Quels sont les médicaments qui dégoutent de l’alcool ?

Les problèmes liés à la consommation d’alcool sont parmi les problèmes de santé publique les plus importants en France. De nombreuses personnes ont du mal à contrôler leur consommation d’alcool à un moment de leur vie.

La bonne nouvelle est que, quelle que soit la gravité du problème, la plupart des personnes atteintes d’un trouble lié à la consommation d’alcool peuvent bénéficier d’un type de traitement : les médicaments pour arrêter de boire.

Médicament qui dégoûte de l’alcool

Le baclofène

Le baclofène est couramment utilisé pour soulager l’augmentation du tonus musculaire (spasticité) dans la sclérose en plaques, les accidents vasculaires cérébraux et d’autres conditions.

Au début des années 2010, le médicament a gagné en popularité en tant que remède contre le syndrome de sevrage alcoolique, une condition après une consommation prolongée d’alcool, caractéristique des stades II et III de l’alcoolisme.

Les partisans de cette utilisation du baclofène ont déclaré que le médicament réduit l’envie de boire et évite le développement de la consommation excessive d’alcool. Depuis 2014, son utilisation dans le traitement de la dépendance à l’alcool est officiellement autorisée en France.

Le Selcrolin

Selcrolin est utilisé pour réduire les envies d’alcool chez les patients dans le cadre d’un traitement complet de la dépendance à l’alcool.

Il est fondamentalement différent en termes de principe d’influence des moyens traditionnellement utilisés, grâce auxquels il est aujourd’hui très répandu.

Le Selcrolin est disponible sous forme de solution intramusculaire ou intraveineuse, de comprimés. Il contient le principe actif chlorhydrate de nalfemen dihydraté, ainsi que des substances auxiliaires – cellulose microcristalline, lactose anhydre, crospovidone de type A, stéarate de magnésium.

L’action du médicament est basée sur la formation de l’aversion du patient pour les boissons alcoolisées et, par conséquent, sur l’arrêt de l’abus d’alcool. L’effet est obtenu en raison de l’accumulation de la substance active dans le corps.

Nalfemen bloque l’activité des récepteurs opioïdes dans le corps, ce qui fait que l’euphorie et le plaisir de boire de l’alcool disparaissent et le patient perd tout intérêt pour lui.

Cependant, il ne faut pas oublier que pour obtenir un tel effet et un traitement réussi, le médicament doit être pris pendant au moins quatre semaines et doit en même temps être associé à une thérapie psychologique et à d’autres recommandations du médecin.

Le Xyrem

La prise de ce médicament en combinaison avec des boissons alcoolisées entraînera une déficience mentale et physique.

Des effets indésirables graves tels que confusion, perte de coordination, contractions ou faiblesse musculaires, transpiration, tremblements, convulsions ou difficultés respiratoires.

Vous ne devez pas conduire ou utiliser des machines, y compris piloter un avion ou d’autres tâches, pendant 6 heures après avoir pris une dose de ce médicament. Les effets causés par l’utilisation du xyrem ne vous donneront plus envie de consommer à nouveau de l’alcool.

RDV en visio gratuit de 15 minutes avec un conseiller

Faites un 1er pas pour vous libérer de l’addiction et prenez gratuitement rendez-vous pour 15 minutes par téléphone

Prendre RDV

La prise de ce médicament en combinaison avec des boissons alcoolisées entraînera une déficience mentale et physique.

Des effets indésirables graves tels que confusion, perte de coordination, contractions ou faiblesse musculaires, transpiration, tremblements, convulsions ou difficultés respiratoires.

Vous ne devez pas conduire ou utiliser des machines, y compris piloter un avion ou d’autres tâches, pendant 6 heures après avoir pris une dose de ce médicament. Les effets causés par l’utilisation du xyrem ne vous donneront plus envie de consommer à nouveau de l’alcool.

L’Alcover

L’oxybate de sodium est signalé comme ingrédient principal d’Alcover qui s’est avéré sûr et efficace dans le traitement des patients souffrant de troubles liés à la consommation d’alcool ; il a été approuvé en Italie et en Autriche pour le traitement du syndrome de sevrage alcoolique et pour la prévention des rechutes.

Une étude incluant des patients alcoolodépendants traités par Alcover dans le cadre des procédures diagnostiques et thérapeutiques. L’étude a confirmé l’efficacité d’Alcover dans le traitement du syndrome de sevrage alcoolique, 81% des patients ayant réussi à se désintoxiquer.

Alcover s’est également avéré efficace pour le maintien de l’abstinence d’alcool, avec plus de 75% des patients complètement abstinents, 6 et 12 mois après le début du traitement.

Aujourd’hui, l’univers des plantes médicinales propose aussi des solutions contre l’alcoolisme. Ces nouveaux médicaments miracles pour arrêter de boire font le bonheur de plusieurs alcoolodépendants. A base de plantes ou racines, ces produits sont déclinés en plusieurs formes (Comprimés, pilules, gélules etc.)

