LE CANCER DU POUMON ET TABAC

Cancer de poumon et tabac

Les recherches scientifiques ont trouvé plusieurs maladies liées au tabac , notamment, les facteurs de risque qui peuvent augmenter vos chances de contracter un cancer du poumon. Le tabagisme est le premier facteur de risque de cancer du poumon. Dans le monde, le tabagisme est lié à environ 80 à 90 % des décès par cancer du poumon.

Le tabagisme est le premier facteur de risque de cancer du poumon. Dans le monde, le tabagisme est lié à environ 80 à 90 % des décès par cancer du poumon. La consommation d’autres produits du tabac tels que les cigarettes ou les pipes augmente également le risque de cancer du poumon . La fumée de tabac est un mélange toxique de plus de 4000 produits chimiques. Beaucoup sont des poisons. Au moins 70 sont connus pour causer le cancer chez les humains.

Les personnes qui fument des cigarettes sont 15 à 30 fois susceptibles de contracter un cancer du poumon ou d’en mourir que les personnes non fumeuses. Même pour les fumeurs occasionnels, le risque d’avoir un cancer du poumon est aussi important que chez les fumeurs actifs et passifs.

Plus une personne fume, plus le risque augmente.

Les personnes qui ont arrêté de fumer ont un risque plus faible de cancer du poumon que si elles ont continué à fumer, mais leur risque est plus élevé que celle des personnes qui n’ont jamais fumé. Arrêter de fumer à tout âge peut réduire le risque de cancer du poumon.

RDV en visio gratuit de 15 minutes avec un conseiller

Faites un 1er pas pour vous libérer de l’addiction et prenez gratuitement rendez-vous pour 15 minutes par téléphone

Prendre RDV

Qu’est-ce que le cancer du poumon ?

Le cancer du poumon ou cancer bronchopulmonaire est un cancer qui prend naissance dans les poumons. Lorsqu’une personne a un cancer du poumon, elle a des cellules anormales qui se regroupent pour une ancienne tumeur.


Contrairement aux cellules normales, les cellules cancéreuses se développent sans ordre, ni contrôle, détruisant le tissu pulmonaire sain qui les entoure. Ces types de tumeurs sont appelées tumeurs malignes. L’une des raisons pour lesquelles les tumeurs malignes sont dangereuses est qu’elles se développent de manière incontrôlable. Lorsque les cellules cancéreuses se développent trop vite, elles empêchent vos organes de fonctionner normalement.


Le cancer du poumon ou cancer bronchopulmonaire est un cancer qui prend naissance dans les poumons. Lorsqu’une personne a un cancer du poumon, elle a des cellules anormales qui se regroupent pour former une tumeur. Contrairement aux cellules normales, les cellules cancéreuses se développent sans ordre, ni contrôle, détruisant le tissu pulmonaire sain qui les entoure. Ces types de tumeurs sont appelés tumeurs malignes. L’une des raisons pour lesquelles les tumeurs malignes sont dangereuses est qu’elles se développent de manière incontrôlable.

Lorsque les cellules cancéreuses se développent trop vite, elles empêchent vos organes de fonctionner normalement. Par exemple, si le cancer affecte les poumons, la tumeur peut devenir si grosse qu’elle bloque une grande voie respiratoire de sorte qu’une partie du poumon n’est pas utilisable pour la respiration ou qu’une infection peut se développer à cause de l’obstruction.

Il existe deux principaux types de cancer du poumon : le cancer du poumon à petites cellules et le cancer du poumon non à petites cellules. Il existe également d’autres types de cancers du poumon moins courants comme la tumeur carcinoïde et la tumeur de pancoast.

