Les effets du cannabis à long terme

Le cannabis est le plus souvent fumé, soit comme une cigarette, soit avec une pipe ou un bang. Le cannabis peut également être vaporisé en utilisant soit les fleurs séchées de la plante, soit des concentrés. Les concentrés de cannabis resteront interdits à la vente jusqu’à l’adoption d’une nouvelle législation. Les ingrédients actifs du cannabis, y compris le tétrahydrocannabinol (THC) et le cannabidiol (CBD), peuvent être dissous dans des graisses et des huiles, et cuits dans des aliments, appelés comestibles. Les effets de fumer ou de vaporiser du cannabis sont différents de la consommation de produits comestibles.

Effets sur les poumons

Fumer du cannabis provoque la libération et l’inhalation de sous-produits toxiques, similaires à ceux que l’on trouve dans les cigarettes de tabac à fumer. Certaines études montrent que le vapotage réduit les toxines et les cancérigènes libérés dans les poumons. Lorsque vous consommez du cannabis et du tabac ensemble, vous augmentez votre risque de développer des problèmes respiratoires. Fumer du cannabis avec du tabac pourrait augmenter le risque de maladies pulmonaires liées au tabac telles que l’asthme, la maladie pulmonaire obstructive chronique (MPOC) et le cancer du poumon.

Dans les endroits où le cannabis a été légalisé, les produits comestibles sont devenus plus populaires que les modes traditionnels de consommation du cannabis car ils n’affectent pas les poumons.

Femme au Téléphone

RDV en visio gratuit de 15 minutes avec un conseiller

Faites un 1er pas pour vous libérer de l’addiction et prenez gratuitement rendez-vous pour 15 minutes par téléphone

Prendre Rdv

Anxiété et dépression

Des recherches ont montré que les adolescents très anxieux peuvent commencer à consommer du cannabis à un plus jeune âge et qu’ils peuvent augmenter la quantité et la fréquence de consommation plus rapidement que les autres adolescents. Les adolescentes qui souffrent de dépression peuvent également consommer de plus grandes quantités de cannabis plus souvent que leurs pairs. La consommation fréquente de cannabis pour l’automédication contre l’anxiété et la dépression, plutôt que pour développer des capacités d’adaptation saines, peut rendre plus difficile la résolution de ces problèmes.

Il existe des preuves contradictoires sur le cannabis et son efficacité pour traiter l’anxiété. Si vous utilisez ou envisagez d’essayer le cannabis pour traiter votre anxiété ou votre dépression, parlez-en à votre fournisseur de soins de santé.

Troubles psychotiques

Il n’est pas recommandé de consommer du cannabis si vous avez des antécédents personnels ou familiaux de psychose, de schizophrénie ou de trouble bipolaire. La plupart des consommateurs de cannabis ne développeront pas de schizophrénie, mais pour ceux qui sont déjà à risque de développer une schizophrénie, soit en raison d’antécédents familiaux ou d’autres facteurs de risque, le cannabis peut augmenter ce risque. Cela est particulièrement vrai si la consommation de cannabis commence lorsqu’une personne est jeune ou si une personne consomme fréquemment du cannabis.

Des symptômes chroniques de psychose peuvent également apparaître lorsque le cannabis est consommé fréquemment ou dès le plus jeune âge. Ceux-ci peuvent persister même après l’arrêt de la consommation de cannabis. Cela peut ne pas se produire chez tous les consommateurs de cannabis, mais la consommation de cannabis pendant de longues périodes augmente considérablement le risque d’une personne. Pour des conditions comme le trouble bipolaire, où des périodes de manie ou de psychose peuvent être déclenchées, le cannabis augmente la probabilité que ces périodes maniaques se produisent.

Manque de mémoire, d’implication et de motivation

La consommation fréquente et à long terme de cannabis peut affecter négativement votre mémoire, votre capacité à vous concentrer à l’école ou au travail, et pour certaines personnes, il sera plus difficile de se motiver. Par conséquent, la consommation de cannabis à long terme a été associée à des notes inférieures et à de moins bonnes performances au travail.

Dépendance

La dépendance (ou la dépendance) à toute drogue est une maladie chronique grave et souvent récurrente. Le trouble lié à la consommation de cannabis est « un schéma problématique de consommation de cannabis entraînant une altération ou une détresse cliniquement significative ».

La dépendance survient chez environ 9 % des consommateurs de cannabis, comparativement à l’alcoolisme, qui survient chez 23 % des consommateurs. Les personnes qui ont un trouble lié à la consommation de cannabis peuvent avoir de la difficulté à arrêter ou à réduire leur consommation, ou peuvent éprouver des symptômes de sevrage si elles le font. Les symptômes de sevrage comprennent l’anxiété, l’irritabilité, les maux d’estomac, la perte d’appétit, les troubles du sommeil et la dépression.

Téléchargez notre guide pour arrêter la drogue

Les signes de trouble lié à la consommation de cannabis comprennent :

  • Envie de cannabis

  • Ne pas s’acquitter de responsabilités importantes au travail, à l’école ou à la maison

  • Renoncer à des activités sociales ou professionnelles importantes

  • Consommer du cannabis plus souvent ou en plus grande quantité pour obtenir les effets désirés

  • Avoir de la difficulté à réduire ou à contrôler sa consommation de cannabis

Problèmes cognitifs

L’ingrédient actif de la marijuana, le delta-9-tétrahydrocannabinol (THC), agit sur les récepteurs cannabinoïdes dans les zones du cerveau qui affectent l’apprentissage, la mémoire, l’appétit, la coordination et la joie. Les chercheurs en apprennent encore sur les effets de la consommation chronique de marijuana à long terme sur le cerveau, mais pensent que les effets les plus forts se produisent chez les jeunes adultes qui développent encore des connexions neuronales.

Des études sur des adolescents ont révélé une altération de la connectivité neuronale dans des régions cérébrales spécifiques impliquées dans diverses fonctions exécutives telles que la mémoire, l’apprentissage et la régulation des impulsions par rapport aux non-utilisateurs. Les adolescents qui fumaient régulièrement de l’herbe (tous les jours pendant trois ans) ont montré des changements dans l’hippocampe, qui fait partie du cerveau responsable de la mémoire à long terme. Les chercheurs ont découvert que plus les participants à l’étude consomment de la marijuana de manière prolongée (et chronique), plus la forme de l’hippocampe est anormale et la mémoire à long terme est faible.

La consommation aiguë de cannabis est également associée à un risque accru d’accidents de la route, en particulier de collisions mortelles. Il est prouvé que la consommation fréquente et à long terme de cannabis peut nuire à la santé mentale et physique. Les effets chroniques de la consommation de cannabis comprennent les troubles de l’humeur, les troubles mentaux exacerbés chez les personnes à risque, les troubles liés à la consommation de cannabis, les troubles cardiovasculaires et respiratoires.

Les questions les plus fréquentes

Ces troubles peuvent -ils être soignés ?

Cela dépend certains des symptômes et du métabolisme de l’individu, certains symptômes peuvent disparaître d’eux même et d’autres peuvent persister.

Comment peut-on faire un sevrage ?

En faisant appel à un spécialiste des dépendances qui vous accompagnera et consultant le numéro d’aide au cannabis.

Le cbd peut-il m’aider à calmer mes maux ?

Oui ! Le cbd est un bon allier pour vous apporter des bienfaits relaxants et anti-inflammatoire pour gérer vos douleurs et votre manque.

Etes vous réellement dépendant ?

Pour savoir si vous êtes vraiment dépandant nous vous proposons un quiz de quelques minutes.