Le syndrome d’hyperémèse cannabique (SHC)

Le syndrome d’hyperémèse cannabique (SHC) a été abordé pour la toute première fois par Allen et ses collaborateurs en 2004 qui racontaient l’histoire de 9 patients ayant des vomissements cycliques et une utilisation chronique de cannabis.

Ce syndrome dispose de principales caractéristiques en plus des vomissements répétés, des douleurs dans l’abdomen mais surtout une prise compulsive de bains ou de douches chaudes. Cet article est rédigé pour vous donner plus d’informations sur le syndrome d’hyperémèse cannabique (SHC). Il explique ce qu’est le syndrome d’hyperémèse cannabique, les symptômes à surveiller, comment il est traité et vous aide à répondre à certaines questions que vous vous posez.

Qu’est-ce que le syndrome d’hyperémèse cannabique ?

Le syndrome d’hyperémèse cannabique (SHC) est une maladie rare causée par une consommation régulière (quotidienne) et à long terme de marijuana. Le syndrome se caractérise par des épisodes répétés et graves de vomissements.

Femme au Téléphone

RDV en visio gratuit de 15 minutes avec un conseiller

Faites un 1er pas pour vous libérer de l’addiction et prenez gratuitement rendez-vous pour 15 minutes par téléphone

Prendre Rdv

La marijuana contient plusieurs substances actives. Ces substances se lient à des molécules présentes dans l’organisme et en modifient le fonctionnement. Par exemple, elles affectent les molécules présentes dans le cerveau et provoquent le « high » que ressentent les consommateurs. Elles affectent également le mode de fonctionnement des molécules présentes dans l’intestin et peuvent modifier le temps nécessaire à l’estomac pour se vider. La drogue affecte également le sphincter de l’œsophage, c’est-à-dire la bande musculaire étroite qui s’ouvre et se ferme pour laisser passer les aliments de l’œsophage (tube alimentaire) vers l’estomac. Les effets de la marijuana sur votre système digestif sont à l’origine des principaux symptômes de la Syndrome d’Hyperémèse cannabique.

Quelles sont les causes du Syndrome d’Hyperémèse Cannabique ?

La marijuana est une substance complexe qui affecte chaque personne différemment. Le principal ingrédient de la marijuana est le THC, qui a des effets anti-nauséeux (anti-maladie). C’est pourquoi la marijuana est régulièrement prescrite pour les nausées causées par un traitement de chimiothérapie. Cependant, si vous en consommez pendant une longue période, la marijuana semble avoir l’effet inverse sur le système digestif et vous rend plus susceptible de vous sentir et d’être malade.

Des recherches sont en cours pour expliquer pourquoi seuls certains consommateurs à long terme de marijuana connaissent le SHC.

Quels sont les symptômes ?

Phase prodromique

Les symptômes sont divisés en trois phases :

Il s’agit de la première phase et les symptômes peuvent inclure des nausées matinales, des douleurs abdominales et une peur de vomir. Pendant cette phase, la plupart des personnes conservent leurs habitudes alimentaires normales. Certaines personnes peuvent continuer à consommer de la marijuana parce qu’elles pensent que cela les aidera à stopper les nausées. Cette phase peut durer des semaines, des mois ou des années.

Phase hyperémétique

Les symptômes peuvent inclure :

  • des nausées permanentes (sensation de malaise)

  • douleurs abdominales

  • déshydratation

Pendant cette phase, les vomissements peuvent souvent être intenses et envahissants. De nombreuses personnes prendront de nombreuses douches chaudes pendant la journée pour soulager leurs nausées. La phase hyperémétique se poursuivra jusqu’à ce que vous arrêtiez de consommer de la marijuana.

Téléchargez notre guide pour arrêter la drogue

Phase de récupération

La phase de récupération commence dès que vous avez cessé de consommer de la marijuana. Pendant cette phase, les symptômes disparaîtront et vous pourrez à nouveau manger normalement. Cette phase peut durer des jours ou des mois. Si vous réessayez la marijuana, il est probable que vos symptômes reviennent.

Quand dois-je appeler mon prestataire de soins ?

Appelez votre agent de soins de santé si vous avez des vomissements importants depuis un jour ou plus.