Cancer du poumon à petites cellules

Il existe deux types différents de cancer du poumon à petites cellules : le carcinome à petites cellules et le cancer mixte à petites cellules/grandes cellules ou le cancer du poumon à petites cellules combiné. Les types de cancer du poumon à petites cellules sont nommés d’après les types de cellules présentes dans le cancer et l’apparence des cellules lorsqu’elles sont révélées au microscope. Le cancer du poumon à petites cellules est presque toujours associé au tabagisme. Le cancer du poumon à petites cellules est généralement traité par produits .

Arretez le tabac en 12 semaines

Découvrez la méthode révolutionnaire qui a aidé 2500 personnes à se

libérer de leur addictions.

Téléchargez notre guide

Cancer de poumon non à petites cellules

Tumeur carcinoïde

Les tumeurs carcinoïdes du poumon sont rares et ont tendance à croître plus lentement que les autres types de cancers du poumon. Ils sont constitués de types particuliers de cellules appelées cellules neuroendocrines . Ils sont généralement classés comme carcinoïdes typiques ou atypiques. Les carcinoïdes sont très rares, à croissance lente et le plus souvent traités par chirurgie.


Tout comme chaque personne est unique, chaque type de cancer du poumon est différent. Il est important de connaître le type de cancer du poumon que vous avez, parfois appelé « votre profil de cancer du poumon », car il aide à déterminer les options de traitement du cancer du poumon disponibles.

Tumeur de Pancoast-Tobias

Les tumeurs de Pancoast, également appelées tumeurs du sulcus supérieur, se développent dans la partie supérieure du poumon et interfèrent avec les structures qui l’entourent. Ces tumeurs sont rares et le plus souvent des cancers du poumon non à petites cellules. Cependant, il peut s’agir de tumeurs provenant d’autres maladies comme le lymphome ou la tuberculose. Les tumeurs de Pancoast peuvent être traitées par chimiothérapie, radiothérapie et/ou chirurgie.

Les causes et les symptômes du cancer de poumon

Les causes

Même s’il est responsable à 90 % des cas de cancer du poumon. Le tabagisme n’est pas la seule cause du cancer du poumon. Le cancer apparaît également chez les personnes qui n’ont jamais fumé et chez celles qui n’ont jamais été exposées de façon prolongée à la fumée secondaire.

Par conséquent, n’importe qui peut avoir un cancer du poumon. En effet, le cancer survient lorsque les cellules du poumon mutent ou changent. Divers facteurs comme l’âge et la génétique peuvent provoquer cette mutation (un changement permanent dans la séquence d’ADN d’un gène).

Mais, le plus souvent, ce changement dans les cellules pulmonaires se produit lorsque les gens respirent des substances dangereuses et toxiques. Les études révèlent qu’il est possible de contracter un cancer de poumon même après des années d’abstinence à une substance toxiques.

Comment le tabagisme cause le cancer du poumon

Les médecins pensent que le tabagisme cause le cancer du poumon en endommageant les cellules qui tapissent les poumons. Lorsque vous inhalez de la fumée de cigarette, qui est pleine de substances cancérigènes (40 substances cancérigènes), des changements dans le tissu pulmonaire commencent presque immédiatement.


Au début, votre corps peut être en mesure de réparer ces dommages. Mais à chaque exposition répétée, les cellules normales qui tapissent vos poumons sont de plus en plus endommagées. Au fil du temps, les dommages provoquent un comportement anormal des cellules et un cancer peut éventuellement se développer.

Facteurs de risque

Un certain nombre de facteurs peuvent augmenter votre risque de cancer du poumon. Certains facteurs de risque peuvent être contrôlés, par exemple en arrêtant de fumer. Et d’autres facteurs ne peuvent pas être contrôlés, tels que vos antécédents familiaux.

