Aide Alcool : besoin d’aide pour lutter contre l’alcool ?

aide alcool

Une aide alcool est le premier pas sur le chemin de la guérison, elle est primordial dans le processus d’arrêter l’alcool . Vous n’êtes pas le seul, de nombreuses personnes vivent cette même épreuve. D’ailleurs, personne n’est à l’abri de cette maladie qu’est l’alcoolodépendance. Mais heureusement, tout le monde peut la surmonter. Les doutes et le déni ne simplifient pas l’affaire, certes, mais avec un peu d’aide et de volonté, vous reprenez sereinement votre vie en main. Voici donc comment vous faire aider pour affronter efficacement votre dépendance à l’alcool.

Pourquoi je dois me faire aider pour arrêter l’alcool ? L’importance d’une aide alcool

Vous ressentez que la dépendance à l’alcool vous a changé. Vous perdez le contrôle de votre vie et n’arrivez ni à avancer dans vos projets professionnels ni à vous réjouir de votre vie personnelle. Il est temps de voir d’un bon œil, d’anesthésier les sentiments d’angoisse, de peur, d’échec, d’accepter une aide alcool.

Avoir besoin d’un renfort pour vous détacher de l’addiction est tout à fait légitime. L’aide extérieure identifie correctement les problèmes qui vous poussent à abuser de l’alcool et que votre ego refuse souvent de reconnaître. Par ailleurs, accepter d’être aidé permet une régulation hormonale qui lutte contre la démotivation, la réticence, le déni et les rechutes.

La sécrétion de dopamine, sérotonine ainsi que d’ocytocine est boostée. Vous ressentez le bonheur lié au système de récompense du cerveau sans que vous n’ayez à boire une seule goutte d’alcool. Votre humeur et épanouissement s’améliorent de jour en jour.

Quels sont les aides disponibles pour lutter contre l’alcoolisme

aide alcool

Pour récupérer votre énergie gaspiller dans l’alcool, voila quelques conseils et astuces pour arrêter de boire.

Les cures de désintoxication

Une cure de désintoxication est une aide alcool qui se veut efficace, rassurante et anonyme si le patient le souhaite. Sa durée moyenne est de deux à trois semaines avec une hospitalisation surveillée dans un centre de désintoxication. Parfois, la prise en charge peut se faire en ambulatoire si l’alcoolodépendance n’a pas encore atteint ses plus hauts seuils de gravité.

Il s’agit d’un allié thérapeutique qui encadre psychologiquement et médicalement le sevrage alcoolique. On le recommande aux personnes dont les tentatives de sevrage ont abouti à l’échec, mais aussi à celles qui sont seules et dépressives. Le personnel est bienveillant et veille à rester proche du patient grâce à une prise en charge pluridisciplinaire.

Pour en bénéficier, il suffit de faire une demande auprès du médecin de famille qui assure un rôle d’accompagnement d’orientation vers le centre de désintoxication.

Les postcures alcool

Une aide alcool réussie couvre également la période post-guérison. En effet, pour maintenir le sevrage et prévenir la rechute, un accompagnement durant la période qui suit les cures de désintoxication est fortement conseillé.

Les postcures soutiennent les personnes sevrées pour une durée minimum d’un mois et maximum de trois mois. Des psychothérapeutes assurent un accompagnement qui se veut motivant, rassurant et curatif pour venir à bout des instabilités psychologiques à l’origine de la dépendance alcoolique guérie. Cela passe par plusieurs étapes telles que la participation à un groupe de parole.

Les groupes d’entraide pour arrêter de boire

Même avec une volonté de fer, combattre seul les violents appels d’alcool cause l’épuisement, la colère et les violences dirigées contre soi-même.

Prendre contact avec un centre d’alcoologie ou une association d’entraide permet de gérer l’effort pénible qu’exige le maintien de l’abstinence. Des psychothérapeutes encadrent les groupes d’entraide en mettant en place des stratégies relevant de la thérapie cognitive et comportementale, mais aussi de psychanalyse et de méditation.

