Notre avis sur disulfirame pour lutter contre l’alcoolisme

L’arrêt définitif de l’alcool ne s’improvise pas du jour au lendemain. Il faut en amont s’initier à des séances de préparation mentale. Puis, vous pourriez disposer de la volonté nécessaire pour tourner une page de votre vie. Depuis des années, les laboratoires pharmaceutiques conçoivent des médicaments pour éviter de rechuter dans l’alcoolisme. Cependant, leurs effets pour l’organisme présentent des disparités. Le disulfirame mérite une grande attention pour les consommateurs. Il est prescrit par les médecins pour aider un sujet dépendant à l’alcool.

Médicament pour arreter de boire : quels sont-ils?

Disulfirame

Pourquoi disulfirame est-il recommandé contre l’alcool ?

Le disulfirame est l’un des plus anciens agents pharmacologiques disponibles sur le marché pour les alcoolodépendants. Il est apparu fortuitement dans les années 40. Il s’agit d’un inhibiteur. Il est conçu pour altérer le besoin d’alcool du patient avec des moyens peu orthodoxes, mais efficaces. Il est indiqué pour éviter la rechute du sujet dans l’alcool après une période de désintoxication. Un suivi psychologique sera instauré au même titre que la prise de disulfirame. Il est d’ailleurs utilisé en complément d’autres médicaments puisque le disulfirame est un adjuvant.

Indication et posologie du disulfirame

Voir un médecinLe disulfirame est contre-indiqué dans le cas où le sujet souffre d’une hypersensibilité à ses principes actifs ou ses composants. Le médecin posera des questions en ce sens lors d’une consultation pour éviter d’éventuelles complications. Il est également prohibé au cas d’une constatation d’insuffisance hépatique et rénale sévère. Une interdiction est aussi portée à la connaissance des profils touchés par une insuffisance respiratoire. Le produit est à éviter pour les diabétiques ou épiléptiques. Quand le sang comporte encore du taux d’alcoolémie, il peut d’autant causer certains torts. Cela implique qu’il faut se tenir loin d’une substance alcoolique au moins 24 heures avant le début du traitement. Exemple, les médicaments contre la toux… Le disulfirame ne convient pas aux femmes en âge de procréer. Cependant, elles peuvent en consommer en suivant une méthode contraceptive. Elles devront aussi oublier le médicament si elles allaitaient un nouveau-né. Le patient doit avaler un comprimé de disulfirame tous les matins avant de prendre son petit déjeuner.

Comment agit-il ?

effets secondairesLe disulfirame inhibe diverses enzymes responsables de la synthétisation de l’alcool. Il est bon de comprendre le principe d’ingérence de l’éthanol avant de comprendre la manière d’agir du disulfirame.

  • La molécule est d’abord absorbée dans deux organes du corps qui sont l’estomac et le duodénum.
  • 1/5 de l’alcool sont métabolisés
  • Le reste est absorbé par le sang
  • L’éthanol est donc acheminé vers le cerveau, le foie ou encore le cœur

Le foie est le principal instigateur de la transformation biochimique de l’alcool. Il effectue la modification en deux temps : 

  • Il transforme le liquide alcoolisé en acétaldéhyde puis en acétate. Le foie ne peut donc plus finaliser son opération sans l’acétaldéhyde-déshydrogénase.
  • Le disulfirme bloque donc l’acétaldéhyde-déshydrogénase.
  • L’alcool ne peut donc pas être synthétisé correctement dans le corps, d’où son élévation anormale.

L’effet de cet anomalie se fera ressentir de manière déplaisante pour le consommateur : nausées et vomissements sont à prévoir. L’hypotension et/ou des palpitations sont également possibles. De fil en aiguille, le consommateur n’a plus d’attirance pour les boissons alcooliques.

Les effets secondaires du disulfirame

L’utilisation du disulfirame comporte des effets secondaires : 

  • Convulsions
  • Allergies cutanées
  • Altération du gout (arrière-gout métallique)
  • Système nerveux attaqué

Des usagés ont également signalé des réactions plus sévères telles que des troubles du rythme cardiaque, voire des infarctus du myocarde ou décès.

