Comment arrêter de boire de l’alcool par soi-même ?

L’alcool constitue un poison pour l’homme. Sa consommation excessive et régulière met en danger aussi bien le physique, le mental que la société dans laquelle se trouve le sujet alcoolique. Il est donc vital pour les personnes sous l’emprise de l’alcool, d’amorcer un traitement pour sevrage alcool. De nombreuses institutions de prise en charge de l’alcoolo-dépendance existent et aident efficacement leurs patients à venir à bout de leur problème, certes, mais la majeure partie du processus de sevrage repose sur le sujet alcoolique lui-même. Ce dernier doit en effet trouver en lui, la force et la motivation nécessaires pour se libérer de l’alcool. Comment réussit-on un sevrage alcool seul ?

Faîtes un bilan de votre consommation

Si vous avez décidé de procéder à un sevrage alcool seul, c’est que vous êtes convaincus du fait que vous ne vous faisiez que du mal en consommant  d’une manière excessive  et régulière, de l’alcool. Vous avez donc une telle motivation qui permette de surmonter toutes les difficultés qui se présenteront en route, car des épreuves, vous en affronterez. Entre l’impulsion très forte à se remettre à picoler et les symptômes de manque, il vous faut un état d’esprit assez fort pour  braver tous les facteurs de rechute. Le meilleur moyen de s’armer pour la “bataille” du sevrage  est de connaître votre ennemi qu’est votre consommation nocive d’alcool. Pour ce faire, vous devez faire un bilan de votre consommation d’alcool.

En vous servant d’un journal personnel, inscrivez d’une manière objective toutes les informations relatives à votre manière de consommer de l’alcool. Quel type d’alcool prenez-vous ? Quel est son degré ? Combien de verre consommez-vous par jour ? Ainsi, vous connaissez mieux votre niveau d’intoxication et pourrez trouver les meilleurs moyens  d’en venir à bout. Les psychologues conseillent également de noter sur la même page, les situations les plus communes qui précèdent vos prises ou ce à quoi vous pensiez souvent puis les effets que vous avez ressenti après.

Faites un point de ce qui vous pousse à boire de l’alcool

Faire le point des situations ou des motivations qui vous poussent à prendre de l’alcool vous permettra de trouver des manières adéquates de résister à la tentation. Plus concrètement, il s’agira pour vous dans un premier temps d’identifier précisément les lieux où vous buvez, les personnes qui vous tiennent compagnie en ces moments, les activités que vous faisiez…Maintenant  que vous avez une meilleure vision des situations à risque, il vous faut décider des habitudes à adopter pour faire passer l’envie de recourir à l’alcool.

À titre d’exemple, si vous aviez l’habitude de passer au bar le soir après le boulot, vous pourriez décider désormais de rentrer rapidement pour une petite séance de jogging avant de dîner, ou de prendre un bain en lieu et place d’un apéritif. Si ce sont les moments où vous n’avez pas le moral au beau fixe qui servent de lit à votre consommation, vous pourriez décider lorsque  vous commencer par déprimer, de faire du shopping, sortir bavarder avec des copains ou copines… Trouvez donc ce qui vous fait boire et vous pourriez réussir votre sevrage alcool seul.

Ne croyez pas tout ce qu’on vous dit

Il est largement répandu les assertions selon lesquelles l’alcool constituerait un antistress très efficace d’une part, et que l’arrêt de l’alcool provoquerait de graves problèmes de santé d’autre part. Faites attention à ces idées reçues ! L’alcool constitue au contraire l’un des facteurs les plus dépressogènes. Il ne ferait donc qu’empirer à long terme un probable stress. Aussi, le sevrage alcoolique serait-il bien vrai marqué par la survenue de certains troubles de gravité variable. Ces derniers  sont en effet la conséquence de l’intoxication et de la dépendance de l’organisme à l’alcool. Mais ils peuvent être pris en charge d’une manière efficace dans des centres appropriés. Certains d’entre eux régressent même au fil du temps, sans aucun traitement médical.

Il importe que vous sachiez que le processus de sevrage ne sera pas facile. Mais les bénéfices à long terme sont incommensurables. Il vaut donc mieux que vous preniez connaissance de ce qui adviendra par la suite, et que vous vous prépariez en conséquence. Prendre les idées reçues en considération ne vous aidera certainement pas. Le mieux est de se faire suivre dans une clinique pour sevrage d’alcool

Inspirez-vous de l’histoire de ceux qui ont réussi

Il peut arriver à un moment ou à un autre que vous manquiez de force, que vous pensiez que vous n’arriverez certainement pas. Prenez alors un coup, et refaites le plein d’énergie en lisant par exemple les histoires de ceux qui ont déjà réussi à se libérer de l’emprise de l’alcool. Vous pouvez les trouver sur des forums dédiés. Inspirez-vous des similitudes à votre parcours et dîtes-vous que vous pouvez réussir, comme eux.

Ne jamais céder au craving

Le craving constitue un besoin pressant et impérieux d’ingurgiter de l’alcool. Plusieurs personnes cèdent à cette tentation alors qu’ils sont en plein sevrage, ce qui provoque leur rechute. Or, en faisant l’effort de résister durant sept minutes environ, temps pendant lequel l’organisme lance une offensive pour réclamer l’alcool auquel on l’avait habitué, il est possible de différer cette envie. Et plus vous réussirez à faire passer cette envie, plus vous gagnerez en confiance, ce qui vous sera profitable pour la suite.

Parlez-en à vos proches et à vos amis

Faire un sevrage alcool seul ne veut absolument pas signifier que vous devriez faire cavalier seul. Il est au contraire très important que vous discutiez de votre projet avec vos proches et vos amis afin qu’ils vous aident à atteindre votre objectif. Mais faites également attention aux amis à qui vous en parler. Il importe qu’ils ne boivent pas, ni ne fument. Ainsi, vous êtes sûrs qu’ils vous procureront de sages conseils.

Allez progressivement

Enfin, pour réussir à vous affranchir de l’alcool tout seul, il vous faut avoir confiance en vous. Et plus vous rencontrerez du succès, plus vous développerez cette confiance. Le meilleur moyen de réussir à long terme est de vous fixer des objectifs réalistes, que vous pouvez atteindre. Ainsi, commencez tout d’abord par réduire le nombre de verre d’alcool que vous prenez par jour puis espacez les prises de plusieurs jours. Vous réduirez alors progressivement cette quantité pour un jour finir par vous en passer complètement.

Voir également : Sevrage alcool et symptômes : les syndromes du manque

                              Durée sevrage alcool : combien de temps dure le sevrage ?

HORAIRES D’OUVERTURES

Lundi – Vendredi 7:45 – 20:45
Samedi 9:45 – 18:45
Dimanche 9:45 – 18:45

   01 80 27 20 15

PRENDRE RDV