Faire un sevrage à la drogue

Le monde est en constante évolution. Aujourd’hui, l’abus de drogues est devenu un fléau pour la société. Il est toutefois important de commencer à se désintoxiquer de cette substance nocive. Ce phénomène de sevrage de la drogue est appelé l’abstinence. Il en existe différentes formes et elles fonctionnent de manière très spécifique. Dans cet article, vous en apprendrez plus sur le sevrage des drogues.

Qu’est-ce que le sevrage de drogues ?

L’abstinence est l’arrêt de la consommation de drogues. Elle s’accompagne d’une série de symptômes qui reflètent un état de manque, appelé « syndrome de sevrage ». Les symptômes de sevrage peuvent être plus ou moins prononcés et durer plus ou moins longtemps selon les personnes et les produits. Une personne qui décide d’arrêter de consommer des drogues peut le faire seule, mais l’aide d’un professionnel peut s’avérer inestimable.

Les différents types de sevrage de drogues

Il existe trois catégories de sevrage à la drogue.

Femme au Téléphone

RDV en visio gratuit de 15 minutes avec un conseiller

Faites un 1er pas pour vous libérer de l’addiction et prenez gratuitement rendez-vous pour 15 minutes par téléphone

Prendre Rdv

Sevrage ambulatoire

Pour un bon retrait, plusieurs conditions doivent être réunies :

  • des conditions optimales de confort et de sécurité pour prévenir ou traiter les symptômes de sevrage

  • pour permettre une surveillance thérapeutique étroite pendant l’abstinence et un suivi à long terme pour maintenir l’abstinence.

La période de sevrage de la drogue doit être correctement choisie en concertation avec le patient et le médecin, à un moment où le contexte et la maturité du projet personnel du patient le permettent avec les meilleures chances de succès.

La décision de s’abstenir ne doit pas être prise à la hâte. Une évaluation clinique, psychologique et sociale est nécessaire. Une évaluation biologique actualisée est nécessaire. Il est important que le patient et son entourage soient bien informés des symptômes de l’abstinence et des risques de complications qui y sont liés, et qu’ils comprennent les médicaments prescrits.

Cette période d’abstinence, qui dure environ 7 jours, nécessite une période de repos. Elle est donc incompatible avec les activités professionnelles et les activités telles que la conduite de véhicules ou l’utilisation de machines dangereuses.

L’objectif est de réduire considérablement les symptômes de sevrage de drogue et d’éviter ainsi les complications et la consommation d’alcool. Le traitement comprend également des vitamines dont le patient manque à cause de sa consommation d’alcool et qui protègent le cerveau pendant l’abstinence. Une bonne hydratation est essentielle : deux litres de boissons rafraîchissantes par jour (buvez quand vous avez soif), mais pas d’excès d’eau pour éviter l’hyponatrémie, qui peut entraîner des crampes.

L’abstinence ambulatoire nécessite un traitement clinique attentif. La supervision médicale et infirmière est exercée pour :

  • Observer les symptômes de sevrage : sueurs, tremblements des bras, insomnie, nausées ou vomissements, hallucinations ou délires visuels, tactiles ou auditifs passagers, anxiété, agitation psychomotrice.

  • rechercher les effets secondaires problématiques des médicaments

  • évaluer l’hydratation afin d’adapter le traitement au tableau clinique et à la tolérance du patient

  • aider le patient à atteindre l’abstinence, qui est un élément important du processus de traitement.

Il est donc nécessaire de poursuivre les consultations régulières.

Le sevrage résidentiel

Cette mesure ne concerne que 10 à 30 % des admissions. Elle permet une surveillance continue, notamment pour les personnes isolées. Le patient est séparé de son environnement. Elle garantit la fiabilité du prélèvement et le respect des prescriptions. Elle est nécessaire dans le cas d’une pathologie cohérente ou d’un sevrage.

Le sevrage psychologique

C’est le sevrage de drogue qui prend le plus de temps. Pour vaincre une dépendance, il ne faut pas négliger la thérapie de soutien et la recherche du passé de la personne. En outre, toutes les activités d’appréciation peuvent être faites pour encourager la personne à se dépasser, à reconnaître des sentiments autres qu’artificiels et à augmenter l’estime de soi, ce qui est une tâche importante de la réhabilitation comportementale.

