Comment apporter votre aide à un alcoolique ?

Comment apporter votre aide à un alcoolique ?

En matière d’addiction, le plus efficace reste la prévention. Depuis les premiers signes, les proches doivent pouvoir identifier des choses inhabituelles dans le comportement ou la consommation du dépendant.

L’une des addictions les plus répandues est celle à l’alcool. Les dommages en sont conséquents. L’alcool n’est pas une substance neutre, il comporte plein de propriétés addictogènes qui créent une dépendance chez le consommateur.

Quand l’addiction survient, les conséquences sont très vite dévastatrices et destructrices pour la vie du patient ainsi que celle de son entourage. Elle peut entraîner une déstabilisation totale et peut même être fatale.

L’alcool fait plus de 49000 morts par an en France, un chiffre qui ne fléchit pas. Cette maladie ne fait pas de différence entre classes sociales, ethniques ou sexuelles : tout le monde peut être touché.

Lorsqu’un proche est touché, il est nécessaire de lui apporter de l’aide pour éviter la fatalité. Il arrive que le concerné ne soit pas conscient de son problème. Toutefois, il aura besoin d’aide pour lutter contre l’alcool.

Comment identifier l’alcoolisme chez un proche ?

La difficulté avec l’alcool, c’est qu’il est facile d’accès en grande surface. Egalement, il constitue un élément acceptable, voire nécessaire lors d’évènements festifs. Il existe réellement une pression sociale sur les non-buveurs, facilement jugés lors de réunions entre amis par exemple. La société est construite pour pousser à la consommation d’alcool. C’est d’ailleurs un problème fréquent pour les anciens dépendants en période de sevrage.

Pour mieux aider un proche contre l’alcool, il faut pouvoir identifier les symptômes traduisant un alcoolisme. Une trop grande tolérance à l’alcool, par exemple, peut constituer un symptôme.

Quand on constate que le proche a un rapport trop confortable avec l’alcool, qu’il peut en absorber en grande quantité à toutes heures de la journée, cela peut constituer une source d’inquiétude. Et c’est en ce moment qu’il faut convaincre l’alcoolique de se faire soigner.

  • Des troubles physiques, mentaux et sociaux (auto-exclusion, nervosité…)
  • Un changement d’humeur flagrant
  • Un nouveau rythme de vie (heures de sommeil, isolement…)
  • Difficultés relationnelles (absentéisme au travail…)
  • Une prise de risques (boire en conduisant)

Les symptômes sont perceptibles très vite chez la personne si on y prête attention :

La nécessité soudaine et accrue pour la personne d’augmenter sa consommation d’alcool, peu importe le contexte

Des symptômes de manque en cas d’arrêt de l’alcool (irritation accrue du système neurovégétatif, insomnie, nausées, vomissement, hallucination…)

Le souci avec la consommation d’alcool, c’est que l’intégralité du système nerveux est sensible à ses effets. Il s’agit effectivement d’une substance psychoactive : l’alcool peut changer l’activité cérébrale au niveau du mental (fonctions cognitives ou affect), des sensations et du comportement. En raison de sa neurotoxicité, il détruit le mécanisme de transmission des informations nerveuses lorsqu’il est consommé en grande quantité.

RDV en visio gratuit de 15 minutes avec un conseiller

Faites un 1er pas pour vous libérer de l’addiction et prenez gratuitement rendez-vous pour 15 minutes par téléphone

Prendre RDV

Les neurones peuvent donc être endommagés. Par conséquent, une prise régulière d’alcool entraîne l’anéantissement des neurones de l’hippocampe, de l’apprentissage, ainsi que la mémoire du cerveau humain.

L’institut ADIOS traite majoritairement des demandes d’accompagnement pour dépendances à l’alcool. C’est pourquoi les meilleurs taux de réussite français y sont enregistrés.

L’expérience acquise dans ce domaine fait résultat d’une rapidité et d’une durabilité du traitement pour venir à bout du fléau qu’est l’alcoolisme. Le sevrage est constaté après une moyenne de 30 heures de séances.

Comment prévenir l’alcoolisme chez un proche ?

Il est très difficile de prévenir l’alcoolisme chez un proche. Les signes énoncés plus haut peuvent également faire office de symptômes précurseurs d’un futur alcoolisme.

