LES DIFFÉRENTES MARQUES DE CIGARETTE

S’il y a bien un produit que l’on peut vendre à des milliers de consommateurs peu importe leur âge et leur localisation, et ce sans publicité, ce sont les cigarettes ! Elles existent depuis des siècles, mais au fur et à mesure du temps, une dizaine de grandes marques ont su s’implanter et devenir de vraies références de tabac en France et dans le Monde.  Découvrez comment les 5 plus grandes marques de cigarette sont parvenues à attirer une clientèle dépendante et fidèle ! 


  • Marlboro 

Géant américain de la cigarette, Marlboro appartient à une maison mère dont le nom nous est également très familier, puisqu’il ne s’agit d’autre que Philip Morris. Créée il y a 97 ans, la marque a su se constituer un public à travers le monde entier. En effet, sa vieille publicité mettant un scène un cow boy est un incontournable de l’histoire de la publicité américaine. Cette réclamation avait été réalisée en 1950 afin de convaincre les fumeurs hommes d’acheter des cigarettes Marlboro. Jusqu’alors, la marque avait une audience majoritairement féminine. 

Pour connaître l’origine du nom, il faut partir de l’histoire de son créateur, Philip Morris. Quelque temps après sa mort, sa famille reprend son affaire et la fait grandir assez pour pouvoir en dériver une première industrie. Celle-ci était située sur le Great Marlborough à Londres, et il a été rapidement décidé de simplifier le nom en Marlboro. 

Mais comment est-ce que la marque a construit la renommée qu’on lui connaît aujourd’hui ? Pendant longtemps, les compagnies de cigarettes utilisaient l’ammoniaque pendant la fabrication pour faire une inflation du tabac, accentuer certains parfums et se débarrasser de quelques carcinogènes. Au début des années 60, Philip Morris commence à utiliser de l’ammoniaque pour épurer la nicotine dans la fumée de cigarette, ce qui crée une forme de “crack nicotine.” Celle-ci a un effet plus rapide, plus euphorisant et permet à Morris de continuer à s’enrichir à base de cigarettes addictives tout en abaissant le taux de goudron et de nicotine de ses cigarettes pour apaiser les peurs des consommateurs. 

Les Marlboros sont donc les premières cigarettes avec lesquelles Philip Morris perfectionne son astuce de l’ammoniaque. Ainsi, il n’est plus un simple commerçant : il devient la marque la plus dominante du marché, ce qui urge tous les autres vendeurs à trouver le secret de Philip Morris — ce qu’ils réussirent finalement. 

Alors que, ces dernières années, l’industrie du tabac se voit accusée de beaucoup trop augmenter le niveau de nicotine dans les cigarettes, Philip Morris réussit à convaincre avec le seul argument que, l’ammoniaque ayant divers utilités inoffensives, elle peut pas être dangereuse dans une cigarette

  • Lucky Strike

Extrêmement populaire aux Etats Unis des années 1020 à 1950, Lucky Strike est la deuxième plus grosse marque qui a su tirer son épingle du jeu. Elle commercialise pourtant à l’origine des chewing-gums pendant 11 ans ! Mais constatant le succès de l’industrie du tabac, la marque décide de s’étendre à la vente de cigarettes en 1016. Elle engage le célèbre designer Raymond Loewy, connu notamment pour le logo de Coca-Cola pour créer son logo : en résulte la bulle rouge sur fond vert que l’on connaît aujourd’hui. 

En 1917, Lucky Strike lance le fameux slogan :  “It’s Toasted” (c’est toasté) avec pour but de se démarquer de la tendance de l’époque : les cigarettes séchées au soleil, et plus particulièrement, du populaire Camel. La marque de cigarette veut alors montrer que sa fabrication atypique, qui consiste à toaster les feuilles de tabac, donne un goût unique aux Lucky Strikes. Ainsi, elle espère convaincre un nouveau marché. 

Des années 1920 aux années 1930, Lucky Strike engage le neveu de Sigmund Freud (rien que ça !) Edward Bernays, appelé le “père des relations publiques”, pour gérer son image. Bernays est fasciné par le potentiel de la marque, surtout chez les jeunes femmes jusqu’alors jamais ciblées par le marché. Les fumeuses sont alors un tabou : les femmes ne sont à l’époque pas autorisées à fumer en public et doivent se confiner dans des zones prévues à cet effet.  

