Arrêt alcool : pourquoi je suis fatigué ?

Après un sevrage éthylique, peuvent apparaître des symptômes qui témoignent de la souffrance du corps face au manque de l’alcool. Parmi eux, se trouve la fatigue.

Elle présente la particularité d’être non seulement l’une des conséquences des dégâts causés par l’alcool au corps, mais également une manifestation du manque d’alcool.

Elle se manifeste de plusieurs manières et régresse le plus souvent après une prise en charge adéquate. Quelles sont précisément les causes et le traitement à suivre en cas de fatigue chez une personne en plein sevrage alcoolique ?

RDV en visio gratuit de 15 minutes avec un conseiller

Faites un 1er pas pour vous libérer de l’addiction et prenez gratuitement rendez-vous pour 15 minutes par téléphone

Prendre RDV

Définition

La fatigue au cours d’un arrêt alcool est un symptôme général qui traduit l’épuisement d’un individu en plein sevrage alcoolique.

Survenant fréquemment, on la classe parmi les symptômes modérés du syndrome de sevrage.

Elle apparaît généralement quelques heures après la prise du dernier verre, 24 à 48 heures plus précisément et est la conséquence :

  • de l’effet de l’alcool sur le transport de l’oxygène

  • du fonctionnement de certains organes du corps

  • du sommeil

Téléchargez notre guide alcool

Téléchargez notre guide

La fatigue est un signe du manque d’apport d’alcool à l’organisme qui y était pourtant habitué.

Mais attention ! Bien qu’ils soient dus à l’arrêt de l’alcool, les signes constituant le syndrome de sevrage ne doivent en aucun cas constituer une raison pour se remettre à picoler en quête d’un éventuel mieux-être. Ceci constitue bien au contraire le meilleur moyen d’échouer.

Il est plutôt conseillé de se faire aider par des spécialistes et des institutions habilités et compétentes afin de bien réussir son projet de sevrage. Ainsi, lorsque survient la fatigue, demandez de l’aide auprès d’un acteur de prise en charge des addictions.

Les causes

La fatigue due au sevrage alcool constitue un symptôme qui peut trouver son origine dans l’intoxication alcoolique qui a prévalu avant le sevrage ou au manque d’alcool pendant la période de privation.

L’intoxication alcoolique suggère une action délétère de l’alcool sur plusieurs organes et systèmes de l’organisme. Avec son fort degré de toxicité sur les cellules, l’alcool est responsable d’une détérioration au niveau des appareils digestifs, circulatoires et nerveux entre autres.

Cela implique alors une digestion incomplète des aliments et du coup, une absence de nutriments pour le métabolisme qui se manifestera par un état de fatigue. Aussi, lorsqu’il a eu le temps de provoquer des maladies du foie et du pancréas, l’alcool provoque une mauvaise impression générale :

  • de l’anorexie

  • des nausées

  • des vomissements

Ces facteurs sont d’excellents potentialisateurs de l’asthénie.

En dehors de ces symptômes physiques, l’alcool agit directement sur le système de transport de l’oxygène, ce qui met également à mal le processus de métabolisme au sein de l’organisme et se traduit par la fatigue.

De même, en renforçant l’action des neuromédiateurs inhibiteurs du système nerveux central, il provoque des symptômes psychologiques comme la dépression, responsable entre autres d’insomnie qui explique les fatigues de réveil.

Quant à la fatigue chronique consécutive au sevrage, elle est tout d’abord due :

  • à la perte brutale des calories qu’était habitué à recevoir l’organisme au cours de l’intoxication

Ce dernier subit les effets provenant de l’excitation du système nerveux central par les neuromédiateurs excitateurs devenus maîtres après l’arrêt de l’alcool. L’organisme devient du coup hyperactif et se fatigue beaucoup plus vite.

Téléchargez notre guide alcool

Téléchargez notre guide

Les symptômes

La fatigue se manifeste généralement par une mauvaise impression générale. Le sujet ne se sent pas à son aise et est incapable d’effectuer une activité nécessitant l’emploi de la force. Parfois, son état général est détérioré au point où il sent qu’il ne se portera plus jamais bien.

Son intensité reste toutefois dépendante de sa cause qui, au vue de ce qui a été dit précédemment, est le plus souvent due à une pathologie consécutive à l’intoxication alcoolique.

Enfin, la fatigue peut parfois revêtir la forme d’une courbature et de douleurs musculaires. Elle s’accompagne alors d’anorexie qui complique encore plus la situation. Les carences de certains nutriments comme la baisse de la ferritine peuvent avoir de lourde conséquence sur la santé physique.

Les traitements possibles

Plusieurs cas de figure sont à individualiser. Dans le premier et le plus simple, il n’existe pas de pathologie sous-jacente. La fatigue régresse alors au fil des jours pour disparaître totalement une semaine plus tard.

Dans les cas plus graves où la fatigue est associée à d’autres signes physiques comme :

  • les vomissements

  • les céphalées

  • la déshydratation

Une consultation auprès d’un médecin s’impose. Ce dernier au moyen d’un interrogatoire, d’un examen physique et d’examens de laboratoires recherchera l’origine des malaises pour une meilleure prise en charge.

Le plus souvent, il procède systématiquement à une réhydratation, et institue une vitaminothérapie de même que des sédatifs. En fonction de la cause, il ajoutera d’autres traitements.

Il est donc conseillé lorsque s’installe un état de fatigue , de consulter un médecin qui est beaucoup plus indiqué pour la prendre adéquatement en charge.

Institut ADIOS et les addictions

L’institut ADIOS est une institution de prise en charge des personnes addictes aux substances psychoactives de toutes sortes, y compris l’alcool. Avec un bilan plus que positif, de plus de 1500 personnes ont été libéré de l’emprise des drogues, il s’érige aujourd’hui comme l’un des centres de traitement de l’addiction les plus efficaces.

Il a mis au point en 2012, une méthode dite ADIOS pour permettre aux personnes concernées de se libérer des substances auxquelles ils sont dépendants. Il s’agit d’une méthode non médicamenteuse utilisant les ressources de l’inconscient et basée sur l’hypnothérapie qui permet d’obtenir avec une forte probabilité, un résultat positif.

À titre d’estimation, cette dernière a permis d’obtenir très rapidement, des résultats encourageants sur 95% des patients sur lesquels elle a été appliquée. Les premiers effets positifs peuvent déjà être observés quelques heures après le début de la thérapie.

Téléchargez notre guide alcool

Téléchargez notre guide

C’est donc une méthode de prise en charge révolutionnaire qui garantit de soustraire toutes les personnes addictes de l’emprise de la drogue.

Présent dans 75 pays dans le monde entier, l’institut ADIOS présente également au niveau de ses activités, un volet formation qui consiste à enseigner aux personnes désireuses de devenir des acteurs de la prise en charge de la dépendance, la méthode qu’elle a mise en place.

Cet accompagnement travaille sur les raisons profondes et les origines du trouble addictif. La fatigue est donc un signe général qui caractérise les périodes de sevrage alcoolique.

Plusieurs raisons expliquent sa survenue, et elle se manifeste de plusieurs manières. Lorsqu’elle apparaît, il est conseillé de recourir à l’aide d’un spécialiste.

Etes vous réellement dépendant ?

Pour savoir si vous êtes vraiment dépandant nous vous proposons un quiz de quelques minutes.

Faire le test