Arrêt alcool : pourquoi j’ai perdu ma libido ?

Le lien entre la consommation d’alcool et la libido fait couler beaucoup d’encre depuis fort longtemps. Il est conçu dans plusieurs civilisations, que la consommation d’alcool, serait un tremplin pour une vie sexuelle plutôt active et épanoui. La consommation d’alcool permettrait donc d’augmenter les niveaux d’excitation de part et d’autre.

Cependant, on observe une baisse de libido lorsqu’un individu entame le processus du sevrage alcoolique. On apprend à travers la littérature scientifique que parmi les symptômes de l’arrêt de l’alcool, figure la baisse du désir sexuel.

Dans cet article découvrez, quels sont les causes, les symptômes et les traitements d’une perte de libido après un arrêt alcool.

Définition

L’arrêt radical de l’alcool pour une personne au préalable dépendant, ou gros buveur peut être source de certains symptômes d’ordre physiques ou psychologique.

Il s’agit généralement d’une réaction normale du corps à l’interruption brusque d’un stimulus auquel il était habitué. À cette réaction au sevrage, on peut noter les symptômes comme :

  • la perte d’appétit

  • la fatigue intense

  • la dépression

  • et pour l’aspect qui nous intéresse ; la baisse de la libido.

La baisse de la libido, c’est la diminution du désir sexuel. Cette diminution du désir sexuel peut être d’origine psychologique ou physiologique.

Dans le cadre de la perte de libido des suites d’un sevrage à l’alcool, les pistes à explorer sont nombreuses.

RDV en visio gratuit de 15 minutes avec un conseiller

Faites un 1er pas pour vous libérer de l’addiction et prenez gratuitement rendez-vous pour 15 minutes par téléphone

Prendre RDV

Les causes

Les causes de la baisse de la libido, suite au sevrage sont diverses:

  • Cause hormonale :

Selon plusieurs études scientifiques, la consommation d’alcool contribuerait à augmenter considérable la production de testostérone par l’organisme, et accélère la transformation de la testostérone en œstrogène.

Ainsi, la consommation d’alcool est un moyen très efficace de dérégler l’équilibre physiologique du corps humain.

En effet, si l’alcool est loué pour ses vertus antistress et booster de la libido, surtout grâce à sa tendance à accroître la production d’adrénaline, il est aussi décrié par les professionnels de la médecine, pour les effets néfastes qu’il a sur la santé générale du consommateur, et en l’occurrence sur sa santé reproductive.

La consommation (surtout excessive d’alcool) ayant un effet accélérateur sur la fabrication des hormones sexuelles, le sevrage d’alcool provoque donc l’arrêt brutal d’un stimulus et donc une baisse drastique de la production de ces hormones sexuelles.

Ce qui se ressent par la baisse de la libido chez le sevré. Il faut dans ce cas une période plus ou moins longue pour que les choses redeviennent comme avant. L’organisme aura besoin d’un certain temps pour retrouver un certain équilibre hormonal.

  • Les causes émotionnelles :

Beaucoup de gros consommateurs d’alcool sont en quête d’euphorie et de bien-être intérieur. La consommation d’alcool pour eux est alors une sorte de traitement antistress.

Il est vrai que l’alcool a un effet réparateur sur l’organisme, et pourrait permettre au consommateur de se détendre. Cependant, tout dépend de la quantité d’alcool que ce dernier consomme.

En effet, certaines études scientifiques montrent que la consommation d’alcool à partir de 3 verres, permet à l’organisme de produire de l’adrénaline en quantité suffisante pour provoquer de l’euphorie chez le consommateur.

Ce mécanisme est aussi en parti responsable de la dépendance que la consommation d’alcool peut provoquer (par un processus de récompense).

La libido étant aussi un processus psychologique, une fois que le cerveau aura associé la relaxation et le désir sexuel à la consommation de l’alcool, il lui sera très difficile, en cas d’absence d’alcool de pouvoir stimuler efficacement les envies sexuelles. On assiste alors à une baisse de la libido.

Les symptômes

les symptômes de la baisse de la libido après le sevrage peuvent être différents selon les individus, et selon les sexes.

  • Trouble de l’érection chez l’homme :

La baisse de la libido après un sevrage peut se traduire par un trouble de l’érection chez l’homme. Ce trouble de l’érection peut être échelonné sur plusieurs niveaux.

Il peut aller de la difficulté à maintenir assez longtemps l’érection, à une absence totale de l’érection. C’est une situation plutôt difficile à gérer autant pour l’homme que pour la femme.

  • Frigidité vaginale chez la femme :

on l’a vu plus haut, la consommation d’alcool peut entraîner le manque de lubrification vaginale pendant les rapports sexuels.

Cependant, ces troubles, occasionnés par la consommation d’alcool, peuvent s’étendre jusqu’au sevrage, et même au-delà.

La frigidité vaginale peut être la cause de douleurs, plus ou moins vives pendant les ébats sexuels. La frigidité vaginale peut elle-même être la cause de la baisse de la libido ; du moment où elle provoque l’inconfort de la femme pendant les rapports sexuels.

Téléchargez notre guide alcool

Téléchargez notre guide
  • Le stress et les sauts d’humeur :

les émotions ont une position ambiguë dans cette démarche. Cependant, ces troubles, occasionnés par la consommation d’alcool, peuvent s’étendre jusqu’au sevrage, et même au-delà.

Ceci étant, il est sûr que le sevrage d’alcool provoque fréquemment une baisse de l’humeur des patients.

Cette baisse de l’humeur peut dans des cas relativement graves aboutir à une dépression. C’est un facteur auquel il faut être très attentif.

Les traitements possibles

Pour traiter les troubles de la libido pendant le sevrage, plusieurs possibilités s’offrent au patient et au praticien.

Les pilules : ce sont généralement des produits de la médecine moderne qui agissent directement sur le système endocrinien et influence ainsi la production des hormones.

La prise des pilules permet donc ainsi de régulariser le taux de chaque hormone dans le sang, et ainsi d’accéder à une posologie propice à une vie sexuelle épanouie.

La psychothérapie : la libido est un processus psychologique ; cela a été dit plus tôt. Il est donc possible de l’influencer par des techniques de psychothérapie. Il s’agit ici d’aider le patient à la relaxation.

Il existe aussi des pratiques ésotériques à l’instar de la lithothérapie, de certains types de yoga et de méditation capable d’éveiller l’énergie sexuelle et ainsi permettre à ce que le patient puisse jouir en plénitude de ses capacités sexuelles.

Etes vous réellement dépendant ?

Pour savoir si vous êtes vraiment dépandant nous vous proposons un quiz de quelques minutes.

Faire le test