Lors de la parade de Pâques de 1929 à New York, Lucky Strike engage de célèbres modèles pour se pavaner, la cigarette à la bouche. Succès médiatique pour la marque qui devient alors le symbole de l’empowerment féminin. Un an plus tard, Lucky Strike continue sa campagne auprès des femmes et leur fait la promesse que fumer leurs cigarettes leur évitera des kilos en trop. Pour ce faire, des mannequins sont embauchées pour tenir ou fumer des cigarettes durant la parade, en les vendant en tant que “Torches de Libertés”. Coup réussi pour Lucky Strike puisque la marque reçoit une attention phénoménale de la part des médias et est désignée comme symbole de pouvoir des femmes. Le tabagisme féminin passe alors de taboo à signe de liberté. Afin de continuer à développer le marché du tabagisme féminin, la marque de cigarettes se donne une image « healthy » en continuant d’appuyer sur la perte de poids avec des slogans tels que “Prenez une Lucky Strike à la place d’un bonbon” dans les années 1930. Résultat : les ventes de Lucky Strike auprès des femmes bondissent et elle devient la marque dominante aux Etats-Unis pour les 20 prochaines années. 

La popularité des Lucky Strike s’estompe à travers les années au fur et à mesure que les ventes baissent. En 1978, le droit des ventes internationales et des exportations est revendu à à la compagnie Brown Williamson Tobacco, l’équivalent britannique de Lucky Strike. La consolidation de la société conduit finalement à son acquisition complète par le géant du Royaume-Unis en 1994. Une décennie plus tard, celui-ci est lui-même racheté par la compagnie R.J Reynold Tobacco, pour former la Reynolds American Tobacco Company, qui continue aujourd’hui de manufacturer les Lucky Strike que nous connaissons. Bien que le nom ne soit plus aussi populaire qu’avant aux Etats-Unis, Lucky Strike continue d’avoir une clientèle fidèle et est considérée comme une marque de tabac supérieure par beaucoup. 

Aujourd’hui, la marque perdure également dans plusieurs zones d’Asie, d’Europe, et d’Amérique du sud, avec différents niveaux de popularité. Sa publicité continue d’attirer les collectionneurs et rapporte même de l’argent grâce à des ventes aux enchères auprès de ces derniers. 

  • Newport

En France, la marque de cigarettes mentholées Newport n’est pas la plus connue. Mais elle fait néanmoins partie du top 10 des marques qui ont le plus marqué l’histoire de la cigarette. Newport est fondée en 1957 et appartient à R.J Reynolds. Elle compte à elle seule 35% des ventes américaines de cigarettes mentholées. Très populaire auprès des afro-américains, sa clientèle en est constituée de 49,5% ! 

Lors de sa création, elle se différencie des autres marques de cigarettes en innovant avec son filtre blanc et mentholée, mais transitionne en 1969 un filtre standard. Mais son argument de vente majeur reste son fort parfum de menthe. A la fin des années 1980, la marque qui tire son nom de la ville de Newport à Rhode Island devient la cinquième marque de cigarettes des Etats-Unis. Des études datant de la fin des années 1990 et du début des années 2000 montrent que, à l’époque, Newport comporte le plus gros taux de nicotine du marché. Au fil des décennies, elle continue d’élever son niveau de nicotine de 10%. 

L’image de la marque ternit avec les années, alors qu’elle est taxée de raciste par de plus en plus d’afro-américains. Effectivement, ceux qui ont étudié l’histoire de la marque rapportent que dès sa création, elle développe une concentration spéciale sur la communauté noire. Après la seconde guerre mondiale, on note que les afro-américans migrent des zones rurales vers les centres-villes. Cette communauté grandissante augmente alors la demande de produits spécialisés, comme pour les cheveux ou la peau. De plus en plus de compagnies commencent donc la commercialisation de produits pour cette nouvelle cible. 