Téléchargez notre guide pour arrêter la drogue

Comment fonctionne le sevrage de drogue ?

Si vous décidez de demander l’aide d’un professionnel, vous avez le choix entre plusieurs options. La première est le « traitement en milieu hospitalier », qui implique un séjour dans un hôpital ou un établissement spécialisé pendant des périodes variables (d’une semaine à trois mois). Le deuxième type est le sevrage « ambulatoire », qui repose sur une étroite collaboration avec un médecin. Le patient prend ses médicaments et vit dans un environnement familier. Certains hôpitaux proposent une forme indirecte de sevrage, appelée « hôpital de jour ».

Dans les deux cas, il est généralement nécessaire de s’absenter du travail ; le choix entre ces deux méthodes se fait en concertation avec le médecin traitant et le patient. Plusieurs facteurs sont pris en compte, notamment l’intensité et la durée de la consommation, la sensibilité physique et psychologique de l’utilisateur et l’environnement de travail. Quelle que soit la méthode, le consentement du patient est une condition préalable à la réussite.

L’objectif est le même, que ce soit en clinique ou en ambulatoire : réduire l’anxiété du patient à un niveau d’abstinence. La même pharmacothérapie est également utilisée pour prévenir les complications du sevrage physique.

Dans la plupart des cas, les benzodiazépines sont les médicaments de choix. Elles sont efficaces non seulement pour réduire les symptômes de sevrage tels que les tremblements, l’anxiété et l’insomnie, mais aussi pour prévenir les crises d’épilepsie et le delirium tremens. En règle générale, les ordonnances sont délivrées pour une durée maximale de cinq jours. Des vitamines (B1, PP) sont souvent ajoutées pour pallier les carences que l’on retrouve souvent chez les drogués et qui peuvent entraîner des troubles neurologiques graves. *

Enfin, en plus de ces traitements, on insiste davantage sur l’hydratation des patients pendant la période de sevrage. Une fois la phase de sevrage terminée, d’autres médicaments peuvent être prescrits pour aider à rester sobre. Dans tous les cas, une prise en charge médicale et psychosociale complète à long terme est le meilleur moyen d’aider les personnes ayant un problème d’alcool à se rétablir. Le soutien par l’auto-assistance peut également être efficace.

Les symptômes du sevrage de la drogue

Le syndrome d’abstinence est un ensemble de plusieurs symptômes graves qui surviennent après l’arrêt total ou partiel des substances psychoactives comme la drogue. Il s’agit de l’un des indicateurs de la dépendance.

Les symptômes du sevrage de la drogue dépendent du type de drogue consommée. Les différentes options de traitement dépendent des besoins de la personne, en tenant compte de la gravité du problème, de son réseau de soutien et de sa motivation à suivre un traitement.

En général, pour effectuer un sevrage de drogue, il existe des médicaments pouvant faire office de traitement. Ils peuvent aider à réduire les envies de fumer ou à rééquilibrer certaines substances chimiques. Dans certains cas, d’autres médicaments à faible dose peuvent également être utilisés pour traiter les symptômes de sevrage.

Les questions les plus fréquentes

Saviez-vous que l’institut Adios peut vous aider dans votre sevrage ?

L’institut avec ses 12 méthodes pour surmonter vos addictions vous propose de vous accompagner dans une cure en présentiel ou en distanciel pour vous aider à reprendre contrôle de votre corps.

Y-a-t-il des organismes ouverts 7/7j et 24/24 h qui peuvent m’aider dans mon sevrage ?

Oui il y a un service qui met un conseiller à votre écoute gratuitement , il pourra vous aiguiller sur des axes d’amélioration et vous rediriger vers un spécialiste des dépendances. Tout ça peut rester dans l’anonymat si vous le souhaitez.

Comment faire un sevrage efficace  en complément des médicaments ?

Il serait important d’avoir le soutien de votre entourage et de pratiquer une activité physique car le but est de vous occupez assez l’esprit pour ne pas penser à votre dépendance et ne pas rechuter . Il faut réhabituer son corps à une bonne hygiène de vie pour faciliter le processus de guérison.

Vous voulez sortir de votre addiction ?

Je suis décidé(e) et je souhaite réserver ma première séance en visio ou sur place (payant)