Comment lutter contre la fatigue suite à un sevrage alcoolique ?

Les symptômes liés à un sevrage alcoolique sont nombreux. Parmi ceux-ci figure une fatigue persistante. La productivité de la personne en cours de sevrage diminue, celle-ci n’est plus en mesure d’entretenir et d’accomplir pleinement ses responsabilités à la fois personnelles et professionnelles.

Un alcoolodépendant en sevrage espère souvent retrouver son plein potentiel, et une véritable réactivité, c’est d’ailleurs pour cette raison qu’il a sauté le pas et a décider d’en finir avec l’alcool. Face à la fatigue liée au sevrage, il peut ressentir de la déception, et du découragement. Sa démotivation est telle qu’il peut commencer à douter de sa décision d’abstinence.

Quels sont les effets indésirables associés au sevrage alcoolique et comment s’en sortir ?

Sevrage alcool et fatigue : les causes de l’épuisement

La fatigue ressentie lors d’un sevrage alcoolique a plusieurs causes à la fois physiques et psychologiques.

Causes physiques

L’alcool est une boisson hyper-énergétique, il renferme une teneur très élevée en calories. Certes, ces calories sont vides, c’est-à-dire dépourvues d’éléments nutritifs. Toutefois, l’organisme s’habitue à cet apport calorique si élevé et en devient dépendant.

Durant le sevrage, l’organisme ne reçoit plus cette « vague » énergétique. Il est comme en rupture et ne sait plus comment gérer ce manque perçu comme une carence, alors que ce n’est pas le cas. Via des mécanismes complexes, cela se traduit en fatigue.

D’autre part, la consommation d’alcool stimule les zones qui sont habituellement activées par la consommation des sucres. Il est normal qu’en arrêtant l’alcool, votre organisme éprouve une fatigue similaire à celle éprouvée quand il est en hypoglycémie. De plus, les carences causées par l’alcool ne deviennent réellement perceptibles que pendant la période du sevrage. En effet, le manque d’alcool potentialise cet effet.

Causes psychiques

L’anxiété et la dépression qui marquent potentiellement le sevrage entraînent un épuisement intense. Les deux symptômes ont le potentiel d’affaiblir l’immunité de l’organisme et de ralentir la circulation sanguine ainsi que les échanges vitaux. Il va sans dire qu’une psychologie instable altère l’état d’esprit qui, à son tour, donne au subconscient une simulation de l’état d’asphyxie et de souffrances physiques.

Femme au Téléphone

RDV en visio gratuit de 15 minutes avec un conseiller

Faites un 1er pas pour vous libérer de l’addiction et prenez gratuitement rendez-vous pour 15 minutes par téléphone

Prendre Rdv

Les symptômes de la fatigue lors du sevrage alcoolique


La fatigue ressentie au cours de l’arrêt d’alcool se traduit par de nombreux symptômes. En premier lieu, la somnolence devient insupportable. Le sujet est incapable d’y résister et n’arrive pas à réguler ses heures de sommeil. D’ailleurs, même s’il dort trop, il ne se repose pas vu que son sommeil n’est pas réparateur.

La personne abstinente passe par de longues périodes de stress et d’angoisse. Les réactions sont exacerbées. La personne devient très sensible et facilement irritable. Tout travail anodin devient une source de stress pour elle. Quand elle fait des tâches répétitives, elle peut devenir irascible et les délaisse souvent, ou les accomplit avec nervosité.

La pâleur est souvent observée chez une personne abstinente fatiguée. Elle a des conjonctives pâles et commence à développer des carences nutritionnelles accompagnées ou non d’un surpoids. Par ailleurs, la fatigue se traduit également par un essoufflement rapide, des douleurs abdominales et musculaires. Les céphalées, migraines et les vertiges sont très fréquents.

Sevrage alcool et fatigue : les traitements possibles


Pour contrer la fatigue liée au sevrage alcoolique, une supplémentation vitaminique est fortement recommandée. Cette dernière permet de renforcer l’immunité de l’organisme, de lutter contre les insomnies et d’amorcer le système de récupération du corps.

D’autres traitements sont également prescrits tels que les anxiolytiques. Ils visent notamment à accélérer la récupération, mais aussi à traiter l’anxiété et la dépression qui peuvent causer une fatigue.

Un suivi chez un psychothérapeute peut s’avérer indispensable afin d’éradiquer les causes psychologiques qui pourraient être derrière cette fatigue, ce qui est d’ailleurs le cas chez la majorité d’abstinents.

5 astuces pour éviter d’être fatigué


Marcher 30 minutes par jour

Si vous êtes incapable de faire du sport, contentez-vous de marcher pour une durée de 30 minutes, quotidiennement. Choisissez de le faire tôt dans la matinée afin de profiter de l’air frais. Les bienfaits sont scientifiquement prouvés : cela permet une amélioration considérable de l’humeur grâce à la sécrétion d’endorphines. Cela combat l’anxiété, augmente l’immunité et favorise un fonctionnement optimal de l’organisme.

Alimentation équilibrée

En parallèle de la supplémentation vitaminique, il convient d’équilibrer son alimentation et de manger sain. Les conserves et les fast-foods risquent de vous faire tomber dans une autre dépendance afin de combler la fatigue liée au manque d’alcool. Privilégiez les féculents, les fruits secs, les poissons, les viandes avec modération.

Évitez autant que possible les boissons gazeuses. Privilégiez l’eau pure, les jus naturels frais, afin d’avoir une bonne hydratation durant le sevrage alcoolique. Consommer le thé vert aide à se détendre et à dissiper les fatigues psychologiques. Il est à même d’augmenter votre immunité également.

Cela dit, il n’y a aucun mal de se faire plaisir de temps en temps. Si vous le voulez, vous pouvez savourer un plat que vous aimez, mais il n’est pas conseillé de le faire lorsque vous êtes trop fatigué ou en proie à un sentiment de frustration. En effet, vous risquez d’impacter négativement le processus de sevrage.

Téléchargez notre guide alcool

Éviter les excitants

Le café et tous les excitants doivent être consommés avec une très grande modération. Après 16 h, ils doivent être complètement évités. Néanmoins, il est préférable de les bannir complètement durant les premières semaines de sevrage. Il faut laisser à l’organisme le temps de récupérer et de s’habituer à des taux bas d’alcool sans le surstimuler et contrer l’effet relaxant d’une alimentation saine.

Dormir suffisamment

Même si vous dormez mal, fixez-vous une heure de réveil que vous respecterez impérativement. Avec le temps, votre horloge biologique se régulera et vos insomnies disparaitront. Vous aurez un sommeil réparateur qui absorbera toute la fatigue de votre corps.

Ne pas rester à l’abri de la lumière

Vous manquez de tonus et tombez dans la déprime quand vous manquez de vitamine D. Bien que vous soyez fatigué, sortez et laissez votre corps absorber de la lumière. Vous aurez un regain d’énergie qui boostera le fonctionnement de l’organisme et tout en le rafraichissant.

















Vous voulez sortir de votre addiction ?

Je suis décidé(e) et je souhaite réserver ma première séance en visio ou sur place (payant)