Utiliser l’hypnose pour arrêter l’alcool

L’hypnose est une thérapie très utilisée pour contrer plusieurs maladies. Dans les addictions, aussi, l’hypnose est un traitement qui favorise la récupération et aide l’organisme à contrer les obsessions pour les substances psychoactives.

En cas d’alcoolodépendance, l l’hypnose est considérée comme un traitement contre l’alcoolisme sans ordonnance. les professionnels l’adoptent de plus en plus pour aider les individus en difficulté à sortir de leur addiction.

Qu’est-ce qu’une hypnose ? Quel est son principe et comment peut-elle aider dans le sevrage alcoolique ? Tout sur l’hypnose et  l’alcool dans cet article.


Hypnose Sarah Nacass

Comment savoir si je suis dépendant à l’alcool ?

La dépendance à l’alcool peut s’installer progressivement comme elle peut survenir très rapidement. Tout dépend de la fréquence de consommation ainsi que des caractéristiques psychologiques, sociales et physique d’une personne.

D’une part, l’alcoolodépendance commence à se confirmer dès que les priorités changent. Si je ressens que boire de l’alcool prédomine et devient une priorité pour moi par rapport à mes priorités d’habitude, c’est que je suis dépendant à l’alcool.

D’autre part, quand la consommation d’alcool commence à répondre à un besoin et non à un plaisir, je suis dépendant à l’alcool. De jour en jour, cela donne naissance à des troubles de comportement qui impacte négativement ma vie sociale, professionnelle et personnelle.

Recourir à l’alcool dans des situations de stress, d’échec et d’angoisse prouve que je deviens  alcoolodépendant. Je commence à préférer la solitude, à m’isoler, à apprécier le plaisir de la consommation d’alcool à une sortie avec mes proches ou mes plus chers amis.

Les effets de l’alcool sur la santé

L’alcool est le premier ennemi du foie, mais aussi du pancréas et de poumons. Il a un effet potentiellement toxique sur l’activité hépatique. Une consommation régulière et ancienne expose à des risques accrus de cirrhose de foie et de dysfonctionnement majeurs.

Par ailleurs, l’alcool altère la fonction respiratoire en affectant la santé des cellules pulmonaires. Progressivement, le poumon perd de ses performances baissant ainsi la qualité de la ventilation pulmonaire. Hormis les signes d’essoufflement et de dyspnée qui commencent à surgir, la circulation sanguine est également altérée. L’irrigation nerveuse commence à son tour à se dégrader. Ces facteurs combinés entraînent un état de mal-être général qui ne cesse de se dégrader.

L’état d’esprit ne semble pas échapper aux méfaits de l’alcool. La psychologie s’altère suite aux mécanismes de cette substance psychoactive causant, à long terme, une dépression accompagnée d’angoisse et de déséquilibre. Le stress augmente, la personne n’est plus en mesure de s’adapter aux imprévus et aux situations de stress.

La colère s’installe au fur et à mesure que l’individu continue et augmente sa consommation d’alcool. L’hypersensibilité cède place aux pensées négatives et aux doutes envers soi-même, mais aussi envers son entourage. Le concerné devient méfiant, distant et n’arrive plus à maintenir ses relations sociales. Éventuellement, des violences conjugales peuvent se manifester.

Alcool

Enfin, de nombreux symptômes peuvent également être observés selon la personnalité de l’individu alcoolique. Dans tous les cas, les complications sont imprévisibles s’il ne prend pas conscience de son addiction.

Hypnose alcool : traitement de l’alcoolisme par l’hypnose

L’hypnose signifie littéralement « endormir ». Le principe de l’hypnose consiste à modifier la conscience d’une personne pour qu’elle soit entre l’état de veille et de sommeil. Naturellement, l’hypnose est présente dans notre vie quotidienne. En guise d’exemple, quand nous concentrons notre attention sur un feu ou que nous lisons un livre qui fait voyager, nous sommes dans un état léger d’hypnose.

Le principe de l’hypnose est de rendre accessible à une personne les ressources susceptibles de l’aider, mais que son cerveau n’exploite pas. C’est une thérapie extrêmement efficace contre les souffrances emmagasinées dans l’inconscient.

Il faut savoir que la motivation de la personne concernée est très indispensable pour réussir une séance d’hypnothérapie. Le cas échéant, les suggestions mentales n’auront aucun impact.

Il existe 5 types d’hypnoses :

  • hypnose classique: il s’agit du type d’hypnose le plus utilisé et expérimenté. C’est une technique autoritaire qui fait appel à des suggestions directes. Elle est utilisée en cas de problèmes comportementaux tels que les phobies ;
  • hypnose humaniste : loin des suggestions directes, l’hypnose humaniste aide le patient à accéder à son inconscient en lui indiquant le chemin à emprunter ;
  • hypnose Ericksonienne : elle fait intervenir la créativité de l’inconscient via des suggestions indirectes, des altérations sensorielles pour parvenir à exprimer ce qui serait susceptible de changer et simplifier une situation compliquée ;
  • la nouvelle hypnose : elle combine certaines techniques de l’hypnose Ericksonienne avec des éléments de la programmation neuro-linguistique (PNL).

