Alcool et tristesse ?

Plus on boit, plus les émotions se font intenses. En effet, l’alcool empiète grandement sur nos émotions.

Confiance en soi, assurance, relaxation, désir sexuel, agressivité, nervosité, dépression, solitude, agitation ou tristesse sont quelques effets émotionnels de l’alcool.

Cela dépend de la personnalité de chacun, le type de boisson alcoolisée, et le plus important, la quantité. La tristesse est l’une des émotions très fréquente chez les alcoolodépendants.

Quels sont les effets de l’alcool sur la tristesse, ainsi que les solutions pour soigner l’addiction à l’alcool ?

La tristesse et l’alcoolisme sont souvent liés. Lorsque le corps est fragilisé ou affaibli, l’alcool peut avoir des effets assez spéciaux sur celui-ci.

Mais le danger de l’alcool est qu’il arrive à tromper le corps pendant quelques temps, avant que les conséquences ne se fassent ressentir.

Les effets de l’alcool sur la tristesse

Lorsque vous commencez à boire, vous pouvez tout d’abord vous sentir soulagé puisque l’alcool agit comme un simple antidépresseur. Selon les scientifiques, l’alcool libère un neuromédiateur du plaisir appelé dopamine.

Cependant, c’est une fausse et dangereuse illusion d’espérer que l’alcool va résoudre ou fera oublier ses problèmes.

C’est un piège de prendre de l’alcool lorsqu’on se sent triste. Etymologiquement, l’alcool vient du mot arabe « Al khôl » ce qui signifie « sublimer le regard » .

On pense que l’alcool apportera la solution mais, au contraire, il va devenir le problème à travers une consommation excessive qui engendrera d’autres symptômes plus dangereux.

RDV en visio gratuit de 15 minutes avec un conseiller

Faites un 1er pas pour vous libérer de l’addiction et prenez gratuitement rendez-vous pour 15 minutes par téléphone

Prendre RDV

L’alcool rend-il triste ?

Dès les premières gorgées, on se sent joyeux et insouciant. La tristesse s’en va et laisse place à un sentiment d’euphorie et de joie.

C’est justement là où se situe le piège. Le sentiment de bien-être qu’on ressent pendant ces instants est éphémère et trompeur.

En recherchant de plus en plus cette sensation lorsque la personne est dans un état de tristesse, elle va boire de l’alcool régulièrement et de manière excessive.

Le bien-être temporaire va laisser place à un sentiment de grande vulnérabilité. Elle naîtra après les consommations excessives et régulières d’alcool. Sa consommation excessive va alors conduire à un état de tristesse.

Les effets deviendront nocifs à partir du moment où l’alcool prend une certaine ampleur dans la vie quotidienne. Les effets euphorisants de l’alcool recherchés au départ pousseront à la dépression.

Il sera extrêmement difficile de s’arrêter, et cela ralentit le rétablissement. Au-delà du comportement, l’action de l’alcool a non seulement un effet sur le cerveau en général, en particulier sur l’équilibre et les réflexes , mais aussi sur l’humeur.

Quelquefois l’alcool rend décomplexé et euphorique. Vous vous sentez triste, voire dans un état temporaire de dépression.

Selon certaines études épidémiologiques, l’alcool ne protège pas des troubles dépressifs mais il causerait une certaine faiblesse surtout chez les personnes déjà fragiles.

Par exemple, chez les adolescents ; les personnes victimes de traumatismes psychiques plus ou moins sévères comme :

  • Une agression
  • Violence
  • Perte d’un proche
  • Les personnes ayant vécu un sentiment d’échec comme la perte d’un emploi
  • Les malades chroniques les diabétiques ou insuffisants cardiaques
  • Les personnes âgées de 60 ans et plus affectées par des crises d’angoisse.

5 astuces pour combattre sa tristesse

Selon certaines études, la prise de conscience ou « l’accueil » de sa tristesse est une solution efficace pour ne pas être entraîné vers une consommation excessive d’alcool.

Voici quelques astuces qui vous permettront de gérer au mieux vos moments de tristesse :

  • Le sport

La pratique du sport permet de libérer une quantité importante d’endorphine. Les endorphines sont en effet des neurotransmetteurs agissants comme des antidouleurs naturels. Ils ont pour rôle de procurer du plaisir et un état d’euphorie passager.

Outre le bien-être que vous ressentirez, la pratique du sport, est un moyen de retrouver une confiance. Aussi, vous retrouverez une estime personnelle et ressentir ainsi une fierté dans le dépassement de soi.

1. Sortir

Il est important d’échanger avec les autres afin de se changer les idées et d’échapper à la solitude. Le fait de sortir de son isolement en parlant de ses sentiments à votre environnement, vous fera le plus grand bien.

Que ce soit à un proche, à un médecin, à un infirmier scolaire pour les plus jeunes, cela vous déchargera de vos émotions de tristesse.

Téléchargez notre guide alcool

Téléchargez notre guide

2. Les loisirs

Les plaisirs simples tels que la musique, la lecture, la méditation, les balades dans la nature peuvent aussi être de puissants alliés afin d’apaiser la tristesse et le stress.

3. Votre Passion

Si vous avez une passion ou si vous appréciez côtoyer des endroits particuliers, il serait apaisant de vous rapprocher de ces expériences et de les revivre. Même si la tristesse ne partira pas immédiatement, elle s’atténuera avec le temps et les émotions agréables surviendront.

4. Consultez votre médecin

Si votre moral se dégrade encore, il serait préférable de consulter rapidement votre médecin. Enfin, vous pouvez également faire appel à l’Institut Adios pour obtenir de l’aide concernant votre trouble addictif.

Etes vous réellement dépendant ?

Pour savoir si vous êtes vraiment dépandant nous vous proposons un quiz de quelques minutes.

Faire le test