Les marques de tabac voient aussitôt du potentiel dans ce nouveau marché vers une population déjà vulnérable, encore plus avec les séquelles de la ségrégation. Les cigarettes mentholées, notamment Newport prennent alors place près des alcools à bas prix, déjà vendus de manière prédominante aux populations pauvres et racisées. En 1962, les marques de cigarettes mentholées triplent leurs publicités dans des magazines au lectorat principalement noir tels que Ebony, qui comporte donc deux fois plus de publicités pour les cigarettes mentholées que des magazines à lectorat non ciblé par couleur. Malgré que la Newport soit initialement concentrée vers une clientèle blanche, la marque change son fusil d’épaule et en 1970, la cigarette mentholée est “le” produit pour les consommateurs noirs. En 1976, près de 60% des fumeurs noirs âgés de moins de 35 ans déclarent préférer les Newport. Résultat : bien que la population blanche de fumeurs surpasse la population noire, ce sont ces derniers qui ont de plus hauts risques d’avoir un cancer des poumons. La cause directe était la consommation de cigarettes mentholées ! A la fin des années 1970, des rumeurs spéculent sur la contenance de fibre de verre dans les Newport. 

Malgré tout, la marque figure toujours dans le top 10. Et pour cause : elle constitue la clientèle la plus loyale ! C’est pourquoi son prix demeure au-dessus des autres marques, surtout pour sa gamme mentholée. En effet, Newport reste un géant de la côte Est des Etats-Unis et n’a pas besoin d’abaisser sa gamme de prix. 


  • Winston

Encore une marque produite par R.J Reynold Tobacco Company ! Winston est présenté dès 1954 et récupère son nom de la ville où R.J Reynold commence leur production, Winston-Salem en Caroline du Nord. Elle figure dans le top des ventes aux Etats-Unis et en France. La stratégie publicitaire de Winston a été très triomphante et c’est ce qui lui a permis d’occuper la première position de 1966 à 1972. Grâce à sa qualité supérieure et à son goût jugé “bon”, Winston est la marque préférée de nombre de fumeurs. 

La marque est connue pour son slogan “Winston tastes good like a cigarette should” (en français “Winston est goûtu comme une cigarette devrait l’être”). La phrase a été publiée dans des journaux, des magazines, entendue à la radio et à la télévision, dès le lancement de la marque à 1972. Sa campagne de promotion fait partie des plus connues aux Etats-Unis. A la télévision et à la radio, le slogan est accompagné d’une musique chantante avec deux claps, qui étaient souvent remplacés à la télévision par le plan d’acteurs frappant sur la vitre d’un camion de transportation Winston. La promotion de la marque de cigarette est pensée au centimètre près. 

Les cigarettes Winston demeurent dans le top 10 des cigarettes les mieux vendues depuis son lancement. Son succès résulte d’un style jugé unique, d’une palette de goûts divers et d’un rang de variété important. 

Ci-dessous, une grande partie des différents styles de Winston disponibles : 

  • Winston Blue
  • Winston Classic
  • Winston White
  • Winston Filters
  • Winston Silver
  • Winston XS Nano Blue
  • Winston XS Nano Silver
  • Winston Super Slims Blue
  • Winston Super Slims Silver 

  • Camel 

Ce top 5 se conclut avec une marque qui fait également partie des productions R.J Reynold Tobacco, qui plus est une de ses plus anciennes ! En effet, au début des années 1900, la plupart des fumeurs roulent eux-mêmes leurs cigarettes : ce qui était le cas en 1913, quand R.J Reynolds lance ses cigarettes Camel. 

Avant de lancer la marque, Reynolds prend le soin de développer une campagne massive pour les cigarettes, à travers un slogan “The Camels are Coming” qui construit l’intérêt du public et son attente pour la venue des Camels, ce qui conduit à un succès immédiat lorsque celles-ci sont mises en vente. Pour un prix original de 10 cents pour 20 cigarettes, Camel devient rapidement populaire dans tous les Etats-Unis et le reste malgré les changements formels.

Les questions les plus fréquentes 

La marque de cigarette influe-t-elle sur le degré d’addiction qui peut découler de la consommation ?

Non, les toxines et composantes addictives présentes dans les cigarettes sont présentes peu importe leur producteur, car elles se trouvent majoritairement dans le tabac.

L’Institut ADIOS prévoit-il un accompagnement concernant les addictions dues au tabac et le tabagisme passif ?