Est-ce que l’hypnose peut lutter contre l’alcool ?

L’hypnose s’impose parmi les traitements contre l’alcoolisme grâce à son efficacité. En effet, elle ne cible pas les symptômes de manque, mais intervient pour apporter de l’aide psychologique au concerné qui lui permettra ensuite de faire face à ces symptômes.

En effet, les signes de manque et la difficulté, voire l’incapacité de maintenir un sevrage affecte l’estime de soi. L’objectif principal de l’hypnose dans le cadre d’un traitement anti-alcoolisme est d’aider l’individu à reprendre confiance en lui et à augmenter sa motivation.

L’effet de l’hypnose peut être contrarié par l’absence de la volonté chez le sujet concerné. S’il n’a pas conscience de son addiction ou qu’il est dans une situation de déni, l’hypnose ne peut apporter des résultats concrets pour faciliter le sevrage alcoolique et consolider la psychologie.

De ce fait, il s’avère très indispensable de procéder à une psychothérapie qui va d’abord viser la prise de conscience de la personne alcoolique. Celle-ci doit l’amener à sortir du déni et à accepter son comportement addictif. En effet, il s’agit d’une étape cruciale qui aura comme rôle de renforcer sa volonté.

Quand la volonté est renforcée, la personne devient prête à recevoir des suggestions mentales. Elle interagit ainsi avec le thérapeute qui décidera du meilleur type d’hypnose compatible avec l’état et l’intensité de l’addiction du patient. La séance d’hypnothérapie parviendra à accéder à son inconscient et sera plus efficace.

Les Bienfaits de l’hypnose

Soigner le stress

L’hypnose vise à accéder à la cause sous-jacente du stress lié ou non à l’alcool et au sevrage alcoolique. Elle vise à modifier les perceptions , la vision du monde et l’attitude à l’égard de soi-même.

C’est un effet très souhaité au cours d’un sevrage alcoolique ou lorsque l’on décide d’arrêter l’alcool. Il permet de maintenir la volonté du concerné et de bannir le stress superflu. De même, cela aide à rester motivé et à ne pas succomber aux pensées négatives ainsi qu’aux peurs d’échec.

Lutter contre la dépression

Lutter contre la dépression

L’hypnothérapie vise une auto-régulation pour combattre la dépression liée à l’alcool ainsi qu’à son sevrage. L’hypnose permet aux patients de prendre connaissance de leur potentiel et d’exploiter certaines stratégies pour soulager les souffrances psychiques et mentales liées à la dépression.

En effet, il s’agit d’un processus de guérison interne qui modifie l’état de conscience, traite les douleurs psychiques et installe les protections nécessaires pour faire face aux éventuels épisodes dépressifs dans le futur.

Soulagement des douleurs liées au sevrage

Durant le sevrage, quand un patient arrête la consommation d’alcool, des douleurs physiques liées au manque peuvent apparaître. L’hypnothérapie aide à soulager ces douleurs en aidant le concerné à découvrir des outils personnels de gestion de la douleur.

L’action de l’hypnose aide à prendre le recul pour être en mesure d’évaluer plus clairement sa situation et ses douleurs. De même, cette action intéresse le niveau sensoriel traduit par l’intensité et le niveau cognitif qui établit des liens entre les pensées négatives, le manque et les douleurs.

De nombreuses techniques sont utilisées pour atteindre ces objectifs. Entre autres, la distraction, la gestion d’émotions et l’imagerie médicale. L’individu parvient à gérer ses douleurs et à contrôler leur impact sur la vie quotidienne.

Il s’avère indispensable d’adopter la franchise vis-à-vis des questions du thérapeute. Il en a besoin pour cibler des suggestions qui s’intègrent efficacement dans le système de représentation de chacun. Le cas échéant, l’hypnose reste inefficace.

Comment se déroule une séance d’hypnose ?

Pour toute thérapie d’hypnose, une première consultation d’analyse est indispensable. En effet, c’est dans cette séance que le thérapeute recueille les informations dont il a besoin pour mener à bien les suggestions mentales. Cela lui permet de procéder à une analyse pertinente .

De même, la première séance permet au thérapeute de déterminer les axes thérapeutiques qui lui permettront d’agir efficacement.

Viennent ensuite les autres consultations qui sont entièrement consacrées à l’hypnose. Chaque séance dure en moyenne une heure dont 30 minutes d’hypnose proprement dit. L’hypnose peut se faire sous forme de session ou au fil de l’eau.