Les facteurs de risque du cancer du poumon comprennent :

  • Fumeur. Votre risque de cancer du poumon augmente avec le nombre de cigarettes que vous fumez chaque jour et le nombre d’années que vous fumez. Arrêter de fumer à tout âge peut réduire considérablement votre risque de développer un cancer du poumon.
  • Exposition à la fumée secondaire. Même si vous ne fumez pas, votre risque de cancer du poumon augmente si vous êtes exposé à la fumée secondaire.
  • Radiothérapie antérieure. Si vous avez subi une radiothérapie au thorax pour un autre type de cancer, vous pourriez avoir un risque accru de développer un cancer du poumon.
  • Exposition au gaz radon. Le radon est produit par la décomposition naturelle de l’uranium dans le sol, la roche et l’eau qui finit par devenir une partie de l’air que vous respirez. Des niveaux dangereux de radon peuvent s’accumuler dans n’importe quel bâtiment, y compris les maisons.
  • Exposition à l’amiante et à d’autres agents cancérigènes. L’exposition sur le lieu de travail à l’amiante et à d’autres substances connues pour causer le cancer, comme l’arsenic, le chrome et le nickel, peut augmenter le risque de développer un cancer du poumon, surtout si vous fumez.
  • Antécédents familiaux de cancer du poumon. Les personnes ayant un parent, un frère ou un enfant atteint d’un cancer du poumon ont un risque accru de contracter la maladie.

Les symptômes

Le cancer du poumon ne provoque généralement pas de signes et de symptômes à ses débuts. Les signes et symptômes du cancer du poumon surviennent généralement lorsque la maladie est avancée. Les principaux symptômes du cancer du poumon comprennent :

  • une toux qui ne part pas après 2 ou 3 semaines
  • une toux de longue date qui s’aggrave
  • infections pulmonaires qui reviennent sans cesse
  • une douleur ou une douleur en respirant ou en toussant
  • fatigue persistante ou manque d’énergie
  • perte d’appétit ou perte de poids inexpliquée
  • Si vous en avez, vous devriez consulter un médecin généraliste.

Les symptômes moins courants du cancer du poumon comprennent :

  • changements dans l’apparence de vos doigts, tels que devenir plus courbés ou leurs extrémités devenir plus grandes (c’est ce qu’on appelle le clubbing des doigts)
  • difficulté à avaler (dysphagie) ou douleur à la déglutition
  • respiration sifflante
  • une voix rauque
  • gonflement du visage ou du cou

Les complications

Le cancer du poumon peut entraîner des complications, telles que :

  • Essoufflement. Les personnes atteintes d’un cancer du poumon peuvent éprouver un essoufflement si le cancer se développe pour bloquer les principales voies respiratoires. Le cancer du poumon peut également provoquer une accumulation de liquide autour des poumons, ce qui rend plus difficile l’expansion complète du poumon affecté lorsque vous inspirez.
  • Tousser du sang. Le cancer du poumon peut provoquer des saignements dans les voies respiratoires, ce qui peut vous faire cracher du sang (hémoptysie). Parfois, les saignements peuvent devenir graves. Des traitements sont disponibles pour contrôler les saignements.
  • La douleur. Un cancer du poumon avancé qui se propage à la muqueuse d’un poumon ou à une autre partie du corps, comme un os, peut causer de la douleur. Informez votre médecin si vous ressentez de la douleur, car de nombreux traitements sont disponibles pour contrôler la douleur.
  • Liquide dans la poitrine (épanchement pleural). Le cancer du poumon peut provoquer une accumulation de liquide dans l’espace qui entoure le poumon affecté dans la cavité thoracique (espace pleural).

    L’accumulation de liquide dans la poitrine peut provoquer un essoufflement. Des traitements sont disponibles pour drainer le liquide de votre poitrine et réduire le risque qu’un épanchement pleural se reproduise.
  • Cancer qui se propage à d’autres parties du corps (métastases). Le cancer du poumon se propage souvent (métastases) à d’autres parties du corps, comme le cerveau et les os.

Le cancer qui se propage peut provoquer des douleurs, des nausées, des maux de tête ou d’autres signes et symptômes selon l’organe touché. Une fois que le cancer du poumon s’est propagé au-delà des poumons, il n’est généralement pas curable. Des traitements sont disponibles pour atténuer les signes et les symptômes et vous aider à vivre plus longtemps.


