès accomplis. En guise d’exemple : démarchage réussi d’un client, accomplissement d’un projet, aide d’une personne handicapée ou en détresse sociale, etc.

Cette étape peut paraître anodine, mais ce n’est qu’en écrivant vos réalisations que votre estime de soi se renforce. Ce faisant, votre résistance à l’envie d’alcool ne fera qu’augmenter. Un vrai atout pour éviter la rechute alcool.

Faites attention aux événements déclencheurs

Préparez un plan où vous répertoriez les facteurs déclencheurs de votre envie pour l’alcool. Lorsque celle-ci survient, observez-vous, analysez les événements et tirez ceux qui ont incitez votre corps à réclamer les boissons alcoolisées.

À force de le faire, vous maîtriserez ces déclencheurs et arriverez à les anticiper. Et pour ne rien laisser au hasard, écrivez les solutions dont vous jugez l’efficacité contre ces éléments diagnostiqués comme activateurs d’envie.

Soyez pris en charge

Consultez un psychothérapeute. Faites-le sans hésiter si vous n’arrivez toujours pas à contrôler vos crises de panique et vos épisodes d’angoisse. Ce professionnel mettra en place des thérapies comportementales ainsi que d’autres stratégies en vue de contrer vos souffrances psychologiques.

Consultation médecinConsultez un spécialiste

N’hésitez jamais à consulter un addictologue ou un alcoologue si vous n’arrivez jamais à gérer les signes physiques liés au manque. Quelquefois, voire souvent, les traitements médicamenteux sont indispensables afin que l’organisme garde au maximum son bon fonctionnement.

De même, si vous souffrez d’hallucinations fréquentes, ne reportez pas la consultation. En effet, des complications mentales graves peuvent survenir chez quelque abstinents. Autant opter pour la prévention.

On vous prescrira des traitements médicamenteux pour soulager votre mal-être.

Soyez entouré

Pensez à intégrer des groupes d’entraide. Non seulement vous purifierez votre esprit, mais vous aurez également des astuces efficaces expérimentées pour éviter les rechutes. Le partage d’expérience avec d’autres abstinents vous aidera à mieux gérer vos symptômes, à vous motiver en observant leur détermination et leur persévérance.

Méditez

Optez pour le yoga et la méditation. Nul ne l’ignore, ces deux pratiques sont l’essence de tout état d’esprit sain et équilibré. Outre leurs bienfaits, elles confèrent le don de concentration. Vous apprendrez progressivement à bien vous focaliser sur vos objectifs. Ce qui, en matière d’alcool, vous donnera la force et la détermination pour réussir votre objectif de sevrage alcoolique.

Par ailleurs, le yoga et la méditation vous apprennent à écouter votre corps, à évaluer ses souffrances et à les gérer de manière calme et radicale.

Expérimentez l’hypnothérapie

Consultez un hypnothérapeute ou l’Institut ADIOS si vous n’arrivez pas à revenir à l’origine de votre addiction. Les techniques utilisées dans ces deux approches thérapeutiques vous aideront à mettre fin à vos peines psychiques.

Il y a sûrement une bonne raison derrière ce lien qui s’est tissé entre l’alcool et vous. Si elle reste intraitable, elle va sans aucun doute engendrer des faiblesses et des vulnérabilités face aux boissons alcoolisées. C’est normal, l’alcool était le remède que vous avez choisi pour les camoufler. Elles continueront à le réclamer tant qu’elles existent encore dans votre inconscient.

Adoptez une hygiène de vie saine

Équilibrez votre alimentation. Un mode de vie toxique ne va évidemment pas aider votre organisme à lutter. Si vous optez pour le fast-food, les conserves, les repas riches en sucres et en gras, vous allez affaiblir le système immunitaire et accentuer vos signes de malaise.

Privilégiez les légumes et fruits de saison, les jus énergétiques et les soupes. Il y a tant de recettes aussi bien saines qu’appétissantes. Pensez à vous en inspirer pour booster votre circulation sanguine, vous échanges vitaux et votre résistance à l’envie d’alcool et au syndrome de sevrage.

En somme

La rechute est certainement le cauchemar de tout alcoolique abstinent. Sachez cependant que son éviction est possible et n’a rien de compliqué. Il faut juste adopter les bons réflexes afin de contrer la souffrance cérébrale souvent à l’origine de l’obsession pour les boissons alcoolisées.

Pensez à être entouré et soutenu, partagez vos moments en compagnie des personnes avec lesquelles vous oubliez l’alcool, vous en avez sûrement…

Enfin, évitez tout sentiment de culpabilisation. De toute évidence, vous ne pouvez cesser de vous remettre en question. Néanmoins, le faire en étant sous l’emprise de la culpabilisation ne vous mènera nulle part !

Voir aussi : medecin pour alcoolique

Voir aussi : Numéro vert alcool

Voir aussi : probleme d alcool qui consulter 

Voir aussi : cure 1 mois sans alcool 

Voir aussi : Craving alcool 

Voir aussi : Binge drinking 

Voir aussi : femme alcoolique 

HORAIRES D’OUVERTURES

Lundi – Vendredi 7:45 – 20:45
Samedi 9:45 – 18:45
Dimanche 9:45 – 18:45

   01 80 27 20 15

PRENDRE RDV