Une hypnose au fil de l’eau se fait en moments distillés au fur et à mesure que la discussion se maintient. Lorsque le thérapeute le juge convenable, il fait entrer l’individu dans un état d’hypnose pour quelques minutes afin d’agir sur une émotion ou un ressenti avant de poursuivre le discours.

Quant à la session d’hypnose, le thérapeute commence par une induction afin de mettre le patient en hypnose. Ensuite, c’est l’hypnose proprement dite et enfin, c’est le retour à l’état ordinaire de la conscience.

Combien ça coûte ?

Coût sevrage

Les tarifs des séances d’hypnose ne sont pas fixes, ils varient selon la région, la formation du thérapeute et sa notoriété, mais aussi selon le nombre de séances nécessaires. De même, les prix restent libres, il n’y a ni tarif minimum ni plafond. La détermination de la grille tarifaire revient au thérapeute.

En France, le tarif moyen d’une consultation d’hypnothérapie est de 80 à 85 euros (séance d’une heure en moyenne). La première séance, peut durer plus d’une heure vu qu’elle exige une anamnèse minutieuse et une analyse pertinente. Le prix peut alors varier ou non selon le thérapeute.

Il arrive que certains thérapeutes déterminent une grille tarifaire destinée particulièrement aux chômeurs, étudiants ou personnes en difficulté. Les prix peuvent alors dans ce cas fluctuer entre 50 et 60 € la séance.

Quant à l’autohypnose, les tarifs sont plus abordables et réduits. Pour une séance d’une heure et demie, les prix sont de 10 à 20 euros.

En savoir plus : l’autohypnose

En autohypnose, c’est le patient qui assume le rôle du thérapeute. Il s’agit d’une technique qui vise à se connecter avec soi-même pour s’écouter et écouter son organisme. Le but est de déconnecter le conscient pour une période précise afin d’accéder à l’inconscient sans aucune contrainte.

Grâce à cela, on arrive à se contrôler et à contrôler ce qui s’y passe. On arrive aussi à soulager les douleurs, de se détendre, de gérer la dépression, de soigner les états d’anxiété, de gérer les troubles du sommeil et d’agir sur les phobies. l’autohypnose peut parfois être efficace pour arrêter l’alcool

Comment peut-on pratiquer l’autohypnose ?

Avant tout, il faut être en totale déconnexion du monde extérieur et privilégier les premières heures de la matinée ou les dernières heures du soir avant le coucher. Téléphone éteint, porte et rideaux fermés, le conscient à moins de chance à résister et l’autohypnose peut maintenant commencer.

On adopte une position assise, on ferme les yeux et on procède à une respiration par le ventre en veillant à relâcher les muscles du corps. Il se peut de ne pas y arriver du premier essai, mais à force d’expérimenter, on arrive à se détacher de la conscience et à entrer dans un état de transe qui permettra une meilleure réceptivité des suggestions mentales.

Quelles autosuggestions en autohypnose ?

Les suggestions utilisées en autohypnose se veulent simples, claires et positives. Il faut bannir la négation des suggestions et utiliser la deuxième personne. Pour concrétiser ces informations, prenons un exemple en relation avec l’alcoolodépendance.

Durant la séance, il convient de répéter la suggestion de cette manière : « Quand tu approches le verre d’alcool de ta bouche, l’odeur t’est dégoûtante. Quand tu l’ignores et que tu bois la première goutte d’alcool, le goût est tout autant dégoûtant et ton corps refuse de l’avaler ». C’est une suggestion qui ne contient pas de négation, qui est prononcée à la deuxième personne et qui parle à l’inconscient.

Il faut visualiser la boisson alcoolisée et visualiser aussi l’action de se servir un verre. Il faut sentir le goût et l’associer aux mots prononcés. Quelques semaines après, on arrive à parfaire et maîtriser la technique. Ensuite, on arrivera à se dégoûter réellement de l’alcool.

Pourquoi l’hypnose seule, parfois, ne suffit pas ?

Parce que parfois l’inconscient ou des parties de l’inconscient ne veulent pas négocier.

Aussi dans la méthode ADIOS, il y a des techniques puissantes qui permettent de communiquer avec les parties blessées, figées de la personne qui sont à l’origine de l’addiction.

Il faut savoir qu’il y a des techniques spécifiques aujourd’hui pour traiter les traumas, les événements douloureux à l’origine de l’addiction.

Comment vous utilisez l’hypnose dans la méthode ADIOS ?

Essentiellement pour changer et arrêter le comportement une fois que le traitement de la compensation émotionnelle sera traité.

A voir également :  Remèdes naturels contre l’alcoolisme

HORAIRES D’OUVERTURES

Lundi – Vendredi 7:45 – 20:45
Samedi 9:45 – 18:45
Dimanche 9:45 – 18:45

   01 80 27 20 15

PRENDRE RDV