Comment traiter le cancer du poumon ?

Comment traiter le cancer du poumon ?

Le cancer du poumon non à petites cellules est plus fréquent. Il représente environ 80 pour cent des cas de cancer du poumon. Ce type de cancer se développe généralement et se propage à d’autres parties du corps plus lentement que le cancer du poumon à petites cellules. Il existe trois types différents de cancer du poumon non à petites cellules :

  • Adénocarcinome : Une forme de cancer du poumon non à petites cellules souvent trouvée dans une zone externe du poumon. Il se développe dans les cellules des tissus épithéliaux, qui tapissent les cavités et les surfaces du corps et forment des glandes.
  • Carcinome épidermoïde : une forme de cancer du poumon non à petites cellules généralement trouvée au centre du poumon à côté d’un tube d’air (bronche).
  • Carcinome à grandes cellules : une forme de cancer du poumon non à petites cellules qui peut survenir dans n’importe quelle partie du poumon et qui a tendance à se développer et à se propager plus rapidement que l’adénocarcinome ou le carcinome épidermoïde.

Les symptômes et les résultats de certains tests peuvent fortement suggérer qu’une personne a un cancer du poumon, mais le diagnostic réel est posé en examinant les cellules pulmonaires en laboratoire.

Les cellules peuvent être extraites des sécrétions pulmonaires (mucus que vous crachez des poumons), du liquide retiré de la zone autour des poumons (thoracentèse) ou d’une zone suspecte à l’aide d’une aiguille ou d’une intervention chirurgicale (biopsie). Le choix du ou des tests à utiliser dépend de la situation.

Si vous avez un cancer du poumon, votre médecin peut effectuer des tests. Les résultats de ces tests aident votre médecin à savoir quels traitements vous conviennent le mieux.

Le cancer du poumon est traité de plusieurs manières, selon le type de cancer du poumon et son étendue.

Les personnes atteintes d’un cancer du poumon non à petites cellules peuvent être traitées par chirurgie, chimiothérapie, radiothérapie, thérapie ciblée ou une combinaison de ces traitements. Les personnes atteintes d’un cancer du poumon à petites cellules sont généralement traitées par radiothérapie et chimiothérapie.

  • Chirurgie : Une opération où les médecins ont découpé du tissu cancéreux.
  • Chimiothérapie : Utiliser des médicaments spéciaux pour réduire ou tuer le cancer. Les médicaments peuvent être des pilules que vous prenez ou des médicaments administrés dans vos veines, ou parfois les deux.
  • Radiothérapie : Utiliser des rayons à haute énergie (semblables aux rayons X) pour tuer le cancer.
  • Thérapie ciblée : Utilisation de médicaments pour bloquer la croissance et la propagation des cellules cancéreuses. Les médicaments peuvent être des pilules que vous prenez ou des médicaments administrés dans vos veines.

Des médecins de différentes spécialités travaillent souvent ensemble pour traiter le cancer du poumon. Les pneumologues sont des médecins experts en maladies pulmonaires. Les chirurgiens sont des médecins qui pratiquent des opérations. Les chirurgiens thoraciques sont spécialisés dans la chirurgie thoracique, cardiaque et pulmonaire. Les oncologues médicaux sont des médecins qui traitent le cancer avec des médicaments. Les radio-oncologues sont des médecins qui traitent les cancers par rayonnement.

Être prise en charge pour arrêter de fumer 

L’arrêt de la cigarette est un sujet qui intéresse bon nombre de fumeurs mais souvent ils ne savent pas comment s’y prendre. De nos jours, il existe plusieurs traitements pour arrêter de fumer. Toutefois, il est primordial d’identifier la méthode qui vous sied. Et surtout avant de commencer un sevrage, il est important de trouver une raison qui vous pousse à arrêter de fumer.


