DROGUE CROCODILE, C’EST QUOI ?

La drogue crocodile ou ‘’Krokodil’’ est un dérivé de la morphine extrêmement dangereux. Cette drogue fait des ravages en Sibérie et en Russie. En France, aucun cas d’usage n’a été signalé mais les menaces du  »krokodil » seraient au porte de l’Europe. Il est  alors justifiable d’aborder les effets, dangers et risques de ce stupéfiant en guise de prévention.


Qu’est-ce que la drogue crocodile ?

Initialement introduit en Russie, le ‘’krokodil’’ est considéré comme un substitut peu coûteux et hautement addictif de l’héroïne. La drogue est obtenue à partir de la codéine synthétisée pour former la désomorphine ou la drogue crocodile. Le nom crocrodile fait référence à la décoloration écailleuse et vert-noir de la peau du reptile fréquemment constatée chez les utilisateurs de la drogue.

La drogue crocodile est principalement produite dans des laboratoires clandestins, les fabricants combinent la codéine à d’autres additifs. Ces additifs peuvent être de l’acide chlorhydrique, du phosphore rouge (provenant des surfaces de frappe des boîtes d’allumettes), de l’iode, de l’essence et du diluant à peinture.

La désomorphine a été développée en Allemagne en 1922 pour ses propriétés sédatives et analgésiques mais elle va être abandonnée en 1981 à cause de ses graves effets secondaires et addictifs. La drogue crocodile serait 9 fois plus addictive  et 2 fois moins coûteuse que l’héroïne. Appelée également ‘’l’héroïne du pauvre’’, le krokodil a fait son apparition en Sibérie au début des années 2000 et s’est propagé progressivement en Russie. Aujourd’hui, la drogue a pénétré certains pays européens tels que l’Allemagne, la Belgique et les Pays-Bas. Une rumeur selon laquelle le krokodil serait présent en France a été démenti par l’Observatoire français des drogues et des tendances addictives.

 


Comment le krokodil a-t-il gagné du terrain ?

Au début des années 2000, la diminution des importations d’héroïne afghane sur les marchés locaux de la drogue dans les régions Est de la Russie a entraîné la tendance à revenir à la production de drogues artisanales. La disponibilité facile du Krokodil à partir d’un processus de production simple qui peut être réalisé à la maison à peu de frais a également favorisé l’ augmentation spectaculaire du nombre d’individus dépendants au krokodil. La plupart des utilisateurs du Krokodil prétendent être d’anciens utilisateurs d’héroïne. Selon le chef du Service fédéral russe de contrôle des drogues, la quantité du krokodil saisie en Russie a été multipliée par 23 entre 2009 et 2011. En effet, début 2011, 65 millions de doses de désomorphine ont été saisies en Russie. Actuellement, il y a environ 100 000 personnes en Russie avec une dépendance à la désomorphine, ce qui est probablement une sous-estimation du nombre réel. En raison de son problème épidémique en Russie, depuis juin 2012, des comprimés contenant de la codéine, qui sont les bases chimiques de la production à domicile de désomorphine, ne sont devenues disponibles qu’en pharmacie.

 

Fin 2011, l’utilisation du Krokodil en Allemagne a été signalée avec des lésions dermatologiques dévastatrices typiques de la consommation du Krokodil. En raison du potentiel de dépendance élevée et de la toxicité du Krokodil, la durée moyenne de survie après la première utilisation est d’environ 3 ans. À ce stade, la Russie et l’Ukraine semblent être les pays les plus touchés par le Krokodil, mais certains pays européens ont commencé à enregistrer leurs premiers cas d’abus du krokodil il s’agit outre de l’Allemagne, de la Géorgie, le Kazakhstan, la République tchèque, la Belgique, la Suède, la Norvège, les Pays-Bas  ainsi que les États-Unis. Les victimes du Krokodil sont généralement des jeunes entre 18 et 25 ans, qui se tournent vers cette drogue pour des raisons économiques.

