Alcool et angoisse

Toutes les personnes qui sont dépendantes à l’alcool se plaignent de l’angoisse. Inévitablement, elles tombent dans le stress, la dépression, la démotivation, le découragement ainsi que le désintérêt. Comment remédier à cela ?

Addiction alcool : comment soigner son addiction contre l’alcoolisme

Les crises d’angoisse leur font sombrer dans des obsessions et des craintes persistantes, quelquefois inexpliquées.

Quels sont les effets de l’alcool sur l’angoisse ? Pourquoi devrait-on bannir la consommation d’alcool en cas d’anxiété et d’angoisse ? Que faire pour y remédier ? Point sur alcool et angoisse.

Alcool et angoisse

Les effets de l’alcool sur l’angoisse

L’alcool agit sur l’angoisse via un mécanisme bien complexe. Comme nous le précisons constamment , au départ, l’alcool procure toujours un effet relaxant et tranquillisant : c’est le cas pour l’angoisse aussi.

La consommation d’alcool cible des récepteurs que l’on appelle « récepteurs GABA ». De base, ces récepteurs sont responsables de la réduction des taux d’excitation dans les neurones dans le but d’apaiser le cerveau et d’entraîner un effet calmant.

L’action de l’alcool sur les récepteurs GABA supprime les sentiments liés à l’angoisse. Au fur et à mesure que la consommation d’alcool augmente, ce dernier attaque en outre le glutamate (principal émetteur responsable de l’excitation). On est bien détendu, tranquille, heureux…

À long terme, le corps lutte pour retrouver son équilibre. Il se bat alors pour réussir à maintenir des niveaux de récepteurs GABA et des taux de glutamate dans les normes en état d’ivresse.

Dès lors que le sujet boit son dernier verre avant de rentrer chez lui ou de dormir, le processus qui est toujours en cours baisse les récepteurs GABA et augmente considérablement le glutamate. Résultat : l’angoisse revient avec une plus grande intensité et, dans les cas extrêmes, peut mener à des crises d’épilepsie.

Pourquoi éviter l’alcool en cas d’anxiété et d’angoisse ?

Les informations que nous venons d’aborder expliquent pourquoi il faut impérativement éviter l’alcool en cas d’anxiété et d’angoisse. Il faut savoir que l’alcool n’est qu’un calmant temporaire qui ne fait qu’aggraver discrètement les angoisses. En l’adoptant comme étant une solution systématique à ce symptôme, on ne fait que déstabiliser son fonctionnement cérébral.

Le corps, dans le cadre d’un mécanisme de survie, veille toujours à lutter pour préserver son équilibre. Quand il lutte pour annuler le déséquilibre engendré par l’alcool au niveau des récepteurs GABA, on se trouve face à des problèmes sérieux. Les risques aggravent davantage l’état de la personne angoissée et retardent sa récupération, ce qui expose à une situation inquiétante.

Enfin, le sujet concerné se trouve exposé à des sentiments de peur inexpliquée. Il souffre de trous noirs et ne se rappelle plus de ce qu’il a dit ou fait. La nervosité est au rendez-vous, elle potentialise l’angoisse et la rend incontrôlable.

5 astuces pour combattre son angoisse

Liberté

Procéder à une respiration carrée

Quand on est dans une crise d’angoisse, toutes nos constantes vitales perdent son équilibre, y compris le rythme de la respiration. Celle-ci est accélérée et superficielle. Les mouvements arythmiques d’inspiration et d’expiration font circuler beaucoup d’air, mais les poumons et le corps n’en profitent pas.

Ce processus cause une accumulation du gaz carbonique et expose à une insuffisance d’oxygène. La survenue des contractions est également fortement possible. Pour venir à bout de cette situation d’angoisse, on peut adopter ce que l’on appelle une respiration carrée.

Le principe est simple : on procède à une première inspiration en comptant jusqu’à 4 puis on bloque la respiration sur ces quatre temps. Ensuite, on souffle par le nez en comptant encore une fois jusqu’à 4. On bloque la respiration une deuxième fois sur quatre temps (en comptant toujours jusqu’à 4).

En quelques minutes, la crise d’angoisse se dissipe grâce à la réoxygénation de l’organisme.

Recadrer les pensées

Au lieu de fuir et d’essayer de chasser les idées et les situations angoissantes de sa tête, il convient de les mettre en évidence pour les accepter puis les recadrer. En effet, on prend le contrôle de la situation et on détermine les éventuels symptômes qui sont censée survenir. À savoir : l’accélération cardiaque, la panique, les nausées, la colère, la peur, etc.

Pour mieux comprendre, nous proposons une analogie. Si, quand son rythme de respiration s’accélère soudainement au point de devenir angoissant, on pense à un infarctus, il faut détourner cette pensée. Il faut se souvenir de la dernière fois où l’on a monté les escaliers trois à trois et se rappeler que la respiration s’est accélérée de la même manière.

Respiration par le ventre

La respiration par le ventre vise le même objectif que celui de la respiration carrée. Le principe est d’essayer d’augmenter la pression dans l’abdomen. Cette pression élevée va exercer une compression significative sur le diaphragme et va le repousser vers le haut. Le cœur se comprime légèrement et le rythme commence à se ralentir.

Il suffit de s’entraîner, la technique nécessite peu de temps pour qu’elle soit maîtrisée. Pour la simplifier, il faut adopter la position assise, mettre une main sur la poitrine et poser l’autre main sur le ventre.

On procède à une inspiration et expiration par le nez tout en veillant à gonfler son ventre. On essaie de garder la partie haute du thorax fixe et de ne pas la mobiliser. On balance les mains doucement vers la région des cuisses et on continue jusqu’à ce que l’on se sente détendu et calme.

Fixation des piedsAstuce alcool

Si l’on est en colère et qu’une ambiance angoissante commence à régner, il est recommandé de se concentrer sur ses pieds. Cela permet de gérer l’angoisse ressentie et d’éviter une réaction exagérée ou inappropriée.

Massage doux

Le massage est l’un des meilleurs alliés permettant de soulager les angoisses. On peut se servir d’huile essentielle de basilic tropical ou encore d’huile végétale d’amande douce pour appliquer un massage circulaire.

En somme

Il faut savoir et admettre que l’angoisse est un sentiment tout à fait physiologique. Son exagération comme son absence doivent alarmer. Il est temps de dire STOP aux déséquilibres cérébraux fonctionnels causés par l’alcool en cas d’angoisse et d’opter pour des astuces beaucoup plus saines et efficaces.

Voir plus : Consommation excessive et régulière d’alcool : les risques

Voir plus : Alcool, honte et culpabilité : que faire ?

Voir plus : Alcoolodépendance : tout savoir de A à Z

Voir plus : Alcool et cerveau : que faire ?

Voir plus : Alcool et solitude : que faire pour ne plus être seul ?

Voir plus : Alcool et tristesse : que faire pour ne plus être triste ?

Voir plus : Alcool et dépression : que faire pour vaincre son état dépressif ?

Voir plus : Alcool contre le stress