Combien de temps pour agir ?

Les sensations désagréables produites par le disulfirame sont perceptibles 10 minutes après la consommation d’alcool. Elles disparaissent après une demi-heure. La durée peut néanmoins varier d’un profil à l’autre. Le médicament sera pris jusqu’à ce que le médecin recommande son arrêt. En principe, cette décision intervient après que le sujet soit complètement guéri de son addiction. Une fois que vous décidez de ne plus inoculer le produit, le disulfirame ne provoque pas des effets de dépendance.

Danger

Les risques et dangers

L’alcool va provoquer l’effet antabuse. Ainsi, le patient peut ressentir son cœur s’emballer en prenant un verre. Il peut pareillement remarquer l’apparition de rougeur. Le disulfirame présente une toxicité hépatique. Il est donc probable que le patient requière une transplantation. Dans les cas avancés, il peut en mourir.

Lorsque vous voyez une modification physique importante à l’exemple de l’anorexie, immédiatement contacter le médecin traitant. Les médicaments suivants ne doivent pas être pris en concomitants avec le disulfirame : 

  • Métronidazole
  • Isoniazide
  • Phénytoïne

Ils peuvent causer des troubles du comportement ou des épisodes de psychose sévère. Le disulfirame ne peut pas être administré sans des examens cliniques au préalable. En effet, le taux de transaminases s’avère élevé pour les sujets hépatiques. Les analyses sont faites de manière régulière durant les trois premiers mois. La fréquence sera alors portée à 1 fois tous les trimestres lorsqu’il n’y a rien d’alarmant. Le produit sera indiqué avec précaution aux personnes qui prennent de la cocaïne. Le surdosage au Disulfirame entraîne des problèmes neurologiques. Vous pouvez par exemple tomber dans le coma ou subir des convulsions.

Où se procurer du disulfirame ?

Le disulfirame est proposé en vente sur Internet. Les vendeurs n’exigent pas une ordonnance pour fournir le produit. Les livraisons sont d’ailleurs combinées avec leurs offres. Il existe même des pharmacies en ligne qui exposent le disulfirame dans leurs vitrines. Pour effectuer le paiement, diverses options sont disponibles comme le Mastercard, American express…

Pour en finir avec une addiction, les médicaments sont-ils bénéfiques ?

Les médicaments peuvent accompagner un processus d’arrêt, bien sûr mais si vous avez traité les raisons profondes de l’addiction, peut-être vous n’en aurez pas besoin. Il faut bien savoir que les médecins prescrivent des molécules qui agissent sur le corps en espérant toucher le psychologique. Cela dit, les médecins encouragent toujours leurs patients à entreprendre un suivi psychologique.

À l’Institut ADIOS, recevez-vous des personnes sous médicaments ?

Nombreuses sont les personnes que l’Institut reçoit qui prennent des médicaments soit pour agir sur le stress, soit pour agir sur le dégoût. L’Institut ne milite pas contre les médicaments : il propose un programme pour traiter le stress et les souffrances à l’origine de l’addiction de l’alcool.

L’institut ADIOS a-t-il des résultats ?

95% de réussite pour toutes les personnes qui ont suivi leur programme jusqu’au bout. En effet, avant de poser des déviations, le praticien a traité la compensation émotionnelle et activé toutes les ressources nécessaires pour que la personne retrouve une vie normale avec espérance et projets.

Voir aussi : Xyrem 

Voir aussi : Alcover 

Voir aussi : acamprosate 

Voir aussi : naltrexone 

Voir aussi : medicament pour arreter de boire sans ordonnance

Voir aussi : nouveaux medicament miracle pour arreter l alcool

Voir aussi : medicament et produit qui degoute de l alcool

HORAIRES D’OUVERTURES

Lundi – Vendredi 7:45 – 20:45
Samedi 9:45 – 18:45
Dimanche 9:45 – 18:45

   01 80 27 20 15

PRENDRE RDV