Toutes les études scientifiques portant sur le sevrage alcoolique ont abouti à la grande efficacité des groupes d’alcool et d’entraide. C’est un soutien thérapeutique qui aide deux personnes sur trois à maintenir leur abstinence et acquérir un mode de vie sain, mais aussi agréable

Les amis et les proches

Souvent, on est enclin à la solitude, on est inondé de culpabilité et de honte qui empêchent de se confier à ses proches et amis. Cependant, cette aide alcool que l’on recherche constamment ne peut réussir sans leur soutien. Certes, il est difficile de trouver les bons mots pour exprimer ce que l’on ressent. Néanmoins, accepter leur présence et leur accompagnement est déjà un très bon point de départ.

Il est essentiel de ne pas vous évader de ceux qui ne vous jugent pas, qui veulent simplement vous épauler dans votre épreuve. Parler de votre souffrance et exprimer votre besoin d’aide ne sont en aucun cas des signes de faiblesse, mais plutôt des thérapies que l’on pourrait qualifier de « naturelles ». Organiser des activités avec un cher ami ou proche est à même d’entraîner une régulation hormonale qui traite les crises d’angoisse et les symptômes liés au sevrage.

5 astuces pour lutter au quotidien contre l’alcool

La lutte contre l’alcoolisme est un combat rude. La réussir demande de nombreux effort et sacrifice. Il ne sera pas évident de suivre à la lettre toutes les suggestions ou recommandations pendant le traitement contre l’alcoolodépendance. C’est pourquoi, nous vous mettons quelques astuces pour modérer les symptômes de manques auxquels vous serez confrontés.

Pour votre aide alcool, optez pour les cafés plutôt que les bars

aide alcool

Si vous souhaitez passer de bons moments avec vos amis, collègues ou avec votre conjoint, ne faites pas du bar votre première destination. Allez plutôt dans un café pour vous détendre et discuter tranquillement. L’ambiance qui s’y trouve vous aidera à oublier l’alcool et à calmer la forte envie de boire.

Les restaurants au style bistrot sont une excellente idée pour vous distraire et pour déstresser. Un effet « récompense » garanti en compagnie d’une personne à qui vous aimez vous confier

Vous n’êtes pas d’humeur ? Ne buvez pas !

Facile à dire, difficile à faire. Une astuce peut toutefois simplifier grandement l’abstinence quand on est déprimé : ne jamais garder les boissons alcoolisées chez-soi.

Quand l’angoisse tend à vous envahir, appelez votre meilleur ami, votre conjoint ou toute autre personne avec laquelle vous vous sentez agréablement bien. Faire des activités ensemble, ne serait-ce que parler, vous aide à affronter le besoin de boire pour oublier votre chagrin.

Devenez une personne active physiquement

La sérotonine est une hormone très sensible à l’exercice physique. Adopter un sport régulier est une aide alcool qui simule l’effet du bonheur lié à l’alcoolisme. Mais pas uniquement ! L’activité sportive stimule la production de la dopamine qui vous libère peu à peu des appels violents de l’addiction.

aide alcool

Avec le temps, vous réussirez à remplacer votre addiction par une activité ayant le même effet, mais dépourvue de nocivité. Vous ne serez plus dépendant de l’ennui et vous arriverez à changer vos habitudes.

Créer une liste

Comme Antoine de Saint-Exupéry l’avait bien décrit, un objectif sans plan n’est qu’un souhait ! Si vous êtes en début de sevrage, commencez par créer une liste où vous répertorierez toutes les raisons pour lesquelles vous souhaitez arrêter de boire de l’alcool. Cette liste doit être toujours à votre portée : sur votre bureau, à l’intérieur de votre voiture, dans votre cuisine, etc. pour que vous restiez déterminé et motivé.

Ensuite, élaborez des objectifs bien précis. Déterminez le nombre de verres à ne pas dépasser quotidiennement. Enfin, documentez le nombre de vos consommations d’alcool. Cela vous permet de rester conscient à cet égard et vous encouragera à réajuster régulièrement vos objectifs en fonction de l’avancement de votre situation.

Boire de l’eau

aide alcool

Avant de boire votre verre d’alcool, buvez un grand verre d’eau. Cela apporte un effet rassasiant et augmente la résistance de l’organisme aux boissons alcoolisées bues ultérieurement.

Résister au craving

Sur le plan neurologique, la durée du craving est estimée à 7 minutes. L’idéal est encore une fois de boire un grand verre d’eau, de répondre à ses emails, d’aller chercher le courrier, d’aller nager, de sortir se promener, etc. Au bout des 7 minutes, le besoin commence progressivement à disparaître.