En plus de la méthode choisie, votre motivation est la chose qui vous aidera à aller jusqu’au bout. Pour les méthodes vous aurez le choix entre les médicaments, les substituts nicotiniques, les plantes naturelles, les médecines douces et la cigarette électronique.

Les médicaments

Les médicaments pour arrêter de fumer aident à atténuer ou faire disparaître complètement les syndromes du sevrage tabagique. L’arrêt de la cigarette occasionne des troubles tels que le stress, l’insomnie, la prise de poids etc. Plusieurs études démontrent que ces médicaments doublent les chances d’arrêter la cigarette dès 6 mois d’utilisation. Ce sont :

  • La varénicline ou champix est un médicament qui a fait ses preuves dans le sevrage tabagique sous traitement médicamenteux. C’est un molécule qui se connecte au système nerveux en agissant sur les récepteurs comme la nicotine. A la différence de la nicotine, la varénicline à une double action. Elle aide à soulager les signes de manque et elle lutte contre les besoins en nicotine.
  • Le bupropion disponible en pharmacie sous le nom Zyban, la prise du zyban l’aide à réduire l’envie de fumer en transmettant aux récepteurs nicotiniques un message chimique qui permet de détendre le patient.

Substitut nicotinique

Considéré comme une alternative à la cigarette , le substitut nicotinique sert à arrêter de fumer tout en délivrant de la nicotine dans le sang pendant le processus de sevrage tabagique. Il existe 5 types de substituts nicotiniques :

  • le patch : il se fixe directement sur la peau et diffuse la nicotine tout au long de la journée sans avoir à y penser de manière régulière
  • la gomme à mâcher , idéale pour compenser le manque de tabac et solliciter la mastication pour détourner l’envie de fumer , elle permet également de diminuer le stress lié à l’arrêt de la cigarette
  • le comprimé et la pastille à sucer , action rapide et discrète qui permet d’occuper la bouche et d’oublier l’envie de fumer et diffuser la nicotine dans la bouche
  • l’inhalateur , idéal pour conserver la gestuelle du fumeur et diffuser la nicotine vers les vaisseaux sanguins et le cerveau
  • le spray buccal, pulvérisation aromatique qui diffuse rapidement la nicotine dans la bouche et fait passer l’envie de fumer

Les médecines douces

Les psychothérapies se révèlent de plus en plus efficaces. Parce qu’elle propose des traitements plus globaux dans l’arrêt du tabac. Ces traitements s’intéressent à la source de l’addiction, c’est-à-dire, comprendre les raisons qui ont entraîné le patient à la dépendance du tabac.


En général, la psychothérapie fonde ses principes qu’une addiction part d’un trouble du comportement, un traumatisme et/ou un trouble de l’attachement. Une fois, que ce traumatisme est résolu, il est plus simple de prendre en charge l’addiction. Les différentes formes de psychothérapie qui interviennent fréquemment dans l’arrêt du tabac sont :

  • L’hypnose
  • L’acupuncture
  • l’homéopathie

La cigarette électronique

La cigarette électronique séduit de plus en plus les fumeurs désireux d’arrêter le tabac. Idéale pour accompagner l’arrêt progressif de la cigarette , ce générateur d’aérosol à la même forme et la même taille qu’une cigarette classique et nécessite les mêmes gestes : positionner l’appareil entre ses lèvres , inspirer la vapeur et la rejeter dans l’air.

Les risques liés au tabac

Ce n’est un secret pour personne, fumer présente des risques énormes pour la santé. L’addiction est le principal risque auquel on s’expose lorsqu’on s’adonne à la consommation du tabac. Le risque d’addiction est tout aussi alarmant au niveau du tabagisme actif qu’au niveau du tabagisme passif Fumer qu’une seule cigarette peut aussi conduire à une addiction au tabac.

