Quels médicaments pour arrêter de boire sans ordonnance ?

La consommation de l’alcool peut très vite se transformer en une envie démesurée et incontrôlée. La dépendance à l’alcool présente un grand risque pour la santé et aussi un déséquilibre social. Des spécialistes ADIOS peuvent vous aider quelle que soit la solution choisie. Cependant, l’industrie pharmaceutique élabore de plus en plus de médicaments pour arrêter de boire. Cette solution ne traite pas le fond du problème mais en attendant, certains médicaments sont disponibles sans ordonnance. quels sont-ils ? Sont-ils efficaces ? réponse dans cet article !

Les médicaments sans ordonnance les plus courants contre l’alcoolisme

Depuis une vingtaine d’années les laboratoires pharmaceutiques multiplient les recherches pour trouver le MÉDICAMENT contre l’alcoolisme !

Cependant, aucun médicament ne peut résoudre un problème de fond lié à une addiction à l’alcool. L’idéal est donc de se faire accompagner par un thérapeute ADIOS qui va travailler aussi bien sur l’addiction que sur l’origine du problème tout en utilisant des compléments alimentaires à base de kudzu, passiflore, valériane, margousier, basilic, magnésium ou encore d’huiles essentielles qui aident à lutter contre de nombreuses addictions. Tous ces produits possèdent une action favorable sur le système nerveux pour réduire le stress et facilitent la désaccoutumance.

Aujourd’hui, le marché des médicaments anti-alcool avec ordonnance propose plusieurs molécules parmi elles les plus connues sont :

– Le baclofène : Il représente l’une des molécules les plus connues du monde. Initialement utilisée dans le traitement des maladies musculaires, il fait office depuis 2014, de médicament contre la dépendance alcoolique. il permettrait de réduire drastiquement la consommation de l’alcool, ou de passer sainement la période de sevrage.

– Le nalfémène : Autorisée sur le marché depuis 2013, cette molécule rendue disponible sous le nom de Selcrolin est l’une des plus abouties. Sa particularité vient du fait qu’elle ne vise pas à stopper la dépendance mais de diminuer l’envie de boire. Selon le laboratoire, elle peut baisser jusqu’a 60% la consommation d’alcool après 6 mois d’utilisation.

– L’acamprosate : Spécifiquement, l’ acamprosate est fabriquée pour les personnes affectées par les syndromes du sevrage alcoolique. De ce fait, elle permet aux patients de garder l’équilibre dans une phase d’abstinence. Elle réduit considérablement les effets du manque.

– L’alcover : Ce médicament est plus souvent indiqué après un sevrage alcool. Selon les spécialistes la molécule GHB contenue dans l’alcover se substitut à l’alcool avec un effet sédatif. Elle comporterait un risque d’addiction.

Cependant, ces médicaments ne sont pas sans reproches. Plusieurs incertitudes planent sur ces produits: sont-ils sans effets secondaires ? Provoquent-t-ils une dépendance ?

Le problème de l’alcoolisme mérite d’être traité avec beaucoup plus de précaution car mettre un pansement sur une plaie infectée ne sert à rien. La voie de l’automédication est donc susceptible d’empirer le problème et la plupart de ces médicaments sont prescrits uniquement avec ordonnance.

RDV en visio gratuit de 15 minutes avec un conseiller

Faites un 1er pas pour vous libérer de l’addiction et prenez gratuitement rendez-vous pour 15 minutes par téléphone

Prendre RDV

Les risques de l’automédication pour arrêter l’alcool

Nombreuses sont les personnes à vouloir faire leur sevrage alcoolique discrètement, par soi-même. La peur du regard ou des jugements des autres peuvent pousser à combattre tout seul son mal. Le choix des médicaments sans ordonnance devient alors la possibilité par excellence.

Mais attention ! En réalité, la prise de médicaments sans ordonnance peut entraîner des complications. En général, Le sevrage alcoolique est un traitement sur mesure. Chaque individu a un rapport singulier avec l’alcool. Et c’est pourquoi, avant toute démarche d’arrêt de l’alcool, les professionnels de santé ou spécialistes des addictions effectuent un test pour évaluer le degré d’addiction du patient. Ainsi, les personnes qui font le choix des médicaments sans ordonnance pour arrêter de boire s’inscrivent dans un traitement sans connaître le diagnostic. Cette pratique est particulièrement dangereuse!