 

Femme au Téléphone

RDV en visio gratuit de 15 minutes avec un conseiller

Faites un 1er pas pour vous libérer de l’addiction et prenez gratuitement rendez-vous pour 15 minutes par téléphone

Prendre Rdv


Comment le krokodil est-il utilisé ?

Le Krokodil est généralement utilisé par voie intraveineuse. Selon les rapports, la drogue agit rapidement en 2 à 3 minutes et 10 à 15 fois plus puissante que la morphine et trois fois plus toxique. En fait, lorsque les produits chimiques toxiques sont éliminés, il reste très souvent de la désomorphine, un composé très similaire à l’héroïne. Après un début rapide, les effets euphorisants peuvent durer moins de 2 heures. En raison de la courte durée du « high », de nombreux consommateurs se retrouvent dans une répétition rapide de la consommation de drogue pour éviter des symptômes de sevrage qui ressemblent à ceux de l’héroïne. En raison de la vitesse d’apparition des sensations mais de sa courte durée d’action et de son administration fréquente, le krokodil peut causer une dépendance rapide physique et mentale.


Quels sont les effets de la drogue crocodile ?

Plus particulièrement, l’injection du krokodil peut provoquer une nécrose : une condition médicale dans laquelle il n’y a pas de flux sanguin vers certaines zones du corps, provoquant la mort des tissus vivants. La nécrose se traduit généralement par des zones de la peau qui deviennent noires, squameuses et inutilisables. La nécrose ne peut pas être guérie et conduit souvent à d’autres conditions appelées thrombophlébite et gangrène. Habituellement, le seul traitement efficace contre la nécrose, la thrombophlébite et la gangrène est l’amputation de la zone touchée.

La drogue krokodil est également connue sous le nom de drogue de zombie en raison de cet effet secondaire. Essentiellement, cela peut faire pourrir le corps des utilisateurs de l’intérieur. Ils se retrouvent avec une peau semblable à celle d’un crocodile à la zone d’injection, ce qui peut être très douloureux et leur donner l’impression de brûler de l’intérieur de leur peau. La pourriture de la peau peut aller plus loin, affectant les vaisseaux sanguins, les muscles et se propageant jusqu’à l’os lui-même.

En plus de la nécrose, il existe d’autres effets secondaires du krokodil qui laissent les utilisateurs à l’agonie, notamment :

  • Les détériorations musculaires : qui peuvent résulter d’une nécrose cutanée induite par le krokodil. Les bactéries peuvent pénétrer par les ulcères, se propager dans les muscles et le cartilage, les détériorant au point de révéler l’os sous-jacent.
  • Les lésions osseuses: On pense que l’iode et le phosphore rouge contenus dans le krokodil n’affectent que le cartilage et détériorent la santé des os. Des affections osseuses telles que l’ostéomyélite atypique de la mâchoire et la nécrose ont été également signalées chez des patients qui utilisent des drogues injectables contenant du phosphore rouge, comme le krokodil.
  • Les dommages aux vaisseaux sanguins : Le krokodil peut également endommager les vaisseaux sanguins, entraînant une gangrène et une thrombophlébite. La thrombophlébite provoque une inflammation et un gonflement des veines, formant éventuellement un caillot sanguin.


Les risques et dangers de la drogue crocodile

En tant que désomorphine moins chère, de nombreux toxicomanes aux opioïdes se sont tournés vers le krokodil comme alternative plus abordable. Le krokodil est une drogue très puissante, addictive et dangereuse qui doit être évitée à tout prix sinon ses consommateurs exposent à des risques et dangers imparables.

  • Perte de membres : la nécrose cutanée peut entraîner l’amputation des membres. La putréfaction de la peau des zones touchées décompose la chair jusqu’à l’apparition des os. L’ablation des membres gangrenés reste la seule technique efficace contre la nécrose.