Produits qui provoquent le dégoût de l’alcool

Les pilules « Glycesed« , « Acidum-S« , « Proproten 100”, créées à base d’herbes médicinales et d’ingrédients naturels, agissent en douceur, réduisant l’envie de prendre une dose d’alcool. La réceptivité du patient à la thérapie est évaluée individuellement.

L‘un des produits les plus populaires est le Proproten 100, dont le coût varie entre 180 et 300 roubles. Le médicament réduit la réponse du corps à la consommation d’alcool. Neutralise les conséquences des symptômes de sevrage – irritabilité, tremblements, troubles émotionnels, stress mental.

L’ingrédient actif est des anticorps contre la protéine S-100. Il a été scientifiquement prouvé que de très faibles doses d’anticorps contre la protéine S-100 ont des effets neuroprotecteurs, végéto-modulateurs et psychotropes.

L’outil augmente la résistance du cerveau aux intoxications toxiques et à l’hypoxie. Le médicament « Proproten 100 » est contre-indiqué chez les femmes enceintes et les mères allaitantes.

La thérapie qui dégoute de l’alcool

La thérapie qui dégoute de l'alcool

Le dégoût de l’alcool est possible sans prise de médicament ou autres produits médicinaux mais juste avec la reprogrammation de l’inconscientSelon l’étude du système nerveux, 90 % de nos actions émanent de l’inconscient.

L’alcoolisme considéré comme un déséquilibre serait un trouble inconscient. C’est pourquoi, seuls les outils de la reprogrammation de l’inconscient notamment l’hypnose permet de résoudre le problème.

La méthode ADIOS (Activation de l’Inconscient Orientée vers la Solution) grâce à ses 12 techniques de thérapie brèves dont l’hypnose permet d’instaurer le dégout de l’alcool chez le sujet dépendant. Cette technique permet de travailler avec le dynamisme de l’inconscient disposée à changer.

En effet, la pratique de l’hypnose consiste à faire des suggestions à l’inconscient pour manifester le dégoût envers l’alcool. Cette reprogrammation mentale favorise l’arrêt de l’alcool sans ingurgiter des médicaments ou autre produits susceptibles de créer d’autre problème.

A l’Institut ADIOS, l’accompagnement va au-delà de la création de dégoût de l’alcool. Grâce à la combinaison des 12 techniques, la méthode ADIOS traite le problème d’alcool dans sa globalité.

C’est-à-dire, qu’elle s’intéresse autant à la dépendance qu’à la dépendance elle-même. Ainsi, les personnes dépendantes arrêtent non seulement leur addiction, mais aussi, se met à l’abri d’éventuels rechutes.

Depuis sa création en 2012, L’Institut ADIOS, a pu aider plus de 1000 personnes à se libérer de leur addiction. Aujourd’hui, on estime à 95 % taux de réussite de la méthode ADIOS. N’hésitez pas à prendre rendez-vous.

Quels sont les médicaments qui dégoutent de l’alcool ?

Les problèmes liés à la consommation d’alcool sont parmi les problèmes de santé publique les plus importants en France. De nombreuses personnes ont du mal à contrôler leur consommation d’alcool à un moment de leur vie.

Médicament qui dégoûte de l’alcool

Le baclofène

Le baclofène est couramment utilisé pour soulager l’augmentation du tonus musculaire (spasticité) dans la sclérose en plaques, les accidents vasculaires cérébraux et d’autres conditions.

Au début des années 2010, le médicament a gagné en popularité en tant que remède contre le syndrome de sevrage alcoolique, une condition après une consommation prolongée d’alcool, caractéristique des stades II et III de l’alcoolisme.

Les partisans de cette utilisation du baclofène ont déclaré que le médicament réduit l’envie de boire et évite le développement de la consommation excessive d’alcool. Depuis 2014, son utilisation dans le traitement de la dépendance à l’alcool est officiellement autorisée en France.

Téléchargez notre guide alcool

Téléchargez notre guide

Le Selcrolin

Selcrolin est utilisé pour réduire les envies d’alcool chez les patients dans le cadre d’un traitement complet de la dépendance à l’alcool.

Il est fondamentalement différent en termes de principe d’influence des moyens traditionnellement utilisés, grâce auxquels il est aujourd’hui très répandu.

Le Selcrolin est disponible sous forme de solution intramusculaire ou intraveineuse, de comprimés. Il contient le principe actif chlorhydrate de nalfemen dihydraté, ainsi que des substances auxiliaires – cellulose microcristalline, lactose anhydre, crospovidone de type A, stéarate de magnésium.

L’action du médicament est basée sur la formation de l’aversion du patient pour les boissons alcoolisées et, par conséquent, sur l’arrêt de l’abus d’alcool. L’effet est obtenu en raison de l’accumulation de la substance active dans le corps.

Nalfemen bloque l’activité des récepteurs opioïdes dans le corps, ce qui fait que l’euphorie et le plaisir de boire de l’alcool disparaissent et le patient perd tout intérêt pour lui.