Une étude britannique publiée dans le British medical journal a démontré que fumer une cigarette par jour présente 25 à 30 % de risque supplémentaire pour le fumeur de faire un accident vasculaire cérébrale.

La consommation quotidienne de cigarettes entraîne des dommages considérables sur la santé pouvant conduire à la mort.

En effet, en France, le tabagisme cause 75 000 décès par an. Et demeure la première cause de mortalité évitable dans le monde. En plus du cancer du poumon, il faut savoir que consommer du tabac c’est augmenter les risques d’autres cancers tels que :

  • cancer du foie
  • cancer de la bouche
  • cancer du pancréas
  • cancer de l’estomac
  • cancer de la vessie
  • cancer du rein
  • cancer du larynx
  • cancer de l’oesophage
  • cancer du col de l’utérus

Cette liste est non exhaustive. En réalité, le tabagisme cause bien plus de cancers. On estime à 4000 le nombre de substances toxiques contenues dans la fumée du tabac, parmi lesquelles 60 sont identifiées cancérogènes. D’après l’autopsie d’une cigarette elle est constituée de substances extrêmement nuisibles pour la santé on y trouve :

  • la naphtylamine
  • la toluidine
  • l’uréthane
  • le méthanol (carburant pour fusée)
  • le toluène (solvant industriel)
  • le dibenzacridine
  • le cadmium (utilisé dans les batteries)
  • le goudron

Les cancers ne sont pas les seuls risques associés à la consommation du tabac. Le tabagisme est également la principale cause des maladies qui endommage le cœur et le réseau vasculaire sanguin. Les plus connues sont :

  • l’hypertension artérielle
  • l’accident vasculaire cérébrale (AVC)
  • l’artérite
  • l’anévrisme
  • l’infarctus de la myocarde

Il a existé dans l’esprit de chaque fumeur, il ne serait-ce qu’une petite volonté d’arrêter un jour de fumer la cigarette. Mais, ils sont très peu à se lancer. Décider d’arrêter de fumer est en elle-même une décision difficile et la démarche n’est pas de l’eau à boire. Toutefois, une bonne dose de motivation personnelle permet toujours à réaliser un projet comme l’arrêt de la cigarette.

En définitive, le cancer du poumon est en majeur partie causé par le tabagisme sous toute ses formes, même avoir fumer juste une fois dans sa vie peut constituer un risque d’avoir le cancer du poumon. Malheureusement, les cas de cancers du poumon sont diagnostiqués dans les phases avancées.


Cependant, il existe des traitements pour en guérir. Le meilleur de ces traitements reste l’abstinence au tabac ou au pire arrêter immédiatement la cigarette. Peu importe depuis combien de temps vous fumez, arrêter de fumer peut améliorer votre santé.

Les questions les plus fréquentes

Comment faire le dépistage du cancer du poumon ?

Il n’existe pas un dépistage systématisé pour le cancer du poumon. Généralement, on dépiste le cancer du poumon à la suite des apparitions des symptômes (toux incessante, présence de sang dans le crachat etc.) C’est en se rendant chez son médecin pour consultation que le cancer est diagnostiqué.

Comment choisir le traitement ?

Il faut savoir que les traitements du cancer du poumon sont personnalisés. Le choix du traitement est décidé par un collège de médecin de différentes spécialités en tenant compte du niveau du cancer, l’état du patient, la zone de la tumeur, etc.

Quelles sont les chances de guérir d’un cancer du poumon ?

Les chances de guérison du cancer du poumon peuvent varier d’un patient à un autre. Plus vite le cancer est diagnostiqué, plus grande sera la chance de guérison. Aujourd’hui, grâce à l’avancement des techniques médicales 20 personnes sur 100 guérissent du cancer du poumon.

Etes vous réellement dépendant ?

Pour savoir si vous êtes vraiment dépandant nous vous proposons un quiz de quelques minutes.

Faire le test