  • Espérance de vie plus faible : Plusieurs produits dangereux interviennent dans la fabrication de la drogue crocodile. La combinaison de ces substances fait du krokodil l’une des drogues les plus mortelles au monde. Selon les recherches médicales, l’espérance de vie d’un consommateur n’excède pas les 3 ans. Il peut même arriver que certaines personnes trouvent la mort après la première injection de la drogue.

Malgré les effets secondaires physiques dérangeants, les personnes ayant une dépendance au krokodil sont souvent incapables d’arrêter de fumer par elles-mêmes. Parce que la dépendance au krokodil est une maladie chronique, un traitement de la dépendance est généralement nécessaire pour aider les toxicomanes à devenir sobres.

Téléchargez notre guide pour arrêter la drogue


Arrêter la drogue crocodile

La dépendance au krokodil est une question de vie ou de mort pour de nombreuses personnes. C’est pourquoi il est important d’immédiatement se diriger vers les centres anti-addiction.  L’Institut ADIOS est une méthode alternative, qui propose un accompagnement efficace contre les substances psychoactives, des drogues douces jusqu’aux drogues dures comme le krokodil.

Depuis 10 ans l’Institut ADIOS propose à toute personne en situation d’addiction un sevrage efficace à travers sa méthode holistique. C’est une méthode à base de 12 techniques en thérapie brève. Les praticiens en Activation du Changement de l’Institut ADIOS appréhendent l’addiction comme la manifestation d’un comportement et non comme une maladie. Dès le début du sevrage, les personnes accompagnées sont rassurées que la dépendance ne relève pas de leur identité mais d’un comportement qu’ils peuvent changer. Cette perception de l’addiction développe chez la personne en situation de dépendance un grand sentiment de confiance en soi.

De nos jours, l’Institut ADIOS est le seul établissement à utiliser en France et en Europe, toutes les techniques des dernières découvertes en neurosciences, reconnues comme les plus puissantes et les plus efficientes. Ces techniques combinées entre elles donnent des résultats très probants et offrent de multiples possibilités d’accompagnement en un nombre limité de séances. Avec une approche naturelle, le parcours d’accompagnement avec la méthode ADIOS s’intéresse autant à l’origine inconsciente de la dépendance qu’à la dépendance elle-même. Aussi grâce à la technique de thérapies douces de la méthode, les personnes ressentent moins les symptômes de sevrage par rapport aux sevrages classiques. Autorisez-vous à prendre rendez-vous si vous souhaitez vous débarrasser de votre consommation d’amphétamine.


FAQ

A quoi ressemble le krokodil ?

Fabriquée principalement à partir d’ingrédients liquides, la drogue au crocodile vise à imiter la consistance de l’héroïne. Les toxicomanes cuisinent la drogue d’une manière similaire aux opiacés et l’injectent de la même manière. Une fois cuite, la désomorphine a une couleur jaunâtre claire et une consistance liquide, permettant une injection intraveineuse.

Pourquoi les gens consomment-ils une drogue aussi dangereuse ?

Le krokodil procure un high similaire et coûte largement plus bas que l’héroïne. Le high reçu d’un gramme d’héroïne à 45€  peut être reproduit par un gramme de krokodil pour seulement 20€. Tout comme les toxicomanes aux analgésiques se tournent vers l’héroïne lorsque les prescriptions deviennent trop chères, lorsque leur dépendance à l’ héroïne devient trop chère, certains peuvent se tourner vers une alternative moins chère comme le krokodil. Comme il est relativement facile de trouver de quoi est fait le krokodil, les toxicomanes peuvent même décider de le cuisiner eux-mêmes.

Doit-on s’inquiéter de la pénétration de la drogue crocodile en France ?

Selon l’OFDT, aucun cas d’abus de la drogue crocodile n’a été signalé en France. Mais, la drogue a déjà sévi dans les pays voisins. Il est donc primordial de sensibiliser la population sur les effets dévastateurs du krokodil.

Etes vous réellement dépendant ?

Pour savoir si vous êtes vraiment dépandant nous vous proposons un quiz de quelques minutes.