Comment le syndrome d’hyperémèse cannabique est-il diagnostiqué ?

De nombreux problèmes de santé peuvent provoquer des vomissements répétés. Pour établir un diagnostic, votre prestataire de soins de santé vous interrogera sur vos symptômes et votre état de santé antérieur. Il procédera également à un examen physique, y compris un examen de votre ventre. Votre prestataire de soins peut également effectuer des tests supplémentaires pour exclure d’autres causes de vomissements.

Le fait d’admettre à votre prestataire de soins que vous consommez quotidiennement de la marijuana peut accélérer le diagnostic.

Comment traite-t-on le Syndrome d’Hyperémèse cannabique ?

Si vous avez eu de graves vomissements, vous devrez peut-être rester à l’hôpital pendant une courte période. Pendant la phase d’hyperémèse, vous pouvez avoir besoin des traitements suivants :

  • remplacement des liquides par voie intraveineuse (IV) en cas de déshydratation

  • médicaments contre la nausée

  • médicaments antidouleur

  • inhibiteurs de la pompe à protons (pour traiter l’inflammation de l’estomac)

  • douches chaudes fréquentes

  • crème à la capsaïcine (pour réduire la douleur et les nausées)

Les symptômes s’atténuent souvent après un jour ou deux, à moins que vous ne consommiez à nouveau de la marijuana.

Pour vous rétablir complètement, vous devrez cesser complètement de consommer de la marijuana. Certaines personnes peuvent avoir besoin du soutien de programmes de désintoxication pour les aider à arrêter. La thérapie familiale peut également être utile. Si vous arrêtez de consommer de la marijuana, vos symptômes ne devraient pas revenir.

Quelles sont les complications possibles de la SCH ?

Des vomissements prolongés et très graves peuvent entraîner une déshydratation. Ils peuvent également entraîner des problèmes d’électrolytes dans votre sang. S’ils ne sont pas traités, ces problèmes peuvent entraîner des complications rares, telles que

  • des spasmes ou une faiblesse musculaire

  • des crises d’épilepsie

  • insuffisance rénale

  • des anomalies du rythme cardiaque

  • choc

  • gonflement du cerveau (œdème cérébral)

Que puis-je faire pour prévenir le Syndrome d’Hyperémèse Cannabique ?

Seul l’arrêt complet de la consommation de marijuana peut prévenir le SHC. Réduire votre consommation ne vous débarrassera pas du SHC. Vous ne voulez peut-être pas croire que la marijuana puisse être la cause sous-jacente de vos symptômes. C’est peut-être parce que vous en avez consommé pendant de nombreuses années sans avoir de problèmes, mais Le SHC peut mettre plusieurs années à se développer.

L’abandon de la marijuana peut entraîner d’autres avantages pour la santé, notamment :

  • Meilleure fonction pulmonaire

  • Meilleur sommeil

  • Réduit le risque de dépression et d’anxiété

La consommation de la marijuana est un comportement courant qui peut affecter nos vies de diverses manières. Le SHC, de plus en plus décrit dans la population adulte, est sous-déclaré à l’adolescence. Les personnes souffrantes de vomissements incontrôlables doivent être interrogés sur leurs habitudes de consommation. La reconnaissance de ce syndrome a évité des investigations inutiles et invasives.

Les questions les plus fréquentes

Y a t-il d’autres pays qui ont la contrainte du syndrome hyperémèse cannabique  ?

Oui. L’Australie par exemple est le premier pays en 2004 qui eu des cas de hyperémèse cannabique.

Pourquoi ce syndrome a du mal à être géré par le corps médical ?

Les médecins établissent un diagnostic sur les symptômes cliniques du patient et ne peuvent pas donner d’examen complémentaire. En général, on l’interroge sur la fréquence de sa consommation et le type de douleur que le patient ressent . Ce syndrome est encore peu connu des médecins.

Pourquoi ce syndrome alerte les autorités sanitaires ?

Le cannabis est la drogue illicite la plus consommée en France . Addictovigilance met en garde les consommateurs car beaucoup ignore encore l’existence de ce syndrome et le risque pour leur santé que cela engendre.

Etes vous réellement dépendant ?

Pour savoir si vous êtes vraiment dépandant nous vous proposons un quiz de quelques minutes.