C’est pourquoi, il est préférable de prendre la bonne décision et de décider enfin de se faire accompagner par un Praticien (ADIOS) qui peut vous aider à travailler sur l’origine du problème et pas seulement sur le comportement. Chez ADIOS, nous travaillons aussi bien sur le problème de l’addiction et sur l’environnement que sur l’origine du comportement de manière naturelle avec tout au plus des compléments alimentaires efficaces en la matière (voir le début de l’article).

Combattre une dépendance par une autre

De nos jours, il n’existe pas de médicament miracle pour arrêter définitivement l’alcool. User des médicaments actuels, c’est s’exposer aux effets secondaires de ces produits. En tenant compte des risques de dépendance, les personnes en situation d’alcoolisme peuvent inconsciemment combattre une dépendance et la remplacer par une autre.

Ces médicaments représentent déjà un risque majeur pour le foie. Les médicaments pour arrêter de boire avec ou sans ordonnance ne sont pas les seuls moyens pour lutter contre l’alcoolisme. Il existe des traitements plus adéquats et plus complets comme les programmes thérapeutiques ADIOS.

Arrêter alcool avec la méthode ADIOS

Le sevrage alcoolique nécessite un minimum de suivi. Si vous faites le choix de la discrétion, alors, l’Institut ADIOS est la solution idéale. Grâce à sa méthode d’avant-garde composée de 12 techniques de thérapies brèves, l’accompagnement se base autant sur l’origine de la dépendance que sur la dépendance elle-même.

À l’Institut ADIOS, à la différence de la vision médicale, nous appréhendons les dépendances sous l’angle du comportement et non de la maladie. L’addiction étant une réponse à court terme que l’inconscient trouve pour soulager et protéger la personne d’une souffrance plus grande.

Téléchargez notre guide alcool

Téléchargez notre guide

Vaincre l’addiction depuis son origine

La méthodes ADIOS s’intéresse particulièrement au pourquoi du comment pour le changement comportement. Selon les dernières recherches en Neurosciences , 97 % des comportements sont controlés par l’inconscient et 3% le conscient.

C’est pourquoi, avec les outils tels que l’hypnose, L’EFT (Emotional Freedom Technique) et 10 autres techniques de thérapie brève, la méthode ADIOS travaille aussi bien avec les parties conscientes qu’inconscientes pour réconcilier les parties qui n’étaient pas d’accord pour arrêter l’alcool. Le sevrage à l’alcool avec la méthode ADIOS est une démarche holistique sans prescription médicamenteuse qui prend en compte la personnalité, lenvironnement et l’histoire de la personne ce qui signifie que la prise en charge comprend aussi bien l’arrêt de l’alcool que le suivi vers un changement durable pour redonner du sens à sa vie.

Depuis sa création en 2012, L’Institut ADIOS, a pu aider plusieurs milliers personnes à se libérer de leur addiction. Aujourd’hui, on estime à 95 % le taux de réussite de la méthode ADIOS. Si vous avez pris conscience que vous n’aspirez qu’à une chose, « se libérer pour changer de vie« , alors c’est le moment de prendre rendez-vous!

Les questions les plus fréquentes

Pour en finir avec une addiction, les médicaments sont-ils bénéfiques ?

Les médicaments peuvent-ils accompagner un processus d’arrêt?

Bien sûr si vous traitez les raisons profondes de l’addiction, cependant, si c’est le cas, il est fortement probable que vous n’en ayez pas besoin.

Il faut bien savoir que les médecins prescrivent des molécules qui agissent sur le corps en espérant toucher le psychologique ce qui est rarement le cas.

Cela dit, les médecins encouragent toujours leurs patients à entreprendre un suivi psychologique.

À l’Institut ADIOS, recevez-vous des personnes sous médicaments ?

Nombreuses sont les personnes que l’Institut reçoit qui prennent des médicaments soit pour agir sur le stress, l’anxiété, la dépression soit pour agir sur le dégoût.

L’Institut ne milite pas contre les médicaments : il propose un programme pour traiter en profondeur le stress et les souffrances à l’origine de l’addiction à l’alcool. D’ailleurs, parfois des compléments alimentaires naturels alliés à un programme thérapeutique ADIOS adapté, peuvent aider à gérer cette période de sevrage.


L’institut ADIOS a-t-il des résultats ?

95% de réussite pour toutes les personnes qui ont suivi leur programme jusqu’au bout.

En effet, avant de poser des déviations ce qui correspond à changer les connexions neuronales habituelles, le praticien a traité la compensation émotionnelle et activé toutes les ressources nécessaires pour que la personne retrouve une vie normale avec espérance, joie de vivre et projets.

Etes vous réellement dépendant ?

Pour savoir si vous êtes vraiment dépandant nous vous proposons un quiz de quelques minutes.

Faire le test