Comment lutter contre les douleurs musculaires suite à un sevrage alcool ?

Le sevrage alcoolique est source d’innombrables symptômes aussi bien physiques que mentales. Les maux sont à type de céphalées, migraines et douleurs abdominales qui persistent tout au long de la période d’abstinence. Les douleurs musculaires sont très observées également durant cette période. Elles entravent souvent la vie quotidienne et peuvent s’aggraver.

Quelles sont les causes des douleurs musculaires liées au sevrage alcoolique ?

Comment peut-on les calmer ? Zoom sur ce symptôme et les solutions possibles dans cet article.

Sevrage alcool douleurs musculaires : quelles en sont les causes ?

Sevrage alcool douleurs musculaires… une combinaison souvent difficile à gérer. L’alcoolisme n’a plus beaucoup de secrets pour la communauté scientifique ainsi que pour les thérapeutes. Ils sont conscients des sensibilités psychologiques que l’alcoolodépendance entraîne. Entre autres, l’immaturité, la dépression ainsi que les frustrations ne quittent pas la personne alcoolique.

L’alcool a ainsi un effet contre les épisodes d’angoisse. C’est, entre autres, ce qui fait de lui un produit difficile d’arrêt de consommation. La dépendance à l’alcool mène à une addiction psychologique suivie d’une addiction physique.

Le manque laissé par l’abstinence se manifeste sous forme de vraies douleurs physiques et abdominales .

Ainsi, de nombreux abstinents se plaignent  des crampes et des douleurs musculaires (myalgies). Le corps est dans un état de détresse qui se traduit par un malaise généralisé, par une faiblesse musculaire et des maux déclenchés au niveau de tous les muscles.

Les symptômes de myalgie au cours du sevrage alcoolique

Tout au long du sevrage alcoolique, l’individu  sent la fatigue , des douleurs avec des raideurs et des fourmillements. Il se déplace difficilement et n’arrive pas à réaliser correctement ses mouvements.

Il est toujours obligé d’agir doucement pour ne pas accentuer ses douleurs. Il s’agit de gênes dans l’exécution des mouvements musculaires le privant de plusieurs engagements.

Quels sont les traitements possibles pour contrer les myalgies de sevrage ?

Comme nous le précisons toujours, le sevrage alcoolique doit faire l’objet d’une consultation spécialisée afin d’entamer les traitements nécessaires. Notons la prescription d’anxiolytique, de supplémentations vitaminiques ainsi que d’autres éventuels traitements susceptibles de calmer les douleurs musculaires.

Cela dit, le suivi chez un thérapeute est tout aussi importante afin de venir à bout des problèmes et troubles psychiques pouvant être à l’origine de la myalgie durant le sevrage. Ce professionnel opte pour différentes thérapies afin d’arriver à un état d’esprit sain en éradiquant les souffrances psychologiques récentes ou anciennes.

L’homéopathie est une stratégie thérapeutique privilégiée contre les douleurs musculaires persistantes. Toutefois et en vue de prévenir les complications liées aux interactions médicamenteuses, il faut toujours prévoir une consultation chez un professionnel. Il serait dangereux de déterminer des doses fortuites sans connaissances préalables.

Lors d’un sevrage alcoolique chez les personnes dépendantes , la crise d’épilepsie rappelle au corps qu’il est en état de manque .

Par ailleurs, l’ostéopathe peut traiter une éventuelle hypertonie des muscles et relâcher les tensions musculaires. Il en est de même des recommandations données afin de renforcer votre système locomoteur, mais aussi pour éviter ce qui est susceptible de nuire à vos muscles.

Sevrage alcool douleurs musculaires : 5 astuces apaisantes

Prendre un bain chaud

Les muscles se soulagent après l’application de la chaleur. L’idéal est de prendre une douche chaude afin de dénouer les muscles, de les soulager et de les détendre. Cela permet de sécréter des calmants naturels de l’organisme et d’exercer une action réparatrice des cellules musculaires. Ces calmants naturels viennent également déstresser et améliorer l’humeur.

En prenant le bain chaud, il faut veiller à faire des massages doux et circulaires avec la main pour stimuler davantage la circulation sanguine. Cela procure un effet merveilleusement tranquillisant et anti-douleur.

Exercer de l’activité physique

La mobilisation est très importante pour éviter que la fonction musculaire ne s’altère. Il faut adopter une active sportive légère, mais qui sollicite les structures musculaires. Souvent, voire toujours, la douleur musculaire est liée au manque d’alcool qu’éprouve l’organisme au cours du sevrage alcoolique.

Il convient de privilégier la marche à pied, le stretching, le vélo. En parallèle de ces activités, il est indispensable de consommer des jus de fruits frais et une alimentation protéinée. L’idéal est d’éviter l’alimentation industrialisée ainsi que les fast-foods.

Bien s’hydrater à longueur de journée

Une déshydratation déclenche la sécheresse de l’organisme et l’affaiblit. Les échanges ne se font plus correctement, les hormones ne sont pas bien sécrétées vu les dysfonctionnements qui touchent aux mécanismes de synthèse. Les crampes et les douleurs musculaires accompagnent souvent la déshydratation, d’autant plus que l’alcool laisse des séquelles de carences.

Alimentation pour augmenter la résistance du corps

Les carences, telles que les carences en magnésium, sont courantes au cours d’un sevrage alcoolique et peuvent très bien mener à des douleurs musculaires. L’une des mesures à faire et alors de consommer une nourriture riche en nutriments, en protéines et en vitamines.

Massage

Le massage est susceptible d’entraîner des changements métaboliques dans les muscles. Le mécanisme est complexe, mais pour faire simple, nous allons résumer le processus impliqué.

En effet, les études ont démontré qu’un massage bien fait permet de modifier la structure chimique. Ensuite, des réactions biologiques ont lieu pour activer, voire modifier les gènes. Les douleurs sont ainsi censées diminuer.

De plus, les mouvements d’un massage favorisent l’augmentation du nombre de mitochondries qui sont des structures cellulaires responsables de la gestion d’énergie. De ce fait, la cicatrisation des micro-lésions musculaires devient rapide et fait preuve de plus d’efficacité, d’où la diminution des douleurs.

Les massages ont également de forts bénéfices psychologiques qui soulagent le stress et l’angoisse. 10 minutes de massage quotidien suffisent pour produire des effets mesurables. Les douleurs musculaires sont soulagées et les épisodes d’angoisse sont très bien gérés par la personne abstinente.

En somme

Les douleurs musculaires sont quelquefois handicapantes. Néanmoins, il ne faut jamais entretenir un traitement sans avis médical, en particulier si vous prenez des traitements de sevrage.

Il convient de s’orienter vers les solutions naturelles et les astuces citées dans cet article. Le cas échéant , le recours aux médicaments devient indispensable. Il faut prévoir une consultation médicale spécialisée.

Voir aussi : Comment lutter contre la fatigue suite à un sevrage alcool?

Voir aussi : Comment lutter contre les douleurs abdominales suite à un sevrage alcool?

Voir aussi : Comment lutter contre l’épilepsie suite à un sevrage alcool?

Voir aussi : Pourquoi il est important de s’hydrater pendant un sevrage alcool?

Voir aussi : Comment lutter contre l’hépatite aigue suite à un sevrage alcool?

Voir aussi : Comment lutter contre la polynévrite alcoolique suite à un sevrage ?

HORAIRES D’OUVERTURES

Lundi – Vendredi 7:45 – 20:45
Samedi 9:45 – 18:45
Dimanche 9:45 – 18:45

   01 80 27 20 15

PRENDRE RDV