Ainsi, il est possible d’essayer de prévenir l’alcoolisme d’un proche en :

  • L’accompagnant au quotidien : ne pas le laisser s’isoler
  • Créant un dialogue bienveillant, prendre des nouvelles régulièrement, lui offrir une oreille attentive
  • Lui faire sentir que vous n’êtes pas juge de sa personne, ni de son comportement
  • Lui offrir une présence physique et psychologique
  • Être franc avec lui
  • Lui conseiller de consulter une aide professionnelle s’il ne se sent pas bien
  • L’amener à trouver de nouveaux centres d’intérêt divers et variés

Attention, il y a également des choses à ne pas faire :

  • Reprocher le besoin d’alcool
  • Faire sentir au concerné qu’il n’est pas normal
  • Entrer en conflit
  • Juger
  • Amener le concerné dans des lieux qui favoriseront la consommation d’alcool (bars, discothèques, soirées dansantes…)

Comment aider un alcoolique ?

L’aide de l’entourage n’est pas du ressort de la magie. Il faut pour les personnes qui souhaitent aider leur proche beaucoup de patienter et de savoir- faire. L’aide peut être plus ou moins facile si l’alcoolodépendant accepte un accompagnement familial mais il faut aussi s’interroger comment aider un alcoolique qui ne veut pas se faire soigner ?

Il peut arriver que l’alcoolique ne prenne pas conscience de son addiction. Aider un alcoolique dans le déni est autant plus difficile que celui qui ne souhaite pas être aider. Dans tous les cas, sachez que tout n’est pas perdu cependant, bien au contraire. Il n’est pas trop tard pour s’en sortir ! Il faut juste plus de patience et de détermination.

Pour ce faire, il faut connaître la bonne marche à suivre, la bonne méthode. C’est l’objet du travail de l’institut ADIOS, qui grâce à sa fondatrice Sarah Nacass peut se targuer d’avoir mis au point quelques 6 étapes qui permettent de comprendre et de faire la différence dans l’alcoolisme d’une personne.

Les 6 stades de la dépendance

Il existe 6 stades dans la dépendance et surtout dans le processus de changement :

  1. La Pré-contemplation ou stade de « déni-défense » : le concerné ne pense pas qu’il y a un problème.
  2. La Contemplation : la personne a de vagues plans de changements
  3. La Préparation : la personne se prépare à changer, cependant elle est encore bloquée, elle attend le bon moment
  4. L’Action-Planification : elle prend enfin la décision de changer et éventuellement de se faire accompagner ; elle modifie son environnement et commence à faire le deuil de sa dépendance.
  5. La Maintenance : elle risque de replonger dans certains cas, il faut maintenir la vigilance !
  6. La Terminaison: le but ultime est atteint, la dépendance est totalement terminée, oubliée, il n’y a normalement plus de risques de replonger sauf si elle décide volontairement de le faire !

Ces étapes d’ADIOS, agissant sur l’inconscient, permettent de prendre en charge la personne alcoolique et de l’accompagner vers la solution.

Téléchargez notre guide alcool

Téléchargez notre guide

Avoir compris ces 6 différentes étapes facilitent la prise de conscience du problème.

Une autre méthode complémentaire s’avère efficace pour comprendre l’état d’esprit dans lequel le concerné est par rapport à son addiction. C’est un exercice qu’il est préférable de faire sur papier : conseillez lui d’écrire les réponses aux questions suivantes après y avoir bien médité :

A quel point suis-je motivé à aller mieux ?

Pour quelles raisons je veux m’en sortir ?

Qu’est-ce qui me cause de la souffrance aujourd’hui ?

Quelles sont les valeurs sous-jacentes à mon changement ?

Pourquoi ce changement me serait bénéfique ?

Quelles sont les embûches que je serais amené à rencontrer, à l’intérieur de moi, ou dans mon environnement ?

Comment trouver de l’aide dans mon entourage ?

La méthode ADIOS est une alliance de 12 techniques qui ont fait et qui continuent de faire leur preuve. Elle est à 95% de taux réussite pour les personnes qui vont au bout de leur programme. Notamment les alcooliques qui veulent s’en sortir.

Il ne faut pas omettre de dire au concerné quil peut s’en sortir ! C’est une affirmation qu’il est important pour lui d’intégrer. L’institut ADIOS a fait expérience d’un patient qui avait démarré le programme sur ces paroles encourageantes entendues « vous verrez, vous allez vous en sortir ! »

Le proche du concerné doit ouvrir un dialogue entre eux. Discuter de ces moments où le dépendant ne boit pas, pour en déterminer le contexte, et surtout établir que c’est possible : ces moments existent, il suffit de les étendre pour qu’ils deviennent un quotidien.