Parler à son addiction

Parler de son addiction est essentiel. Le fait d’aborder son problème d’alcoolisme avec les autres permet non seulement de vous libérer mais aussi de permet aux autres dans le cas échéant, de savoir comment aider une personne alcoolique. Et cela peut sembler sans importance, mais écrire une lettre d’adieu à son addiction est une très forte motivation. Cela permet à votre inconscient de se fixer des objectifs mesurables. Exprimez, prenez tout votre temps et laissez-vous portez par vos intuitions et ressentis. Les divulgations sur papier vous aident à vous pardonner, à soutenir vos faiblesses et impuissance.

Parler à son médecin

Durant le processus du sevrage, des symptômes plus ou moins grave peuvent mettre votre santé en danger. Il est impératif de demander une assistance médicale immédiate si vous éprouvez des crises de panique, des tremblements, un rythme cardiaque instable ou élevé.

Le médecin évalue votre état et décide de la manière la plus saine pour mener à bien un sevrage. Le but est d’éviter les complications qui peuvent vous causer des rechutes, voire des problèmes graves de santé, qu’il soit sur le plan physique ou psychologique.

L’acceptation est la voie de la guérison. Quand vous admettez le besoin d’être aidé par les spécialistes et l’entourage, vous parvenez à baisser la résistance cérébrale au processus du sevrage. Vos pensées se positivent grâce à la libération des endorphines, vous n’êtes alors plus prisonnier des sentiments d’angoisse, de peur, de colère et de dépression.

Une aide alcool acceptée permet de remplacer l’addiction, une condition sans laquelle il est impossible d’arrêter de boire l’alcool. Elle vous permet de cibler un changement rapide d’habitudes pour augmenter de plus en plus les durées d’abstinence. Il suffit de franchir le pas, tant de portes s’ouvrent à vous !

Les questions les plus fréquentes

Quels sont les effets liés à l’arrêt de l’alcool

L’arrêt de l’alcool comporte plein de d’effets aussi magnifiques et bénéfiques les uns que les autres. Des effets qui sont importants non seulement sur le plan physique mais aussi mentale et social. Ces effets sont des bienfaits pour notre équilibre personnel et sociétal.

Quels sont les bienfaits d’un arrêt de l’alcool ?

Ne plus avoir honte de soi de ne pas pouvoir s’arrêter de boire procure un sentiment de délivrance inimaginable. Si nous en parlons avec conviction, c’est pour l’avoir vécu aux côtés des nombreux clients que nous avons aidés à se libérer définitivement de leur addiction.
Ne plus avoir honte de soi de ne pas pouvoir s’arrêter de boire procure un sentiment de délivrance inimaginable. Si nous en parlons avec conviction, c’est pour l’avoir vécu aux côtés des nombreux clients que nous avons aidés à se libérer définitivement de leur addiction.

Quels sont les effets d’un arrêt de l’alcool sur notre santé physique ?

Voyons tout d’abord les bienfaits physiques. Très vite, ce changement de comportement induit des améliorations visibles sur la peau de ceux qui buvaient plus que de raison. Leur teint s’éclaircit au fur et à mesure que leur foie se purifie et se régénère. Ils paraissent soudain plus jeunes à chaque séance. Eux-mêmes se redécouvrent une énergie qu’ils n’avaient plus. Ils découvrent la joie des matins sans gueule de bois et des week-ends reposants.

Quels sont les effets d’un l’arrêt de l’alcool sur notre santé mentale ?

Au-delà de ces premiers effets positifs, parlons des effets salutaires sur notre santé mentale. Progressivement, la culpabilité qui rongeait ceux pour qui l’alcool était devenu un problème disparaît. Ils regagnent confiance en eux. Leur dignité retrouvée leur vaut des éloges, bien qu’ils ne le fassent pas pour ça. Toutefois, lire dans le regard de votre conjoint ou celui de vos enfants que vous redevenez crédible parce que vous avez arrêté de boire n’a pas de prix. Il devient à nouveau possible de se projeter, de prévoir l’avenir. De plus, les finances du foyer s’en ressentent instantanément car l’alcool coûte cher. Tout redevient possible grâce à cette libération.

HORAIRES D’OUVERTURES

Lundi – Vendredi 7:45 – 20:45
Samedi 9:45 – 18:45
Dimanche 9:45 – 18:45

   01 80 27 20 15

PRENDRE RDV