Cependant, il ne faut pas oublier que pour obtenir un tel effet et un traitement réussi, le médicament doit être pris pendant au moins quatre semaines et doit en même temps être associé à une thérapie psychologique et à d’autres recommandations du médecin.

Le Xyrem

La prise de ce médicament en combinaison avec des boissons alcoolisées entraînera une déficience mentale et physique.

Des effets indésirables graves tels que confusion, perte de coordination, contractions ou faiblesse musculaires, transpiration, tremblements, convulsions ou difficultés respiratoires.

Vous ne devez pas conduire ou utiliser des machines, y compris piloter un avion ou d’autres tâches, pendant 6 heures après avoir pris une dose de ce médicament. Les effets causés par l’utilisation du xyrem ne vous donneront plus envie de consommer à nouveau de l’alcool.

L’Alcover

L’oxybate de sodium est signalé comme ingrédient principal d’Alcover qui s’est avéré sûr et efficace dans le traitement des patients souffrant de troubles liés à la consommation d’alcool ; il a été approuvé en Italie et en Autriche pour le traitement du syndrome de sevrage alcoolique et pour la prévention des rechutes.

Une étude incluant des patients alcoolodépendants traités par Alcover dans le cadre des procédures diagnostiques et thérapeutiques. L’étude a confirmé l’efficacité d’Alcover dans le traitement du syndrome de sevrage alcoolique, 81% des patients ayant réussi à se désintoxiquer.

Alcover s’est également avéré efficace pour le maintien de l’abstinence d’alcool, avec plus de 75% des patients complètement abstinents, 6 et 12 mois après le début du traitement.

Aujourd’hui, l’univers des plantes médicinales propose aussi des solutions contre l’alcoolisme. Ces nouveaux médicaments miracles pour arrêter de boire font le bonheur de plusieurs alcoolodépendants. A base de plantes ou racines, ces produits sont déclinés en plusieurs formes (Comprimés, pilules, gélules etc.)

Produits qui provoquent le dégoût de l’alcool

Les pilules « Glycesed », « Acidum-S », « Proproten 100”, créées à base d’herbes médicinales et d’ingrédients naturels, agissent en douceur, réduisant l’envie de prendre une dose d’alcool. La réceptivité du patient à la thérapie est évaluée individuellement.

L’un des produits les plus populaires est le Proproten 100, dont le coût varie entre 180 et 300 roubles. Le médicament réduit la réponse du corps à la consommation d’alcool. Neutralise les conséquences des symptômes de sevrage – irritabilité, tremblements, troubles émotionnels, stress mental.

L’ingrédient actif est des anticorps contre la protéine S-100. Il a été scientifiquement prouvé que de très faibles doses d’anticorps contre la protéine S-100 ont des effets neuroprotecteurs, végéto-modulateurs et psychotropes.

L’outil augmente la résistance du cerveau aux intoxications toxiques et à l’hypoxie. Le médicament « Proproten 100 » est contre-indiqué chez les femmes enceintes et les mères allaitantes.

La thérapie qui dégoute de l’alcool

Le dégoût de l’alcool est possible sans prise de médicament ou autres produits médicinaux mais juste avec la reprogrammation de l’inconscient. Selon l’étude du système nerveux, 90 % de nos actions émanent de l’inconscient.

L’alcoolisme considéré comme un déséquilibre serait un trouble inconscient. C’est pourquoi, seuls les outils de la reprogrammation de l’inconscient notamment l’hypnose permet de résoudre le problème.

La méthode ADIOS (Activation de l’Inconscient Orientée vers la Solution) grâce à ses 12 techniques de thérapie brèves dont l’hypnose permet d’instaurer le dégout de l’alcool chez le sujet dépendant. Cette technique permet de travailler avec le dynamisme de l’inconscient disposée à changer.

En effet, la pratique de l’hypnose consiste à faire des suggestions à l’inconscient pour manifester le dégoût envers l’alcool. Cette reprogrammation mentale favorise l’arrêt de l’alcool sans ingurgiter des médicaments ou autre produits susceptibles de créer d’autre problème.

A l’Institut ADIOS, l’accompagnement va au-delà de la création de dégoût de l’alcool. Grâce à la combinaison des 12 techniques, la méthode ADIOS traite le problème d’alcool dans sa globalité.

C’est-à-dire, qu’elle s’intéresse autant à la dépendance qu’à la dépendance elle-même. Ainsi, les personnes dépendantes arrêtent non seulement leur addiction, mais aussi, se met à l’abri d’éventuels rechutes.

Depuis sa création en 2012, L’Institut ADIOS, a pu aider plus de 1000 personnes à se libérer de leur addiction. Aujourd’hui, on estime à 95 % taux de réussite de la méthode ADIOS. N’hésitez pas à prendre rendez-vous.

Etes vous réellement dépendant ?

Pour savoir si vous êtes vraiment dépandant nous vous proposons un quiz de quelques minutes.

Faire le test