Chercher ce qui est synonyme de calme et sérénité pour le dépendant, comment ces sentiments peuvent exister en lui. Si ces ressentis remontent dans le temps, c’est qu’ils sont passés au second plan dans son esprit, recouverts par d’autres émotions. C’est en cela qu’il va falloir approfondir le dialogue.

Les événements douloureux : faut-il en parler ?

Il faut les évoquer pour faire comprendre que leur effet peut-être désactivé, car l’alcoolisme fait souvent conséquence à un traumatisme. Heureusement, le programme de l’institut ADIOS est prévu à cet effet.

Le praticien a pour rôle de creuser, avec le dépendant, ses souvenirs et les émotions douloureuses ou négatives qu’ils entraînent. L’objectif est d’exprimer ces souvenirs pour les dégager de l’esprit. L’hypnose peut également être envisagée. Tel est l’enjeu de la méthode pour aller vers la solution.

Grâce à sa méthode, l’institut ADIOS, a déjà par le passé aidé plusieurs types d’addiction. Ces 12 techniques permettent de s’adapter à l’addiction de la personne en face. Pour la même méthode l’approche peut être différente. Aider un alcoolique dépressif peut mobiliser des techniques qu’on s’en servira pas pour aider une famille d’alcoolique.

Les questions les plus fréquentes

Comment l’institut ADIOS aborde-t-il les événements douloureux ?

L’institut ADIOS a une méthode particulière pour permettre à ses patients d’accepter leur traumatisme passé sans pâtir des conséquences. Grâce aux recherches de Sarah Nacass et aux méthodes qu’elle utilise, les dépendants peuvent d’une part apprivoiser leur traumatisme, et d’autre part apprendre à l’intégrer comme partie prenante de leur histoire personnelle.

Il est effectivement impossible de croire à une rémission sans évoquer ces événements douloureux. Car ce sont ces événements qui déclenchent des automatismes chez une personne. A l’institut ADIOS, l’hypnose est grandement utilisée pour parvenir à débloquer ces traumatismes. C’est une fouille de l’esprit qui déterre des ruines de l’enfance et les neutralise.

Il arrive souvent que certains patients fasse une amnésie, et qu’ils se rappellent d’événements marquants durant leur état de transe. Ainsi, les ramener à la surface permet de comprendre les mécanismes qu’ils engendrent et de mieux appréhender le sevrage à venir.

Téléchargez notre guide alcool

Téléchargez notre guide

Est-il possible de contacter l’institut ADIOS pour aider quelqu’un d’autre que moi ?

Il est effectivement possible d’avoir recours à l’institut dans l’intérêt d’un procheSeulement, la rémission ne peut pas se faire sans un minimum de volontariatC’est pourquoi il est plus adroit d’entamer un dialogue avec le proche avant d’entreprendre des démarches dans son dos.

Si toutefois le dépendant est dans un déni profond et qu’il refuse de se faire aider, un entretien à distance avec l’un des praticiens de l’institut ADIOS peut-être une bonne idée. Ainsi peut-il resté dans le cadre de sa zone de confort et baisser sa « garde » plus facilement. Le dialogue peut alors s’enclencher plus naturellement.

Comment acquérir les compétences nécessaires pour aider un proche dépendant ?

Pour aider un proche qui a une addiction à l’alcool, il convient premièrement de faire tout ce qui a été cité plus haut dans l’article. Ces étapes permettront à l’alcoolique et la personne désireuse de l’aider, de créer un lien de confiance dénué de tout jugement. Pour aider une personne à se débarrasser de l’alcool, il faut que l’entourage soit bien outillé et avoir quelques prédisposition .

La première chose à faire est de se renseigner sur l’addiction : les nombreux articles du sites sont prévu à cet effet. En connaître les causes, les conséquences, les objectifs qu’il doit en découler… tant de paramètres à prendre en compte qui aideront un proche à aider le dépendant.

Pour aller plus loin dans la recherche d’informationle livre de Sarah Nacasscréatrice de la méthode ADIOS est disponible en librairie ou sur Amazon. Il offre une connaissance complète des addictions et des solutions pour en venir à bout.

Etes vous réellement dépendant ?

Pour savoir si vous êtes vraiment dépandant nous vous proposons un quiz de quelques minutes.

Faire le test