Comment lutter contre la polynévrite alcoolique suite à un sevrage ?

La polynévrite est une maladie qui touche le système nerveux périphérique. En d’autres termes, c’est un trouble affectant uniquement les nerfs issus du cerveau ainsi que de la moelle épinière. Les complications sont dues aux déséquilibres sensitifs et moteurs.

En France, la polynévrite alcoolique se voit la cause pathologique principale de la polynévrite carentielle. Comme vous le connaissez maintenant, l’alcool engendre des carences en vitamines B1, B6 et PP, lesquelles responsables de ce trouble.

Quelles en sont les autres causes ? Que savoir sur la polynévrite alcoolique et traitement ? Comment la prévenir ? Les réponses? Sevrage alcool et symptômes : les syndromes du manque

Les causes de la polynévrite alcoolique

L’alcool est, bien évidemment, la première cause incriminée. L’apparition de la maladie peut être favorisée par un mode alimentaire pauvre en protéines, mais aussi par des caries dentaires ou encore une stéatose hépatique (l’accumulation de graisse dans le foie).

On note également des causes toxiques liées à certains traitements médicamenteux. Les intoxications d’ordre professionnel ou accidentel contribuent aussi à l’apparition de la pathologie en question. C’est l’exemple du plomb, du mercure, d’insecticides, de sulfures de carbone, etc.

Par ailleurs, succomber à la polynévrite alcoolique peut également faire suite à la diphtérie, au sida, au diabète, à l’insuffisance rénale ou à la tuberculose.

Les symptômes

Lorsque la maladie touche les deux membres inférieurs (forme fréquente), le sujet éprouve des difficultés motrices. Il n’arrive pas bien à se mobiliser, la jambe est de plus en plus flasque et les éleveurs d’orteils perdent de leur force et fonction.

L’action de relever le pied devient très difficile, voire inenvisageable. La fonte musculaire est également très fréquente, les réflexes rotuliens ainsi que ceux des os et des tendons s’abolissent.

Les fourmillements et les crampes sont assez fréquents. Une sensation de brûlure peut s’associer à des douleurs plus ou moins intenses.

Il peut y avoir des lésions cutanées, mais cela n’a rien de systématique

Polynévrite alcoolique traitement : les thérapies possibles

La stratégie thérapeutique tient compte de la cause. Dans notre cas, la polynévrite alcoolique est traitée en premier temps par une abstinence totale. Ensuite, une supplémentation à base de vitamines et d’un régime hypercalorique est prescrite.

Dans tous les cas, une évaluation neurologique est envisagée avant de débuter toute thérapie. En matière de rééducation, un renforcement et une aide à la marche peuvent être proposés. La mise en place d’une attelle peut, dans certains cas graves, être recommandée pour renforcer et soutenir les poignets.

5 astuces pour éviter la survenue de la maladie

Pour éviter la maladie, il faut prévenir les facteurs de risque qui y sont liés.

Sevrage alcoolique

De toute évidence, maintenir l’abstinence et résister à l’obsession pour l’alcool est la première étape vitale à faire.

Supplémentation vitaminique et alimentation saine

Vient après la prévention des carences et pour ce faire, rien de tel qu’un régime alimentaire bien dosé en protéines et nutriments. Il faut éviter les boissons gazeuses, les conserves, le fast-food et les repas trop sucrés ou gras.

Privilégiez plutôt les repas faits maison. Bannissez, du mieux que vous pouvez, le sucre et le caféine. Limitez votre consommation en café et thé.

Optez pour les activités physiques

Le sport est une pratique incontournable pour prévenir la polynévrite alcoolique. En l’alliant à un régime alimentaire hyper-protidique, vous augmentez la force musculaire et développez la résistance des muscles.

De même, l’activité physique joue un rôle très important dans la fonction immunitaire de l’organisme. Ce faisant, l’absorption de nutriments est meilleure, d’où la prévention encore une fois des carences.

Dès que vous regagnez votre endurance, maintenez les sports de cardio. Ceux-ci sont à même de booster la circulation sanguine et la fonction respiratoire. Les structures nerveuses et musculaires se voient irriguées de manière optimale.

Prenez soin de votre psychique

La santé mentale affecte grandement le fonctionnement nerveux et l’immunité. Il s’agit de tout un échange hormonal et neurotransmetteur qui se déséquilibre favorisant ainsi la survenue de la polynévrite.

Vous pouvez consulter un psychothérapeute si vous n’arrivez pas à gérer vos angoisses ou votre anxiété.

Buvez beaucoup d’eau

L’eau est un élément vital et indispensable pour maintenir les échanges vitaux orchestrés par le système nerveux. Si vous êtes en déshydratation, les dysfonctionnements débarquent et se compliquent.

En somme

Misez sur un mode de vie sain et équilibré, cela suffit à prévenir la polynévrite alcoolique. Durant votre période de sevrage, évitez la sédentarité et préconisez l’activité. Un muscle inactif est un muscle affaibli, paresseux et impuissant. Le minimum est de marcher 30 minutes par jours pour préserver le bon fonctionnement nerveux et musculaire.

Voir aussi : Comment lutter contre la fatigue suite à un sevrage alcool?

Voir aussi : Comment lutter contre les douleurs abdominales suite à un sevrage alcool?

Voir aussi : Comment lutter contre les douleurs musculaires suite à un sevrage alcool?

Voir aussi : Comment lutter contre l’épilepsie suite à un sevrage alcool?

Voir aussi : Pourquoi il est important de s’hydrater pendant un sevrage alcool?

Voir aussi : Comment lutter contre l’hépatite aigue suite à un sevrage alcool?

HORAIRES D’OUVERTURES

Lundi – Vendredi 7:45 – 20:45
Samedi 9:45 – 18:45
Dimanche 9:45 – 18:45

   01 80 27 20 15

PRENDRE RDV