Les bienfaits d’un traitement homéopathique lors d’un sevrage alcool

L’homéopathie fait partie des stratégies thérapeutiques adoptées dans la lutte contre l’alcoolisme. Nombreux sont les professionnels et les chercheurs qui la recommandent pour optimiser le traitement pour sevrage alcool et réduire les effets secondaires.

Quels en sont les bienfaits ? Comment agit l’homéopathie et quels sont ses propriétés ? Les réponses sont dans cet article .

Quels sont les bienfaits de l’homéopathie contre l’alcool ?

L’homéopathie est une médecine douce qui permet au corps de s’auto-guérir. Elle est connue pour la quasi-absence d’effets secondaires et pour son efficacité aussi. Elle est également considérée comme étant un élément qui booste l’immunité. Cela permet au corps de s’auto-défendre et d’acquérir une force de lutte contre les agents pathogènes.

Les propriétés et le fonctionnement de l’homéopathie

L’homéopathie suit l’adage : le semblable guérit le semblable. Elle consiste à administrer de très petites doses de la substance même responsable de la pathologie. Il faut respecter strictement les doses, car si l’on dépasse la dose tolérée, on risque de déclencher la maladie que l’on veut traiter.

L’homéopathie, pour qu’elle puisse donner de bons résultats, prend en considération des caractéristiques individuelles, comportementales et environnementales. Un traitement homéopathique efficace pour l’un ne le sera pas forcément pour l’autre. Une substance qui a été bien tolérée pour une personne provoquera peut-être des réactions allergiques ou des effets indésirables chez une autre.

Les substances actives qui entrent dans la composition des traitements homéopathiques peuvent avoir différentes sources. L’extraction peut se faire alors à partir d’une source végétale, animale ou minérale. La dilution est un critère majeur pour parfaire un traitement homéopathique et éviter l’inefficacité ou encore l’induction de l’effet pathologique.

Les contre-indications sont pratiquement inexistantes du fait de la rareté des effets secondaires. Cependant, la production des granules ou des globules fait appel au saccharose et  au lactose. Il faut donc prêter une attention particulière aux éventuels cas d’intolérance à ces substances.

L’homéopathie peut être alliée aux  médicaments pour sevrage d’alcool classiques. Cela n’expose à aucun risque, mais doit être mené par un spécialiste. Elle peut de même être prescrite en parallèle de la médecine chinoise ou des soins de phytothérapie.

Le risque d’interaction entre les médicaments homéopathiques est inexistant. C’est grâce à l’étude approfondie et complète du profil de la personne concernée, à savoir ses symptômes, son âge, ses caractéristiques, son état psychique et son environnement.

Les différents traitements homéopathiques pour lutter contre l’alcool

Le sulfur

Le Sulfur est un traitement homéopathique très utilisé par les homéopathes. Il est destiné aux troubles de comportement, à la fatigue, aux céphalées et aux envies atroces du sucre.

Il est également utilisé dans les cas de maladies digestifs, d’affections respiratoires, de troubles circulatoires ou d’infections cutanées.

Le sulfur soulage les symptômes liés à la ménopause. Il est utilisé pour contrer la fièvre, la nervosité et les douleurs qui y sont associées.

Enfin, le Sulfur est aussi utilisé en cas d’alcoolisme si la situation de la personne alcoolique l’exige et le tolère.

Le nux vomica

Le nux vomica est un autre traitement homéopathique fréquemment utilisé pour lutter contre les nausées et les vomissements répétitifs. Il est aussi recommandé dans un état grippal .

Le traitement est efficace également contre les troubles d’humeur, il soulage les troubles bipolaires et confère à un bon état d’esprit.

Le lachesis

Le Lachesis est notre 3e traitement homéopathique. Il attaque les troubles psycho-affectif et améliore la santé mentale de la personne atteinte.

Il est notamment recommandé en cas d’alcool, mais est utilisé également contre certains comportements tels que la jalousie et l’autoritarisme.

Chez un alcoolique, le Lachesis est à même de venir à bout des vertiges, des douleurs et de la fièvre accompagnée ou non de migraine.

Le luesinum

Le 4e traitement homéopathique est le Luesinum. Celui-ci est destiné pour contrer plusieurs pathologies en plus de la dépendance à l’alcool.

Il rétablit un sommeil réparateur et apaise les névralgies.

En somme

Si l’état du sujet alcoolique le permet, l’addiction peut très bien être traitée uniquement par l’homéopathie. Toutefois, dans la majorité des cas, les traitements issus de cette médecine douce sont combinés avec des médicaments en vue de consolider l’effet anti-alcool.

En effet, cette combinaison se voit primordial du moment qu’elle prend en charge la prévention et le traitement des séquelles majeures d’un arrêt brutal d’alcool. L’exemple qui présente une très grande gravité est le délirium tremens, il peut amener un abstinent à la colère, l’agressivité, les troubles mentaux graves, et même au suicide.

Voir aussi :  Durée sevrage alcool : combien de temps dure le sevrage ?

                      Sevrage alcool et symptômes : les syndromes du manque

HORAIRES D’OUVERTURES

Lundi – Vendredi 7:45 – 20:45
Samedi 9:45 – 18:45
Dimanche 9:45 – 18:45

   01 80 27 20 15

PRENDRE RDV