ARRÊT ALCOOL : POURQUOI J’AI TOUJOURS ENVIE DE SUCRE

Arrêt alcool et envie de sucre sont indissociables. En effet, toute personne précédemment alcoolique se trouve dans le besoin de sucre après un sevrage.

Quelquefois, les symptômes de l’arrêt de l’alcool, n’est pas seulement psychologique, mais se traduit également par des symptômes physiques.

Notons les vertiges, les nausées, les fatigues, les céphalées, etc. Pourquoi donc vous avez envie de sucre quand vous arrêtez l’alcool ? Nous vous disons tout !

RDV en visio gratuit de 15 minutes avec un conseiller

Faites un 1er pas pour vous libérer de l’addiction et prenez gratuitement rendez-vous pour 15 minutes par téléphone

Prendre RDV

Définition

L’envie de sucre est un appel irrésistible que déclenche l’organisme quand il est en hypoglycémie.

L’hypoglycémie fait référence à un taux de glycémie (sucre dans le sang) diminué. L’apparition de nombreux symptômes rend très difficile l’ingestion des sucres rapides.

L’arrêt d’alcool déclenche une forte envie de sucre chez la majorité d’anciens alcooliques. Les causes sont différentes et variées faisant référence à des mécanismes bien précis.

Arrêt alcool et envie de sucre : les causes

La première cause qui semble évidente, mais qu’il convient de citer est l’apport trop élevé en calories, apporté par l’alcool.

Le processus de fabrication explique d’ailleurs cet apport fortement énergétique : la fermentation des sucres naturels de jus (fruits ou céréales) ou encore la distillation des boissons préalablement fermentées.

Ainsi, pour compenser l’énergie dont il est habitué, l’organisme traduit ce besoin par une hypoglycémie donnant envie à ingérer le sucre.

Téléchargez notre guide alcool

Téléchargez notre guide

La deuxième cause serait apparentée à une action cérébrale. En effet, une étude faisant appel à la résonance magnétique fonctionnelle a démontré que la consommation d’alcool et l’ingestion du sucre entraînent la même réaction cérébrale.

Le cerveau réagit à l’alcool de la même manière qu’il le fait avec un stimulus sucré. D’ailleurs, il est démontré que la dépendance à l’alcool cause une préférence pour le sucre.

En clair, consommer de l’alcool active les mêmes zones cérébrales activées normalement par la consommation du sucre.

À savoir l’amygdale et d’autres structures complexes qui sont responsables du système de récompense du cerveau.

Vous l’aurez compris, la dépendance à l’alcool engendre systématiquement une dépendance au sucre. Les études vont jusqu’à considérer la saveur très sucrée comme éléments pour estimer le risque d’alcoolisme avant un sevrage.

Les symptômes

Un arrêt d’alcool et envie de sucre déclenchent de nombreux symptômes qui surviennent au quotidien. Voici donc les signes causés par l’envie de sucre et qui suivent un sevrage alcoolique.

Fatigue continue

L’addiction à l’alcool entraîne une dépendance à l’effet des sucres rapides et aux forts apports en énergie. De même, bien qu’hypercalorique, l’alcool est exempt de tout intérêt nutritif et affaiblit votre corps de jour en jour.

L’arrêt de l’alcool faire ressentir de la fatigue. vous vous trouvez avec un corps « paresseux » qui s’est habitué à ces montées subites d’énergie ainsi qu’à l’effet simulé du sucre. Ainsi, la fatigue persiste, les céphalées à longueur de journée accentuent l’épuisement et les vertiges.

Téléchargez notre guide alcool

Téléchargez notre guide

Besoin irrépressible des mets sucrés

Le besoin de sucre se fait ressentir aussitôt que le corps fonctionne sans alcool. Le manque de sucre peut entrainer ou être lié à d’autres symptômes d’arrêt de l’alcool tels que les palpitations cardiaques, les étourdissement et dans les cas plus rare la diarrhée .

Sautes d’humeur

En voilà un des fameux signes d’une hypoglycémie. Les zones cérébrales impliquées dans le système de récompense entraîné par le sucre et simulés par l’alcool ne le sont alors plus. La sérotonine et la dopamine ne sont plus secrétées par le même mécanisme, ce qui est susceptible de vous rendre plus irritable.

Le stress, la déception, l’agacement et le mal-être sont les principaux signes déclenchés par l’envie de sucre. De même, la colère est très fréquente cédant place aux conflits et aux malentendus.

Les traitements possibles

Une chose est sûre, un sevrage doit toujours être suivi d’une supplémentation vitaminique et de traitements contre les angoisses et les signes de manque.

Ceux-ci aident dans la lutte contre cette envie de sucre et parviennent à diminuer progressivement les symptômes physiques et psychologiques à l’effet récompense du sucre que simulait la consommation d’alcool.

Néanmoins, ces traitements doivent impérativement être accompagnés de certaines mesures quotidiennes qui réguleront les besoins du cerveau en sucre.

Alimentation

Sans une alimentation adéquate, les traitements seuls ne pourront jamais accélérer le processus et combler le besoin fort du corps en goût sucré.

La toute première étape de ce traitement diététicien est d’assurer vos besoins en sucre durant toute la journée. Les féculents sont une excellente source qui peut combler ces besoins pour éviter les hypoglycémies.

Intégrer également les légumes secs, les pâtes et le riz dans vos menus devra soulager remarquablement vos envies de sucre.

Téléchargez notre guide alcool

Téléchargez notre guide

Trouver une alternative

Comme tous les autres signes de sevrage, l’envie de sucre traduit la demande du cerveau de son rituel de consolation habituel : l’alcool.

Ce que vous devez faire, c’est de trouver une alternative pour remplacer ce rituel. Ainsi, à chaque déception, angoisse, colère, échec, etc., pensez à pratiquer le sport, par exemple, ou à adopter une activité manuelle.

Cela vous aidera peu à peu à réguler le système de récompense et à l’associer à cette nouvelle habitude. Vous serez soulagé et l’envie de sucre diminuera progressivement.

Manger toutes les 3-4 heures

Le sentiment de faim vous rend beaucoup plus vulnérables à la nourriture sucrée. Les envies de sucre deviennent plus intenses ainsi que les signes qui s’y associent.

Privilégiez des collations et gardez un régime alimentaire régulier. De toute façon, l’essentiel est de manger toutes les 3 à 4 heures. Ainsi, vous anticiperez les envies sucrées.

Prendre soin de son sommeil

Quand le cerveau est en manque de repos, il cherche à combler ses faiblesses et ses défauts de concentration par de la nourriture sucrée. Vous recevez alors des pulsions qui vous incitent à manger du sucre.

Pensez alors à organiser votre journée pour pouvoir dormir bien la nuit. Le sommeil réparateur favorise les échanges hormonaux et le bon fonctionnement du cerveau. Cela soulagera même les autres signes de manque de sevrage.

Patienter pendant 20 à 30 minutes

Les envies de sucre durent en moyenne de 20 à 30 minutes. Si vous arrivez à tenir bon durant ce petit laps de temps, vous vous en sortirez à merveille.

Laissez l’envie passer sans entrer dans votre cuisine. Sortez faire un petit tour, regardez votre série préférée, faites des séries de pompes ou de squats, etc.

Le but est de vous distraire et d’inciter votre cerveau à passer outre.

Etes vous réellement dépendant ?

Pour savoir si vous êtes vraiment dépandant nous vous proposons un quiz de quelques minutes.

Faire le test